Le Nicaragua en 5 chiffres : alphabétisation, IDH et pauvreté

Depuis 2018, le gouvernement dirigé par Daniel Ortega est confronté à une opposition croissante, suite à des accusations de corruption, de répression politique et de violations des droits de l’homme. Cette période tumultueuse a provoqué une instabilité sociale et économique, poussant un nombre important de Nicaraguayens à quitter le pays. Malgré ces défis, le Nicaragua demeure résilient et aspire à surmonter ces difficultés pour un avenir meilleur.

 

Population : 6,8 millions d’habitants

Avec une population de 6,8 millions d’habitants, le Nicaragua représente un acteur significatif en Amérique centrale.

Situé entre le Honduras au nord et le Costa Rica au sud, le pays occupe une position stratégique dans la région. Son histoire mouvementée, marquée par des périodes de conflits civils et politiques, a façonné son développement socio-économique et politique. En dépit des défis auxquels il est confronté, notamment la pauvreté généralisée et une instabilité politique, le Nicaragua continue de jouer un rôle clé dans le paysage géopolitique de l’Amérique centrale.

 

Taux d’alphabétisation : 82,8%

Selon France Diplomatie, le taux d’alphabétisation de 82,8% (2020) souligne les efforts encore nécessaires pour améliorer l’accès à l’éducation dans le pays.

Malgré des progrès dans le domaine de l’alphabétisation, un pourcentage significatif de la population (en particulier dans les zones rurales et défavorisées), peut encore rencontrer des difficultés d’accès à l’éducation. Les obstacles peuvent être multiples, allant des ressources financières limitées pour les familles à l’absence d’infrastructures éducatives adéquates dans certaines régions reculées. Les enfants travaillant dans l’agriculture ou d’autres secteurs informels, ainsi que ceux issus de communautés autochtones ou marginalisées, sont souvent les plus touchés par cette exclusion éducative.

 

42% de la population est pauvre

La pauvreté reste un défi majeur, touchant 42% de la population nicaraguayenne d’après la Banque Mondiale en 2021. 

Tout d’abord, l’économie du pays, qui dépend largement de l’agriculture, est vulnérable aux chocs externes. Cette dépendance économique expose de nombreux Nicaraguayens à l’insécurité alimentaire et des conditions de vie précaires.

De plus, les inégalités sociales et économiques persistent, avec une concentration de la richesse entre les mains d’une élite économique restreinte, tandis que de nombreuses familles lutent pour subvenir à leurs besoins de base. Par exemple, les opportunités d’emploi formel sont limitées.

Les crises politiques et les conflits internes ont également eu un impact négatif sur l’économie et la stabilité sociale du pays, décourageant les investissements et entravant le développement économique. Enfin, l’accès limité aux services sociaux de base, tels que l’éducation, la santé et les infrastructures contribue également à perpétuer le cycle de la pauvreté.

 

Plus de 280 000 ressortissants Nicaraguayens ont quitté le pays depuis 2018

D’après France Diplomatie, plus de 280 000 ressortissants nicaraguayens ont quitté le pays depuis 2018. Cela illustre clairement les problèmes socio-économiques et les défis migratoires.

Presque la moitié de la population est pauvre et subit l’instabilité politique de plein fouet, celle-ci cherche donc à fuir pour espérer une vie meilleure. 

 

Lire plus : Tout savoir sur la famille Ortega

 

Indice de Développement Humain : 0,658

L’IDH de 0,658, place le Nicaragua au 124ème rang mondial selon la Banque Mondiale et met en évidence les enjeux de développement humain. Malgré des progrès, le pays est confronté à des niveaux élevés de pauvreté et d’inégalités économiques. L’instabilité politique et économique, ainsi que la vulnérabilité aux catastrophes naturelles, contribuent également aux difficultés. De plus, le chômage et le manque d’opportunités économiques entravent le développement humain. Ces défis soulignent la nécessité d’investir dans des politiques visant à améliorer les conditions de vie et promouvoir un développement plus équitable dans le pays.

 

Bonus : 66 fois plus d’arrestations de Nicaraguayens à la frontière des États-Unis depuis 2017

Le Nicaragua traverse actuellement sa plus grave crise politique depuis la fin de la guerre civile en 1990, qui avait occasionné 50 000 morts.

De janvier à novembre 2021, d’après Courrier International, le nombre de demandes d’asiles de Nicaraguayens au Costa Rica a dépassé les 50 000. De plus, les arrestations de Nicaraguayens à la frontière sud des États-Unis ont été multipliées par 66 depuis 2017 en s’élevant à 72 000.

 

Lire plus : En savoir plus sur le Nicaragua

Nadia Saidi

Etudiante à Rennes School of Business après 2 années en ECS, j'ai pour objectif de partager ma passion pour la géopolitique et l'espagnol aux étudiants de classe prépa

Vous pourriez aussi aimer