Actualités du mois de septembre dans le monde hispanique

Voici quelques actualités du mois de septembre en Espagne et en Amérique latine afin de pouvoir vous tenir au courant. Cette liste n’est pas exhaustive mais elle vous permettra d’enrichir vos écrits et vos oraux.

Lire plus : Actualité de l’été dans le monde hispanique

 

Amérique latine

 

Chili : la commémoration des 50 ans du coup d’État

Lundi 11 septembre, plusieurs dizaines de manifestations ont été organisées au Chili pour commémorer les 50 ans du coup d’État qui a renversé le gouvernement Allende au profit de la dictature militaire d’Augustino Pinochet. Cette dictature a duré 17 ans et a laissé 3 200 morts et « disparus » ainsi que plus de 38 000 personnes victimes de tortures. Beaucoup de Chiliens ont également rendu hommage au président Allende qui s’est suicidé pendant le coup d’État dans le Palacio de la Moneda.

Ces manifestations ont donc été des moments très forts, plusieurs personnalités y ont participé comme le président Gabriel Boric, le président mexicain Andrés Manuel López Obrador, le juge Garzón (qui a jugé plusieurs crimes de dictature en Argentine et au Chili).

Aujourd’hui encore, beaucoup de Chiliens luttent pour obtenir justice et vérité pour tous les crimes commis durant la dictature. En outre, le rôle des États-Unis est encore ambigu pour les victimes. En effet, les Etats-Unis ont toujours nié un quelconque lien avec le coup d’Etat militaire alors même que certains documents ont montré le soutien du gouvernement de Nixon à la dictature de Pinochet.

Enfin, dans beaucoup d’autres pays, des regroupements de Chiliens ou d’enfants de Chiliens ayant fui la dictature ont eu lieu ce 11 septembre.

 

Mexique : dépénalisation de l’avortement sur l’ensemble du territoire

Depuis 2007, plusieurs États du Mexique ont dépénalisé l’avortement, ainsi, dans 11 États sur les 32 la loi avait changé, mais aucune loi à l’échelle du pays n’avait été adoptée. En 2021, La Cour suprême a déclaré comme inconstitutionnel le fait de criminaliser l’avortement de manière absolue. Néanmoins, cette mesure restait insuffisante car certains États le dépénalisaient uniquement dans certains cas très précis.

Ainsi, début septembre, la Cour suprême a ordonné au niveau fédéral la dépénalisation de l’avortement dans tout le pays. Concrètement, aucune personne ne pourra être punie pour avoir avorté et toutes les institutions publiques de santé devront proposer l’avortement.

Néanmoins, l’avortement est toujours dans le code Pénal de beaucoup d’États, il faudra donc compter un certain temps pour que cela soit supprimé. En outre, plusieurs personnes sont actuellement emprisonnées  pour avoir avorté, rien n’a été dit concernant leur cas.

Ceci est à lier au mouvement de la marea verde, mouvement féministe d’Amérique latine qui lutte pour les droits des femmes et notamment pour le droit à l’avortement.

Lire plus : Brésil : La Cour Suprême vote une loi de protection des terres indigènes.

 

Chili : La ley de usurpaciones

Début septembre, le Congrès chilien a fait passer une loi qui permet aux propriétaires de récupérer par la force les propriétés occupées. En effet, l’occupation illégale de logements était considérée comme une faute, aujourd’hui cela devient un délit.

Fin septembre, la ministre de l’Intérieur et de la Sécurité Publique met alors son veto soulignant le fait que cette loi privilégiait la légitime défense.

 

Espagne

 

L’intelligence artificielle utilisée pour créer des montages de jeunes filles mineures

Depuis fin août, plusieurs plaintes ont été déposées dans les commissariats pour diffusion de montages photos de jeunes filles mineures. En effet, plusieurs photos ont été diffusées en Estrémadure montrant des jeunes filles mineures nues. Ces photos étaient en réalité des montages réalisés par une intelligence artificielle en posant leur visage sur des corps nus.

Ces montages sont très réalistes, et sont le reflet d’une préoccupation de plus en plus importante des populations des possibles usages malintentionnés de l’IA.

 

Démission de Luis rubiales

Après l’agression commise lors de la finale de la Coupe du Monde féminine de football, Luis Rubiales a finalement décidé de démissionner le 10 septembre. Néanmoins, il continue de nier les accusations le concernant.

On peut souligner que dans cette affaire, les médias et les réseaux sociaux ont joué un grand rôle, puisqu’ils ont permis de mettre en avant cette agression et de faire pression sur la Fédération.

 

Agression d’une journaliste en direct

Isa Balado, une journaliste, a été victime d’une agression sexuelle en direct. En effet, alors qu’elle était en plein reportage, un homme est passé derrière elle et lui a attrapé les fesses. L’homme a d’abord nié les faits et a demandé à plusieurs reprises pour quelle émission elle travaillait alors que la journaliste lui demandait de la laisser faire son travail.

Le ministère de l’égalité Irène Montero a réagi en rappelant qu’il s’agissait d’une violence sexuelle.

 

L’investiture du nouveau gouvernement

Fin septembre, Feijóo, président du PP a tenté de former un gouvernement et de le faire approuver par le congrès des députés. Pour cela, il devait obtenir la majorité absolue des voix de la part des 350 députés. Après deux tentatives de votes, il n’obtient que 172 voies « pour » (au lieu de 175). Ainsi, mardi 3 octobre, le roi a désigné Pedro Sanchez (leader du PSOE et actuel chef du gouvernement) pour tenter à son tour de former un gouvernement de coalition. L’enjeu sera pour lui de gagner les votes de SUMAR et des partis indépendantistes comme Junts (parti indépendantiste catalan), le PNV (Parti national basque) et ERC (Gauche républicaine de Catalogne).

Lire plus : Espagne : l’échec de l’investiture de Feijóo.

Manon Maugard

Après 2 ans de prepa B/L au lycée du parc à Lyon et une année de khûbe au lycée Thiers à Marseille j'ai intégré l'ENSAE Paris et j'espère pouvoir vous aider tout en partageant ce que j'aime!

Vous pourriez aussi aimer