Aimer : comment appréhender et disserter intelligemment sur le thème de CG de l’année ?

Avant toute chose, il faut avoir présent à l’esprit que la CG est une matière importante pour réussir ses concours. Avec un coefficient oscillant entre 4 et 6 selon les écoles et les filières, la dissertation doit être réussie et pour cela, il faut analyser le thème de l’année en lui-même. Avant de rentrer dans le vif du sujet, n’hésitez pas à consulter les articles de Mister-prépa sur la méthodologie en CG et regarder quelques copies notées 18-19-20 car un bon contenu peut être annihilé par un mauvais formalisme. En effet, si l’introduction et le développement sont trop brouillons, on ne peut pas apprécier les idées forces et les références.

Aimer, un thème ambigu…

Le moins que l’on puisse dire est que le thème de CG de cette année peut être déstabilisant. De la vérité et de la nature à la mémoire, au désir et à l’animal, en passant par la parole et le corps, on était habitué à des noms. Aujourd’hui, on se retrouve face à un verbe et un verbe pour le moins ambigu et cela pour 2 raisons  :

Aimer est à la fois un  verbe d’action mais également un  verbe  d’état. On peut témoigner son amour à l’autre par des gestes (cf. la caresse telle qu’analysée par Levinas), des attentions et même des sacrifices. Néanmoins, comme le dit Shakespeare dans Le songe d’une nuit d’été, «  l’amour ne voit pas avec les yeux, mais avec l’âme  » et effectivement, lorsqu’on est amoureux, un feu brûle en soi, on vit toujours un amour intérieurement. Ainsi, face à un sujet comme ‘qui peut-on aimer  ?’, ‘l’amour a-t-il un prix  ?’ ou ‘aimer à la folie’, cette distinction est importante. En effet, comment aime-t-on l’autre  ? Est-ce un sentiment purement interne à l’individu ou l’amour se traduit-il par des gestes  ? De même, si le sujet est ‘l’amour a-t-il un prix  ?’, il faut penser au fait que le prix soit réel, c’est-à-dire que les actions entreprises par quelqu’un d’amoureux soient purement comptables  : je dépense toutes mes économies pour lui offrir un cadeau  ; mais il faut penser au prix interne  : l’amour déchire, possède et ronge l’individu. Enfin, après ces 2 analyses, vous aurez compris l’intérêt de cette distinction sur un sujet comme ‘aimer à la folie’.

L’amour est aussi ambigu car s’il rend heureux, il peut faire souffrir  ! Lorsque Platon raconte, dans Le Banquet, la naissance d’Eros, dieu de l’amour, il est dit qu’il est le fils de Poros, la satiété, l’opulence et de Penia, le manque, la pauvreté. C’est d’ailleurs grâce à cette dualité interne au verbe aimer que vous pourrez construire votre première et deuxième partie dans une dissertation avant de faire une synthèse.

Mais riche…

Néanmoins, attention à ne pas réduire l’amour à sa première acception, à ce sentiment vif qui pousse à aimer quelqu’un (définition donnée dans Le Robert). En effet, l’amour peut se porter sur 3 grands types d’objets. On peut aimer un sujet  : l’amour peut être l’amour de l’autre, de l’humanité, l’amour de soi-même (on pensera à l’histoire de Narcisse qui aime contempler amoureusement son reflet dans l’eau), l’amour propre (on pensera au conatus de Spinoza), etc. Mais l’amour peut aussi être l’amour de la vérité, de la sagesse (c’est d’ailleurs le sens premier du mot philosophie), c’est-à-dire porter sur de l’immatériel. Enfin, l’amour est aussi un sentiment qui peut se porter sur une chose, sur du matériel et il y a d’ailleurs un risque à cela. Le matérialisme ne passe-t-il pas parfois au dessus de l’amour véritable  ? 

Et surtout nouveau  !

Pour finir, il faut garder à l’esprit qu’un thème est spécifique à une année et qu’aimer ne signifie pas désirer. Attention donc, dans vos dissertations, à ne pas glisser sur le thème proposé il y a 2 ans, à savoir le désir. C’est pour cela que les carrés comme les cubes ne doivent pas s’inquiéter outre mesure, les bi-carrés, ayant travaillé le désir, ne sont pas avantagés. Si le thème est aimer, ça n’est pas adorer, affectionner ou encore apprécier, bien qu’il y ait un lien. Il faut bien considérer le fait qu’aimer est, dans la gradation des verbes, un verbe fort et porteur de signification  ! 

Conclusion

En somme, s’il faut bien distinguer l’amour des autres sentiments comme l’amitié, la compassion, etc., qu’il faut bien apprécier la force d’un verbe comme aimer, il ne faut pas oublier toutes les significations obvies de l’amour qu’on a brièvement évoquées dans cet article. Il ne faut pas non plus surfer sur la thématique du désir et il faut toujours garder à l’esprit qu’aimer est un verbe ambigu ce qui en fait un thème très riche. 

Thibaut Ranoux

Devenu jovacien après 2 ans de classe préparatoire ECE, j'ai à coeur de partager mon expérience de la prépa et donner quelques conseils à travers mes articles.

Vous pourriez aussi aimer