6 mois de guerre Russie-Ukraine : que faut-il en retenir ?

En ce jour de célébration de l’indépendance de l’Ukraine, une attaque russe a tué au moins 22 personnes et en a blessé 50 dans une gare située dans une région proche de Dnipro, a déclaré le président Volodymyr Zelensky. Dans un discours commémorant la fête nationale, Zelensky a déclaré que l’Ukraine « renaissait » six mois après l’invasion russe.

Six mois après le premier déferlement de raids aériens qui a marqué le début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, le paysage mondial a radicalement évolué. Les alliances, les représentations du monde et les marchés de l’énergie ont été mis à l’épreuve, alors même que l’Europe a connu sa plus grande crise de réfugiés depuis la Seconde Guerre mondiale.

Tout en célébrant le maintien de son indépendance après six mois de guerre, l’Ukraine se prépare à de nouvelles attaques, la Russie cherchant à se venger de l’assassinat de la journaliste russe Darya Dugina, un crime que le Kremlin a imputé à l’Ukraine, sans preuves tangibles.

 

Lire aussi : Les origines de l’affrontement diplomatique entre l’Ukraine et la Russie.

 

Retour sur ces 6 mois de guerre Russie-Ukraine

Après l’échec des forces russes à envahir le pays sur trois fronts, Moscou a revendiqué des conquêtes territoriales dans l’est de l’Ukraine et créé un pont terrestre entre les régions séparatistes du Donbas et la péninsule de Crimée qu’elle a illégalement annexée en 2014.

Mais l’armée ukrainienne, soutenue par la fourniture d’armes et de ravitaillement par les alliés occidentaux, dont au moins 9,1 milliards de dollars d’aide à la sécurité de la part des États-Unis, a revendiqué de nombreuses victoires et contrarié les ambitions plus larges de Moscou. Alors que l’attaque terrestre de Moscou est au point mort, elle a mené un assaut dévastateur contre l’Ukraine depuis les airs.

Des données exclusives fournies à Reuters par des responsables ukrainiens montrent qu’il y a eu au moins 3 654 frappes de missiles dans le pays entre le début de l’invasion et le 21 juillet. L’Ukraine affirme que ces frappes ont souvent visé des infrastructures civiles. Moscou le nie et a affirmé, que certaines attaques avaient été mises en scène par les forces ukrainiennes.

Le conflit n’en demeure pas moins l’un des plus sanglants et dévastateurs qu’a connu l’Europe depuis la guerre en ex-Yougoslavie.

 

Retournement de situation dans la guerre Russie-Ukraine

Ces derniers mois, les troupes russes se sont retirées de l’île des Serpents et des zones occupées, comme la Crimée et Kherson (que les Commandants russes auraient fui). Les forces russes assistent également à un nombre croissant de frappes ukrainiennes dans ce qui pourrait être le début d’une contre-offensive tant vantée par les forces de Kiev pour reprendre son territoire perdu dans le sud.

Pendant ce temps, les villes portuaires de Mykolaiv et d’Odesa, situées plus loin sur la côte, à l’ouest, ont subi des bombardements répétés (et Mykolaiv a été le théâtre de violents combats à l’est, en direction de Kherson), mais elles restent sous contrôle ukrainien.

L’expédition de céréales à partir d’autres ports ukrainiens a également pu reprendre dans le cadre d’un accord négocié par les Nations unies et la Turquie entre Moscou et Kiev. Cet accord a mis fin à un blocus russe de plusieurs mois.

Lire aussi : La guerre en Ukraine et le triomphe géopolitique d’Erdogan.

 

Une longue et pénible guerre

La Russie a élargi ses objectifs en juillet pour inclure le littoral sud ainsi que l’est. Dans ce contexte, la résilience de l’Ukraine et le soutien indéfectible de l’Occident signifient que les deux parties jouent un jeu de longue haleine et qu’il est peu probable que la guerre prenne fin de sitôt.

« L’annexion de quatre régions ne sera probablement pas la dernière mission russe en Ukraine, mais seulement une phase du projet beaucoup plus ambitieux de Poutine. L’Ukraine et ses partisans doivent se préparer à une guerre prolongée », écrivait récemment Dara Massicot, responsable des recherches politiques à la RAND Corporation, un groupe de réflexion de l’armée de l’air américaine.

Dans cette longue bataille, la guerre économique devient plus importante. Ici, plus que sur le champ de bataille, Poutine a fait preuve de prévoyance.

Selon la Banque mondiale, l’économie de la Russie se contractera de 11,2 % cette année, mais elle prévoit qu’avec la guerre sur son sol, l’économie de l’Ukraine se contractera de 45 %, ce qui nécessitera des injections massives de liquidités de la part des alliés occidentaux pour maintenir la masse salariale et les forces armées actives.

En occupant l’est du pays, la Russie a déjà privé l’Ukraine de richesses énergétiques, métalliques et minérales estimées à 12 400 milliards de dollars dans les régions occupées de Louhansk et de Donetsk, a récemment révélé le Washington Post, qui explique pourquoi Poutine leur a accordé la priorité.

 

Quelles sont les conséquences de la guerre Russie-Ukraine pour l’Europe ?

La Russie tient également l’Europe sous son emprise en lui fournissant un peu moins d’un tiers de son gaz avant la guerre. La compagnie nationale russe de gaz Gazprom a réduit ses livraisons à l’Europe par étapes, menaçant de fermer des usines et de provoquer une récession en Allemagne.

Le 26 juillet, elle a réduit de moitié l’approvisionnement par son gazoduc Nord Stream 1, le ramenant à 20 % de sa capacité, ce qui a incité les ministres de l’énergie de l’Union européenne à convenir de réduire volontairement l’utilisation du gaz naturel de 15 % entre août et mars. Malgré cela, selon les experts, l’Europe pourrait être confrontée à un déficit de gaz cet hiver.

La Russie de Poutine est allée plus loin ! Début septembre 2022, alors que le froid commence à reprendre les métropoles européennes, le géant de l’énergie russe Gazprom a déclaré qu’il ne reprendrait pas les flux dans l’oléoduc samedi comme prévu, car il avait détecté une fuite de pétrole dans sa station de compression de Portovaya. L’oléoduc est fermé depuis mercredi pour maintenance.

Le gazoduc Nord Stream 1 est une artère clé qui achemine les vastes réserves de gaz de la Russie vers l’Europe, représentant environ 35 % du total des importations de gaz russe en Europe l’année dernière.

Il alimente directement l’Allemagne, première économie de l’Union européenne, qui est particulièrement dépendante du gaz de Moscou pour alimenter ses foyers et sa lourde industrie.

 

Conclusion

La bonne nouvelle est que, 180 jours après l’invasion, les démocraties s’adaptent à cette réalité. Des armes lourdes affluent en Ukraine, l’OTAN fortifie les frontières de l’Europe avec la Russie, et l’Europe s’assure de nouvelles sources de gaz et accélère le passage aux énergies propres. L’Amérique réduit sa dépendance à l’égard des technologies chinoises et incite Taïwan à améliorer ses défenses militaires. Le hic, c’est que toutes les autocraties, et notamment la Chine de Xi Jinping, étudient également la guerre des sanctions contre la Russie et s’emploient à en tirer les mêmes leçons. L’Ukraine marque une nouvelle ère de conflit du XXIe siècle dans laquelle les éléments militaires, technologiques et financiers sont entrelacés. Mais ce n’est pas une ère dans laquelle l’Occident peut assumer sa prééminence. Personne ne peut contrer une agression uniquement grâce aux dollars et aux semi-conducteurs.

 

 

 

Vous pourriez aussi aimer