L’actualité allemande mensuelle : Février

Dans cet article, nous détaillons les faits divers marquants survenus en Allemagne pendant le mois de février.

 

Le parti d’Olaf Scholz défait à Berlin

Les sociaux-démocrates ont subi un revers conséquent pendant les élections pour le Parlement local de Berlin. À l’issue des élections, ils ont obtenu un des plus faibles scores jamais atteint depuis la Seconde Guerre mondiale. Ce score avoisinerait les 18,5 %. Cette défaite cuisante, bien que locale, témoigne d’un certain manque de confiance du peuple envers son chancelier à la suite des différents obstacles auxquels Scholz est régulièrement confronté. L’Union chrétienne-démocrate conservatrice (CDU) de l’ex-chancelière Angela Merkel est arrivée quant à elle en tête de l’élection pour le Parlement local de la capitale allemande avec 28,2 % des suffrages. La maire sortante de Berlin, Franziska Giffey, a évoqué une « soirée amère et une situation difficile » pour son parti. En outre et depuis 2001, le SPD avait toujours terminé cette élection en tête. Par conséquent, le parti du chancelier devrait avoir des difficultés à conserver la mairie, ce qui serait une première depuis 20 ans.

 

Grève à l’aéroport de Berlin

35 000 : c’est le nombre de passagers qui ont vu leur vol être annulé à la suite d’une grève soudaine. Ce mouvement inattendu aurait été provoqué par le célèbre syndicat allemand Verdi. Ces derniers auraient exigé une augmentation de 500 € par mois pour les 6 000 membres de la sécurité de l’aéroport. De plus, ils ont prétendu que la négociation collective en cours n’avançait pas de manière significative et espérait par cette grève d’avertissement pouvoir mettre la pression sur la direction. On estime qu’environ 300 vols et atterrissages prévus ont été supprimés pendant la journée, ce qui a déclenché un désastre financier et organisationnel pour les différentes compagnies aériennes. « Les propositions actuelles de l’employeur restent largement en retrait par rapport aux revendications des salariés, tant au niveau de l’augmentation que de la durée », a estimé le syndicat auprès de la télévision publique. Toutefois, après cela, la circulation aérienne devrait reprendre son cours peu à peu.

 

 

Baerbock et Faeser promettent d’aider les victimes du tremblement de terre.

Le 6 février dernier, deux puissants séismes avaient secoué le sud-est de la Turquie et le nord de la Syrie. Plus de 47 000 personnes y ont perdu la vie et plus de 150 000 habitants ont vu leur vie changer en l’espace de quelques minutes. L’Allemagne a promis de venir en aide aux victimes de ce terrible accident. « Notre compassion ne se limite pas à des mots et ne faiblira pas non plus », a promis la ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock lors d’une visite commune avec la ministre allemande de l’Intérieur Nancy Faeser dans le sud-est de la Turquie. Plus tôt, lors d’une cérémonie commémorative, la veille, devant la Porte de Brandebourg à Berlin, le président allemand Frank-Walter Steinmeier avait poussé les citoyens allemands à venir en aide quel qu’en soit la manière aux sinistrés du tremblement de terre turque et syrien.

 

 

Oberhof le fameux lieu qui a accueilli les championnats du monde de biathlon

Les championnats du monde se sont déroulés du 8 au 19 février à Oberhof. Toutefois, si le nom peut paraître banal aux premiers abords, ce site est véritablement considéré comme le temple du biathlon. « Tout le monde le surnomme La Mecque du biathlon, même s’il y a parfois débat avec Ruhpolding en Allemagne aussi », détaille le biathlète Florent Claude, 20e mondial. Les principales raisons ? Les ambiances visuelles et sonores propres à l’endroit qui permettent de plonger le biathlète dans une atmosphère propice aux compétitions. « C’est spécial, car le stade est fait comme si tu entrais dans une arène », explique encore Florent Claude, biathlète français qui court pour la Belgique. « C’est immense et d’un coup, tu as une masse », ajoute Sandrine Bailly, ancienne biathlète de haut niveau. De plus, Oberhof est aussi réputé pour son public. Un public de connaisseur, mais surtout un public qui fait du bruit. « Historiquement, le biathlon a toujours été très suivi en Allemagne. Et ça se ressent ! » , souligne Marie Dorin-Habert. « Les Allemands sont fans de biathlon depuis des décennies. C’est un public très connaisseur et fair-play, renchérit Sandrine Bailly. On a toujours vu s’empiler des lignes de spectateurs dans cette grande montée. »

Felix Derville

Rédacteur chez Mister Prépa après deux années de CPGE ECS au Lycée St-Just, j'ai pour but de promouvoir l'égalité des chances à travers mes articles.

Vous pourriez aussi aimer