Analyse : Le Projet Global Gateway

L’union européenne a lancé en décembre 2021, un plan massif d’investissement record de 300 milliards d’euro (pour la période 2022-2027). Le but étant de développer selon les mots de la commission européenne des « liens intelligents, propres et sûrs dans les domaines du numérique, de l’énergie et des transports et à renforcer les systèmes de santé, d’éducation et de recherche dans le monde entier » (commission européenne, décembre 2021). Par ce plan massif, l’Europe souhaite continuer d’influencer dans la zone indopacifique pour les prochaines décennies tout en restant forte de ce qui fait sa spécificité, à savoir d’être une puissance normative capable d’impulser le reste du monde.

Pour en savoir plus : site de la commission européenne 

 

Utilisable dans un certain nombre de sujets

 

  • Europe –

    Projet d’une Europe stratégique, d’une Europe visionnaire qui sort enfin d’un somnambulisme stratégique, ce projet Global Gateway va structure la politique européenne des prochaines années. Pendant longtemps, l’Union Européenne s’est bercé d’illusion dans un monde où d’autre puissance dominaient. Depuis l’élection d’Ursula von der Leyen, cette situation est en train de changer et fait de l’Union européenne, une institution à la croisée des chemins.

 

  • Asie-Pacifique –

    À la suite d’un basculement des relations géopolitiques mais également économique en direction de cette nouvelle zone, toutes les « vielles » puissances se sont orientées vers ce nouveau nœud géopolitique. Le Pivot asiatique américain et Russe ont précédé cette nouvelle initiative ambitieuse de la part de l’Union Européenne. L’Europe ne veut pas se placer aux abonnées absent et ces 300 milliards devront lui permettre de se positionner dans la zone et de continuer de faire porter les valeurs et normes européennes.

 

  • Environnement –

    étude de cas originale sur une stratégie visant à faire adopter dans une région très énergivore une série de norme dans le but de réduire l’impact climatique de l’homme sur son environnement. En effet, cette stratégie est en accord avec les ODD (les objectifs du développement durable) développé par les nations Unis. L’Europe en tant que puissance normative tentera par ces normes de changer les habitudes des pays au niveau climatique.

 

  • Les mers et océans –

    L’Europe se permet de se lancer sur cette zone du au fait de son ancrage territorial. En effet, l’Europe est présente dans la zone Indo-pacifique grâce aux confettis des ex-empires coloniaux. L’Europe indirectement participe à l’ancien conflit géopolitique qui a opposé une vision d’une mer ouverte et d’une mer fermée, conflit qui oppose aujourdhui les Etats-Unis et la Chine. L’Europe tient a faire respecter le droit international (la conférence de Montego Bay de 1982 relative au droit de la mer)

 

  • La Chine –

    Ce projet apparait pour l’Union européenne comme une réponse au projet titanesque de la Chine des nouvelles routes de la soie terrestres. La Chine, ce « rival systémique » selon les mots d’un rapport de la commission européenne de 2019 est devenu un partenaire si ambivalent que les dirigeants ont choisi de nouvelle option pour ne pas prendre partie dans cette nouvelle « guerre-froide sino-américaine »

 

Proposition de sous-partie rédigée

Le 1er décembre 2021, la représentante de la commission européenne Ursula Von der Leyen, et le Haut représentant pour les Affaires étrangères de l’Union Européenne Josep Borell, ont annoncé la mise en place d’un projet d’investissement : Global Gateway. Dans le cadre de ce projet va être investi près de 300 milliards d’euros sur la période 2021-2027. Les investissements cibleront particulièrement 5 domaines clés, en accord avec les ODD (objectif du développement durable), à savoir : le numérique ; le climat et l’énergie ; les transports ; la santé ; l’éducation et la recherche. Ce projet, d’une proportion considérable pour l’Europe, a pour ambition de concurrencer le projet des nouvelles routes de la Soie chinoise (Xi Jing Pin, 2013, ex-projet OBOR (one belt one road)). Global Gateway a donc pour ambition de proposer une alternative à la « solution chinoise » en développant des coopérations pour ne pas que l’Europe se retrouve marginaliser des relations pacifiques futures, pour ne pas que l’Europe ancien conglomérat de puissance prédatrice ne devienne aux yeux du reste du monde une proie.

 

Vous pourriez aussi aimer