Ambre – Intégrer l’ESSEC après une prépa ECT (+ copies)

MON PARCOURS

Tout d’abord, j’ai effectué ma scolarité au lycée Jean-Paul 2 à Sartrouville en filière STMG option Marketing. J’ai ensuite été admise en prépa au lycée Alfred Kastler à Cergy après avoir obtenu mon bac STMG mention très bien.

Au lycée j’avais du mal à apprendre par cœur et à rester concentrée, c’est pour cela que je me suis orientée vers la STMG. Je préférais faire une bonne scolarité en STMG plutôt qu’une moyenne voire mauvaise dans une voie générale. Je m’y suis sentie beaucoup plus à l’aise et j’ai appris au fur et à mesure à avoir une méthode de travail qui me correspondait. Finalement j’ai pu finir avec 16 de moyenne en terminale et un bac à 17,7 de moyenne.


COMMENT J’AI VÉCU LA PRÉPA

Arrivée en prépa j’étais assez stressée à cause de tout ce que j’avais pu en entendre (très élitiste, les profs sont trop cassant, les élèves tombent en dépression…).  Mais je me suis vite rendu compte que c’était faux, en tout cas dans ma prépa. Les profs étaient gentils, impliqués et compréhensifs… le fait d’être dans une petite prépa y est pour beaucoup. On nous a souvent répété qu’il y avait de la place pour tout le monde et que même les plus petites écoles ont de la valeur. Chacun était poussé à donner le meilleur de soi pour atteindre une école qui lui corresponde plutôt que viser le top 3 sinon rien.

J’ai fait une bonne première année où j’aimais apprendre et travailler mais j’avais encore du mal à m’organiser ;  j’ai  donc travaillé tout l’été pour essayer de rattraper tous les retards que j’avais pu accumuler, pour bien commencer la deuxième année. Je me suis aussi mise à travailler avec deux amis pendant toute la deuxième année. Le fait de travailler à plusieurs était très constructif car on avait tous nos points forts dans lesquels on pouvait aider les autres (par exemple pour moi c’était les maths et l’éco-droit) mais on allait aussi beaucoup plus vite pour ficher car on se partageait le travail, c’est quelque chose que je recommande à 100% car sans eux je n’aurais sans doute pas eu les mêmes résultats aux concours.  

Ainsi, j’ai très bien vécu mes deux ans de prépa malgré des moments de doute et de stress et j’y ai rencontré des amis que je garderais toute ma vie.

 

 

COMMENT J’AI ABORDÉ LES CONCOURS

La période qui a précédé les concours était inhabituelle avec le premier confinement. Les révisions qui devaient durer deux semaines ont duré deux mois et toujours dans l’incertitude, mais il fallait rester concentré malgré tout et ne pas lâcher. Avec les amis avec qui je travaillais on a créé un planning de travail dans lequel on essayait de garder le rythme, c’est-à-dire que l’on se réveillait à 6h30 pour travailler de 7h à 11h les grosses matières, puis 2h après le déjeuner pour faire des langues et de la culture G. Encore une fois le fait d’être plusieurs nous a permis de rester motivés pendant cette période car dès que l’un avait un coup de mou, il y en avait toujours un autre pour le remotiver.

J’étais donc assez confiante en arrivant aux concours, je savais que je n’avais pas fait d’impasse et j’espérais pouvoir intégrer un top 5, et notamment l’ESSEC.

 

 

LA PÉRIODE DES CONCOURS

Pendant les concours on a loué des appartements avec des amis pour partir plus loin que là où on habitait et être vraiment dans notre bulle. On était détendu ensemble et on pouvait rigoler entre nous la veille des épreuves. En plus, on a passé les concours au début de l’été, il faisait beau, je n’avais pas l’impression de passer des concours importants mais plutôt d’être avec mes amis au soleil. Le fait de ne pas être trop stressée m’a permis de me sentir mieux pendant les épreuves et de ne pas perdre mes moyens.

J’ai tout de même eu des doutes sur certaines épreuves, notamment à la BCE car venant d’une petite prépa, le niveau n’est pas forcément représentatif du niveau général, je ne savais donc pas si ce que j’avais fait valait une bonne note ou non. Par exemple, les maths étaient ma matière forte, mais j’étais très perturbée en sortant des maths ESCP car j’avais l’impression d’avoir rater l’épreuve puisque j’avais sauté pas mal de questions. Pourtant, quand j’ai reçu mes résultats j’étais très étonnée de voir que j’ai eu une très bonne note.

À l’inverse, je n’étais pas très à l’aise en anglais à l’écrit et en culture générale et j’ai eu l’impression de rater les épreuves de langue et de culture générale HEC, mais j’essayais de relativiser et de me dire que je pouvais les rattraper grâce aux plus gros coefficients.

En résumé, j’ai bien vécu la période des concours malgré des doutes et des déceptions (enfin ce que je croyais) et j’ai même revu mes espérances à la baisse. Mais j’ai tout de suite pu prendre des vacances, comme il n’y avait pas d’oraux, ce qui m’a permis de ne plus y penser jusqu’aux résultats.

 

 

MES RÉSULTATS

NOTES BCE

Contraction HEC : 12
Culture G HEC : 11
Culture G ESSEC/EDHEC : 17
Maths ESCP : 19,8
Management  HEC : 17,6
Éco-Droit : 16
Anglais : 8,9
Espagnol : 11

 

NOTES ECRICOME

Culture G : 12
Maths : 20
Management : 11
Éco-droit : 19                                                       
Anglais : 12,75
Espagnol : 13,5

 

MES BONNES COPIES

 

Vous pourriez aussi aimer