5 conseils pour se faire valoir en entretien de personnalité quand on est en khâgne

Comme chaque année, un certain nombre de khâgneux ayant fait le choix d’intégrer une école de commerce plutôt que de rejoindre les bancs de la faculté s’apprête à passer les épreuves orales d’admission aux grandes écoles. Entre doutes, appréhensions voire parfois manque de préparation, la pression est palpable. Et pourtant, les profils littéraires restent extrêmement appréciés par le jury, d’où l’importance d’en tirer parti. Dans cette perspective, découvrez dans cet article 5 conseils pour se faire valoir en entretien de personnalité quand on est en khâgne.   Lire plus : Ce qui fait la différence en entretien de personnalité    
  1. Assumer son profil littéraire

Avoir fait une classe préparatoire littéraire n’est pas un handicap, mais sûrement votre meilleur atout pour cet entretien. Il est donc décisif de savoir tirer profit de cet élément différenciant pour retenir l’attention du jury et vous démarquer de l’immense majorité des candidats qui a un parcours plus classique. Vous l’aurez compris : votre formation littéraire doit demeurer au centre de votre discours. N’ayez donc aucune retenue à mettre en valeur cet atout, vos qualités littéraires, votre parcours hybride, votre volonté d’acquérir des compétences nouvelles, etc. L’essentiel reste de ne pas renier votre formation littéraire pour ne pas donner l’impression que vous venez en école de commerce par défaut ou par dépit. Autrement dit, même si vous êtes absolument dégoûtés et lassés des dissertations, ne le dîtes pas.   Lire plus : Comment ne pas se laisser déstabiliser en entretien de personnalité ?    
  1. Parler des humanités

Si, en tant que khâgneux, vous choisissez de faire reposer votre discours sur les humanités et que cela est bien mené, bien justifié, cette stratégie peut s’avérer extrêmement payante : au jour où nombre d’école de commerce accordent une place croissante aux humanités dans leur programme (comme l’emlyon, Audencia ou encore Neoma), il est fort à parier que l’argument de vouloir maintenir un lien avec les humanités en école de commerce tout en acquérant des compétences plus pratiques sera particulièrement apprécié par le jury : d’abord, parce que cela montre que vous êtes renseignés sur le programme ; ensuite et surtout, parce que cet argument précis sera exploité par quelques candidats seulement.   Lire plus : L’emlyon, une école qui fait le choix des humanités    
  1. Mettre sa rhétorique à l’honneur

Il ne s’agit pas seulement de dire que vous avez fait khâgne : cet argument n’est pas suffisant pour vous différencier. Pour retenir l’attention du jury, il faut donner des éléments de distinction précis. L’argument de l’aisance orale reste très apprécié, a fortiori pour une école de commerce dans laquelle vous allez sans cesse devoir pitcher vos idées et convaincre un auditoire. Les capacités en rédaction sont aussi précieuses : Business plan, synthèses, autant de rapports écrits que vous allez devoir écrire tout au long de votre scolarité en école de commerce. La stratégie consiste ainsi à reconnaître que même si vous restez conscients de l’écart immense entre khâgne et école de commerce, vous avez déjà en main certaines clés pour réussir, et que vous comptez les exploiter.   Lire plus : Soigner la première et la dernière impression en entretien de personnalité    
  1. Miser sur l’hybridation des compétences

« Hybridation des savoirs » ou encore « complémentarité des compétences », des expressions très présentes en école de commerce. En un mot, cela veut dire que l’école de commerce vous forme à devenir des managers aux compétences diverses, et que vous ne vous limitez pas à une discipline de prédilection. Aussi le profil des khâgneux retient-il l’attention du jury en ce sens que la transition de classe préparatoire littéraire à école de commerce reste le meilleur témoignage de votre volonté d’ « hybrider ». Il reste ainsi stratégique d’axer votre discours sur vos compétences complémentaires.    
  1. Faire le lien entre khâgne et école de commerce

Encore s’agit-il de bien justifier cette transition de khâgne à grande école pour faire sensation : le jury a besoin de se projeter. Par exemple, si vous souhaitez travailler dans le secteur de la communication, la transition sera relativement simple à justifier. Vous pouvez également affirmer qu’après deux ou trois années de dissertations, vous souhaitez acquérir désormais des compétences plus pratiques, plus tangibles. Quelle que soit votre motivation, il importe de la mentionner pour que votre volonté d’intégrer une école de commerce n’apparaisse pas comme une lubie totalement farfelue de votre part.   Lire plus : 5 bonnes raisons d’aller en école de commerce après la khâgne  Lire plus : Les écoles de commerce faites pour les khâgneux
Vous pourriez aussi aimer