Actualités du mois de novembre dans le monde hispanique

Voici quelques actualités de novembre en Espagne et en Amérique latine, afin de pouvoir vous tenir au courant. Cette liste n’est pas exhaustive mais elle vous permettra d’enrichir vos écrits et vos oraux.

 

Espagne

 

Election de Pedro Sanchez et loi d’amnistie 

Pedro Sanchez, chef sortant du gouvernement et leader du PSOE, a été réinvesti ce mois-ci. Son investiture fait l’objet de beaucoup de critiques puisqu’afin d’obtenir la majorité il a négocié des pactes avec plusieurs partis indépendantistes. Le pacte le plus notoire est celui avec ERC et Junts. Celui-ci propose une loi d’amnistie pour les indépendantistes catalans en ce qui concerne notamment le référendum illégal d’autodétermination du 1er octobre 2017. 

 

Lire plus : Pedro Sanchez réinvesti chef du gouvernement

 

Réforme de la ley trans par la comunauté de Madrid

En 2016, une loi LGBTI et trans avait été votée à l’échelle de la communauté autonome de Madrid. Aux élections régionales de mai dernier, le PP et Vox ont remporté la majorité absolue des votes à Madrid et une de leurs promesses était la réforme de cette loi.  

Début novembre 2023, le groupe parlementaire du Parti Populaire a demandé une réforme en urgence de cette loi durant l’Assemblée de la communauté de Madrid. La proposition de réforme retire des paragraphes entiers de la précédente loi. 

Tout d’abord certains termes et notions sont substitués ou éliminés comme la notion d’« auto-détermination » qui est supprimée ou encore les termes de « personne trans » et « identités de genre » qui sont remplacés par « transexuel » ou « condition sexuelle ».

D’autres articles visent à invisibiliser la communauté LGBTI comme la suppression de l’article qui prévoyait la célébration de la journée internationale contre la LGBTIphobie et la mise en place de drapeaux LGBTI à l’assemblée ce jour-là. De plus, la loi de 2016 prévoyait la construction d’un Centre de Documentation et de Mémoire Historique LGBTI et la nouvelle loi annulerait ce projet.

En outre, la loi trans permettait de faire correspondre les différents papiers de l’autonomie (carte de transport, de santé, de bibliothèque…) à son identité de genre quel que soit celle sur la carte d’identité. Avec la nouvelle loi il faudra attendre de modifier la carte d’identité pour pouvoir modifier ces autres papiers qui relèvent de l’autonomie.  

 

Lire plus : la loi trans et le progressisme en Espagne

 

Amérique latine

 

La victoire de Javier Milei 

Dimanche 19 novembre, le candidat ultralibéral Javier Milei a remporté les élections présidentielles avec 55% des votes contre Sergio Massa. Son élection pourrait marquer un tournant important en Argentine. 

En effet, depuis plusieurs années, l’Argentine fait face à une grave crise économique et sociale. Le pays a atteint les 140% d’inflation et 40% de la population vit sous le seuil de pauvreté d’après l’Union industrielle d’Argentine. En outre, l’Argentine a contracté en 2018 une dette de 44 milliards de dollars envers le Fonds Monétaire International.

Ces élections sont ainsi un tournant sur le plan politique puisqu’elles rompent avec l’habituelle dichotomie du système politique argentin depuis plusieurs années entre partis traditionnels  “péronistes” et “anti-péronistes”.

Pour rappel, Javier Milei est un économiste ultralibéral qui a pour projet la dollarisation de l’économie c’est-à-dire l’arrêt de la circulation du peso argentin au profit du dollar et la fermeture de la banque centrale nationale. Or, pour cela il faut obtenir des dollars et donc contracter des prêts, ce qui est quasiment impossible étant donné le niveau d’endettement de l’Argentine. En outre, Javier Milei n’a toujours pas la majorité au Congrès, il lui faudra donc conclure divers accords y compris avec le parti de Sergio Massa. 

Enfin, son projet libéral ne s’arrête pas à la sphère économique, il prévoit une réduction des dépenses publiques en supprimant par exemple 10 des 18 ministères actuels ou en privatisant le système de santé et d’éducation.  Sur le plan social, Javier Milei se pose contre la loi du mariage homosexuel et de l’avortement. Plusieurs de ses propos concernant la dictature argentine (1976-1983) font également polémique puisqu’il relativise cette dernière et propose une relecture historique. 

 

Salvador : le président Nayib Bukele démissionne de son poste de président

Mardi 28 novembre, Nayib Bukele, actuel président du Salvador a renoncé à ses fonctions grâce à une licence approuvée par l’assemblée. En réalité, cette licence lui permet de préparer sa réélection aux élections présidentielles du 4 février 2024 . Cet acte peut être qualifié d’anticonstitutionnel car d’après la constitution, la réélection est interdite pendant les dix années qui suivent le mandat. Or, en 2021, la Cour constitutionnelle avait accordé le droit de réélection au président (sous réserve qu’il démissionne avant la fin de son mandat) en estimant que la décision revenait aux citoyens de réélire ou non le président.  

Cette décision est également contestée puisque les juges qui ont accordé ce droit ont eux-mêmes été désignés par le parlement qui est en majorité constitué de partisans de Nayib Bukele. 

Nayib Bukele est un président apprécié par l’opinion publique grâce à sa politique de lutte contre le crime qui a fait drastiquement diminuer le niveau de violence. D’après le journal Diario El Salvador, le pays serait passé de 15 homicides par jour entre 2014 et 2016 à 11 par mois en septembre 2023. Néanmoins, cela s’est fait au prix de la construction de “méga-prisons” , d’augmentation des arrestations arbitraires et de la violation de droits de l’Homme. En effet, depuis un an l’état d’urgence est déclaré, plus de 60 000 arrestations ont eu lieu et Amnesty International estime qu’actuellement presque 2% de la population salvadorienne est en prison.

Jusqu’au 31 mai 2024, c’est Claudia Rodriguez de Guevara qui occupera la présidence par intérim. 

 

Sources: El País, BBC Mundo, Cadena SER, Newtral, Diario El Salvador

 

Manon Maugard

Après 2 ans de prepa B/L au lycée du parc à Lyon et une année de khûbe au lycée Thiers à Marseille j'ai intégré l'ENSAE Paris et j'espère pouvoir vous aider tout en partageant ce que j'aime!

Vous pourriez aussi aimer