L’actualité d’octobre aux États-Unis

Ne rate plus rien de l’actualité aux États-unis ! Découvre ici une analyse de ce qu’il s’est passé aux États-Unis en Octobre.

 

Tir mortel d’Alec Baldwin et le problème des armes aux États-Unis :

Quelques jours après le tir d’Alec Baldwin ayant fatalement touché la directrice de la photographie sur le tournage du western « The Rust », Halyna Hutchins, de nombreuses voix s’élèvent désormais aux États-Unis pour remplacer les armes à feu par des factices sur les tournages (pétitions, projets de loi, réorganisations…). Une enquête est toujours en cours mais la voie accidentelle semble être privilégiée.

Parmi les réactions hautement polémiques, celle du fils de l’ancien président américain, Donald Trump Jr : ce dernier propose sur son site Web des t-shirts au prix de 24 € sur lesquels on peut lire « les armes ne tuent pas les gens, Alec Baldwin tue les gens ».

Ce nouvel incident repose ainsi la question épineuse du port d’armes aux États-Unis, et pas seulement dans le monde du cinéma.

 

Tensions entre Chine et États-Unis sur Taïwan

Déjà vives, les tensions entre les États-Unis et la Chine connaissent ces derniers mois une nouvelle poussée autour cette fois, de la question de Taïwan.

En effet, si les revendications chinoises sur Taiwan, réclamant une réunification, ne datent pas d’hier, ces dernières se sont vues récemment intensifiées à la suite des agissements chinois : un nombre record d’incursions d’avions de guerre chinois dans la zone d’identification de défense aérienne (Adiz) de Taïwan.

Jusqu’à présent, les États-Unis n’avaient jamais dit clairement s’ils interviendraient en cas d’invasion chinoise. C’est ce que l’on appelle « l’ambiguïté stratégique » des Américains.

Pourtant, pour la première fois, Joe Biden a déclaré que les américains avaient « un engagement » et qu’ils étaient prêts à défendre militairement Taipei en cas d’attaque chinoise. Par ailleurs, sur le plan diplomatique, l’administration Biden tente de renforcer le statut de Taipei au sein de l’ONU.

De son côté, la Chine a riposté fermement aux menaces américaines, persuadée de revendiquer légitimement Taïwan.

Enfin, si les tensions entre les États-Unis et la Chine varient au gré des agissements de chacun, le sort de Taïwan semble de fait considéré comme le seul susceptible de faire glisser la confrontation actuelle entre les deux superpuissances nucléaires vers une vraie guerre.

 

Premier passeport « X » aux États-Unis

Les États-Unis ont décidé de délivrer le premier passeport « X » pour les personnes non-binaires et intersexes. Cette décision historique s’inscrit dans la volonté de Joe Biden de mieux prendre compte les droits des minorités sexuelles, rompant ainsi drastiquement avec la politique de l’ère Trump.

C’est ici un acte fort qui réaffirme l’engagement de la diplomatie américaine à « promouvoir la liberté, la dignité, et l’égalité de toutes les personnes ».

Cette nouvelle option sera proposée à tous les demandeurs de passeports dès début 2022.

 

Truth social : le nouveau réseau social de Trump

Le 6 janvier, à la suite de l’assaut mené contre le Capitole par ses partisans, lors de la cérémonie de la victoire du démocrate Joe Biden à l’élection présidentielle, l’ancien président des États-Unis avait été banni de Twitter, Facebook et YouTube. Depuis, Donald Trump avait juré créer son propre réseau social afin de « résister face à la tyrannie des géants des technologies », qui ont « utilisé leur pouvoir unilatéral pour réduire au silence les voix dissidentes en Amérique ». La nouvelle plate-forme, Truth Social appartiendra au groupe nouvellement créé, Trump Media & Technology (TMTG), une structure qui fournira également un service de vidéos à la demande et des podcasts « non-woke ».

 

Biden et son plan historique pour le climat

Le 28 octobre, Joe Biden a annoncé avoir présenté au Congrès un « plan historique » pour l’économie américaine et pour l’environnement.  

S’élevant à 1 750 milliards de dollars (soit moitié moins que ce qu’il avait initialement prévu), ce plan historique, le plan « Build back Better », a pour ambition de réduire les émissions de gaz à effet de serre, d’ici 2030, de 50 à 52 % par rapport aux niveaux de 2005.

Plus encore, d’un point de vue économique, la Maison Blanche explique que ce plan permettrait « à la plupart des familles américaines d’économiser plus de la moitié de leurs dépenses de garde d’enfants » et « offrirait deux ans d’école maternelle gratuite pour chaque enfant de 3 et 4 ans en Amérique ».

Enfin, cet accord permettrait aussi au président américain de présenter à ses partenaires internationaux, en Italie pour le G20 puis à Glasgow pour la COP26 sur le climat, l’image d’Etats-Unis engagés dans la transition énergétique et la croissance, ainsi que dans la lutte contre les inégalités sociales et l’évasion fiscale.

Outre « Build Back Better », le Congrès doit aussi valider un second plan d’environ 1.000 milliards de dollars destinés à moderniser les infrastructures du pays.

Clementine Tahir

Actuellement à l'EDHEC après trois ans de prépa, j'espère pouvoir vous aider à intégrer l'école de vos rêves.

Vous pourriez aussi aimer