Thème Littéraire d’espagnol #2 (type ELVI)

Voici un thème littéraire type ELVI, riche en vocabulaire et règles grammaticales incontournables.

À noter que plusieurs solutions sont toujours possibles lors d’un thème, tant qu’elles sont grammaticalement correctes et fidèles au texte ; ainsi ce qui suit n’est qu’une proposition de correction. Ce thème est donc un outil idéal pour se préparer aux écrits de la BCE et ECRICOME.

 

Français

Pendant la nuit de noces, un scorpion qui s’était introduit dans sa pantoufle mordit Rebecca au pied. Elle sentit sa langue s’engourdir mais cela ne les empêcha pas de passer une lune de miel qui fit scandale. Les voisins étaient terrifiés par les cris qui réveillaient tout le quartier jusqu’à huit fois par nuit, jusqu’à trois fois pendant l’heure de la sieste, et priaient qu’une passion si intempestive n’allât troubler le repos des morts.

Le plus à craindre, dans cette maladie de l’insomnie, ce n’était pas l’impossibilité de trouver le sommeil, car le corps ne ressentait aucune fatigue, mais son évolution inexorable jusqu’à cette manifestation plus critique : la perte de mémoire. Elle voulait dire par là qu’au fur et à mesure que le malade s’habituait à son état de veille, commençaient à s’effacer de son esprit les souvenirs d’enfance, puis le nom et la notion de chaque chose, et pour finir l’identité des gens, et même la conscience de sa propre existence, jusqu’à sombrer dans une espèce d’idiotie sans passé.

 

Extrait de Cent ans de solitude, Gabriel García Marquez

 

Traduction

La noche de bodas a Rebeca le mordió el pie un alacrán que se había metido en su pantufla. Se le adormeció la lengua, pero eso no impidió que pasaran una luna de miel escandalosa. Los vecinos estaban aterrorizados por los gritos que despertaban a todo el barrio hasta ocho veces en una noche, y hasta tres veces en la siesta, y rogaban que una pasión tan desaforada no perturbara la paz de los muertos.

Lo más temible de la enfermedad del insomnio, no era la imposibilidad de conciliar el sueño, porque el cuerpo no sentía cansancio alguno sino su evolución inexorable hasta esa manifestación más crítica: la pérdida de memoria. Quería decir que a medida que el enfermo se acostumbraba a su estado de vigilia, empezaban a borrarse de su memoria los recuerdos de la infancia, luego el nombre y la noción de cualquier cosa, y por último la identidad de las personas, e incluso la conciencia de su propia existencia, hasta hundirse en una especie de idiotez sin pasado.

 

 

Les points de grammaire / vocabulaire

  • La noche de bodas : la nuit de noces
  • Un alacrán (o un escorpión) : un scorpion
  • Impedir que +subj
  • Estar aterrorizado (et non pas “ser aterrorizado”)
  • Rogar que +subj : prier
  • L’utilisation de « sino » : traduit par « mais » et implique une opposition entre deux éléments d’une même phrase
  • Conciliar el sueño : trouver le sommeil
  • Traduction de « et » par « e » et non « y », lorsque le mot suivant commence par un -i ou un -hi
  • Hundirse EN: sombrer dans

 

Elisa De Figueiredo

Actuellement à l'EDHEC après deux ans de prépa ECE au Lycée Marcelin Berthelot, j'ai à cœur d'aider les étudiants en espagnol.

Vous pourriez aussi aimer
Vous pourriez aussi aimer :
La BCE a défini les nouvelles modalités du concours des prépas ECG, suite aux réformes du lycée et des prépas…