L’Afghanistan : un an après le retour des Talibans au pouvoir

Les Talibans ont marqué le premier anniversaire de leur retour au pouvoir en Afghanistan par une fête nationale lundi 15 août 2022, après une année mouvementée qui a vu l’écrasement des droits des femmes et l’aggravation de la crise humanitaire. Les combattants talibans se sont toutefois déclarés heureux que leur mouvement soit désormais au pouvoir – alors même que les organismes d’aide affirment que la moitié des 38 millions d’habitants du pays sont confrontés à l’extrême pauvreté.  « Le moment où nous sommes entrés dans Kaboul, et celui où les Américains sont partis, ce sont des moments de joie », a déclaré Hekmat, aujourd’hui membre des forces spéciales qui gardent le palais présidentiel.

 

Retour sur la reprise du pouvoir d’Afghanistan par les Talibans

La prise de Kaboul par les talibans le 15 août dernier a couronné une avancée fulgurante à travers le pays. La facilité de leur victoire a surpris tout le monde, y compris les combattants eux-mêmes.

Le monde a regardé avec horreur l’Amérique bâcler son retrait et les Afghans désespérés se presser à l’aéroport dans l’espoir de fuir. Des familles afghanes ont tenté désespérément d’entrer dans l’aéroport international Hamid Karzai de Kaboul. De nombreux enfants se trouvaient parmi la foule qui tente de faire une ultime tentative pour échapper aux talibans qui ont pris d’assaut la capitale.

Depuis le retrait des troupes américaines et de l’OTAN, les Afghans sont confrontés à une décision difficile : rester et espérer que les forces gouvernementales contiennent l’insurrection des talibans ou fuir vers les pays voisins. Maintenant, que les talibans se sont emparés de Kaboul, beaucoup semblent être pris dans les limbes, sans indication claire de ce qui allait se passer ensuite.

Après la chute de la capitale, Kaboul, les combattants talibans ont pris le contrôle du palais présidentiel afghan. Des images ont montré des commandants et des combattants talibans assis à l’intérieur du palais, déclarant la victoire dans leur campagne contre les forces afghanes. Les Talibans ont rapidement établi un contrôle total, et le pays est tombé dans la crise.

 

Topo sur la situation en   Afghanistan un an après la prise de pouvoir

Les principaux problèmes sont d’ordre financier. L’économie s’est effondrée lorsque l’Occident a écarté l’Afghanistan du système bancaire mondial et gelé ses réserves de devises. Entre septembre et décembre de l’année dernière, le PIB a chuté d’un tiers par rapport à la même période de l’année précédente. La majeure partie du pays est sans ressources et souffre de la famine. En juin, les prix de la nourriture et du carburant étaient 50 % plus élevés qu’un an auparavant. Seule une famille sur 20 a assez à manger.

 

Les talibans n’arrangent pas les choses. Bien qu’ils prétendent avoir évolué et qu’ils prétendent offrir un « avenir meilleur » aux Afghans, les nouveaux talibans se comportent comme les anciens, qui ont dirigé le pays de 1996 à 2001.

Le ministère de la Vertu et du Vice a été reconstitué et sa police de la moralité est présente en force, harcelant les hommes qui coupent leur barbe et les femmes qui ne sont pas couvertes de la tête aux pieds. Quant aux talibans, ils continuent d’offrir un refuge à leurs alliés terroristes. Le 31 juillet, une frappe de drone américain a tué Ayman al-Zawahiri, le chef d’Al-Qaïda, dans le centre de Kaboul.

Pourtant, certains Afghans, sont mieux lotis qu’il y a un an. Les villageois qui vivaient autrefois sur les lignes de front du conflit, dans des provinces comme Helmand et Kandahar, sont plus en sécurité qu’ils ne l’ont été depuis des années. Selon le groupe de réflexion Crisis Group, les incidents violents – affrontements armés, frappes de drones, attentats-suicides – survenus au cours des dix mois précédant la mi-juillet ont diminué de 87 % par rapport à la même période l’année précédente.

Pour de nombreux Afghans des zones rurales, il n’y a pas eu beaucoup d’autres changements. Un conservatisme farouche n’est pas une chose nouvelle dans les villages du sud du pays, qui ont produit les talibans. Les femmes y sont habituées à se couvrir et à rester à la maison. Des endroits aussi éloignés n’ont jamais bénéficié de l’aide financière qui a afflué dans le pays. Avec l’amélioration de la sécurité, l’aide humanitaire a commencé à arriver. 

 

La dégradation des droits des femmes en ligne de mire

Les femmes sont sans aucun doute les plus mal loties. En deux décennies sous un gouvernement soutenu par les Américains, beaucoup s’étaient habituées à un certain degré de liberté. Le taux d’alphabétisation des femmes a plus que doublé entre 2000 et 2018, bien qu’il ne soit que de 30 %. Une génération de femmes a obtenu des emplois en tant que médecins, journalistes et juristes. Aujourd’hui, elles sont à nouveau écartées de la vie publique. En mars, les talibans ont fait marche arrière sur leur promesse de laisser les filles réintégrer les écoles secondaires.

De nombreuses femmes afghanes sont descendues dans la rue pour protester contre les décisions oppressives des talibans. Le noyau dur des Talibans a fait usage de la violence pour étouffer les protestations, arrêtant de nombreux militants des droits des femmes.

« Moins d’un an après la prise de contrôle de l’Afghanistan par les talibans, leurs politiques draconiennes privent des millions de femmes et de filles de leur droit à mener une vie sûre, libre et épanouie »,  a déclaré en juillet Agnes Callamard, secrétaire générale d’Amnesty International, organisme mondial de surveillance des droits humains.

Malgré la pression exercée par les dirigeants islamistes, de nombreuses femmes afghanes tentent toujours de faire entendre leur voix.

Plusieurs manifestantes ont quitté le pays, mais au moins cinq groupes de défense des droits des femmes y sont toujours actifs. Certaines d’entre elles élèvent la voix sur les réseaux sociaux pour dénoncer la répression exercée par les talibans, les arrestations arbitraires, les disparitions forcées, sans parler de la torture physique et psychologique.

 

De lourdes menaces pèsent sur la liberté de la presse

Les médias indépendants sont considérés comme un ennemi par les talibans. Le secteur a progressé à pas de géant entre 2001 et 2020, mais aujourd’hui, des milliers de journalistes afghans sont en exil ou ont perdu leur emploi.

Selon Reporters sans frontières, 43 % des médias afghans ont été fermés au cours des trois derniers mois. « Sur les 10 780 personnes travaillant dans les rédactions afghanes (8 290 hommes et 2 490 femmes) au début du mois d’août 2021, seules 4 360 travaillaient en décembre (3 950 hommes et 410 femmes), soit quatre journalistes sur dix », selon l’organisme de surveillance.

Selon Reporters sans frontières, les femmes journalistes ont davantage souffert depuis la prise de pouvoir des talibans en Afghanistan.

« Les talibans ont essayé de m’arrêter à plusieurs reprises. Ils ont inspecté notre maison à plusieurs occasions. Lorsqu’ils ont averti ma famille, je n’ai eu d’autre choix que de quitter l’Afghanistan », a déclaré à DW Saleha Ainy, une journaliste afghane qui a fui en Iran.

Hujatullah Mujadidi, directeur de l’Association des journalistes indépendants d’Afghanistan, a exhorté la communauté internationale à soutenir les journalistes afghans.

 

Conclusion

Pour conclure, la paix ne durera sans doute pas, naturellement. Les Afghans ont été marqués par 20 ans de démocratisation généralisée soutenue par les Américains. Les femmes, qui ne veulent pas vivre avec l’intolérance des talibans, descendent dans la rue pour protester. Les difficultés économiques attisent le mécontentement.

Vous pourriez aussi aimer