Analyse rapport de jury – LV1 Anglais CCIP 2020

📸  Ne manquez aucune information concours en nous suivant au quotidien sur notre compte Instagram   📸

 

👉🏼 Sujet complet LV1 ANGLAIS CCIP 2020👈🏼




I) Le sujet 


TRADUCTIONS : La version et le thème, littéraires, décrivent tous deux une rencontre. On retrouve donc des éléments de description et de dialogue. Au niveau du registre, celui de la version est formel, et celui du thème est très soutenu.

EXPRESSION ÉCRITE : Le texte était un article provenant du Harvard Business Review ; assez long comparé aux années précédentes, il se lit néanmoins facilement, et ne présente pas de grandes difficultés stylistiques. Il contenait des exemples qui pouvaient servir d’inspiration pour l’essai, autour du thème du rôle des jeunes activistes dans la crise du changement climatique.

Question de texte : « According to the author of the text, what is the role of young people in the climate change movement ? »
Essai : « In your opinion, should young people be trusted to drive societal and political change ? Illustrate your answer with relevant examples from the English-speaking world. »



II) Éléments de barème et attentes du jury


TRADUCTIONS : Comme d’habitude, le thème compte pour 40%, l’expression écrite pour 60%. La précision et l’authenticité dans les deux langues sont les clés pour réussir cette partie. Le jury apprécie des traductions qui retranscrivent correctement l’idée du texte de base, le tout dans un vocabulaire riche et adapté. Dans les deux langues, la maîtrise de la grammaire, de l’orthographe, de la ponctuation et le respect du registre et/ou du ton sont fondamentaux pour réussir.

EXPRESSION ÉCRITE : La langue prime, il faut être vigilant sur la grammaire et surtout sur l’emploi des temps, un mauvais usage de ces derniers constituant la faute la plus lourdement pénalisée. Chaque question compte pour 50%, et en 250 mots (+/- 10%), il faut pouvoir répondre en peu de mots dans une langue riche, sans fautes de grammaire, et avec un certain style.
⇒ Question de compréhension : attention à la paraphrase, le candidat doit montrer qu’il a compris en employant ses propres mots. Le but n’est pas de résumer l’article brièvement, mais d’en comprendre les enjeux, et surtout ceux de la question, qui doit orienter la réponse dans une certaine direction.
⇒ Essai : des exemples pertinents pouvaient être trouvés dans l’actualité, dans d’autres thèmes tels que l’éducation, la technologie ou encore le monde des affaires. Il ne faut pas hésiter à piocher dans les autres matières du concours (culture générale, géopolitique, économie et sociologie…) pour enrichir l’essai, et avoir de quoi effectuer des comparaisons pertinentes. Il est important de gérer le fond (avec des exemples pertinents témoignant d’une ouverture culturelle) et la forme (grammaire correcte et fluidité stylistique).



III) Remarques de correction



A. Version

Globalement, la restitution a été bonne et l’histoire comprise. Certains ont réussi à éviter les calques et à s’approprier le sens du texte. Il y avait quelques passages difficiles, que les candidats ont essayé de traduire de façon logique (‘pedestrians flowed awkwardly around them’ : “les piétons, embarrassés, passaient en les contournant”, par exemple) ; la fin du texte n’était pas évidente non plus,  ‘the cane tap-tap-tapping’ a pu être traduit par “résonnant distinctement”,“comme un métronome”. Même si ce n’était pas l’idéal, cela démontre un effort de reformulation logique qui n’a pas été fait par tous les candidats, certains ayant traduit les parties difficiles sans chercher à donner du sens (“des pâquerettes passaient silencieusement” par exemple).

Le sens du texte a parfois été complètement changé en raison d’une méconnaissance du vocabulaire (“Des chevaux s’affolaient de manière gênante autour d’eux”, “les pédiatres communiquaient difficilement entre eux” …)

Il y a eu un contresens sur la phrase ‘his back to her’ (le dos tourné vers elle), parfois traduit par “il retourna/revenait vers elle”.

Attention aux calques, comme pour “Juliet picked up her pace” que les meilleurs candidats ont traduit par l’idée d’accélérer, d’augmenter la cadence, et non “ramassa son passe” ou d’autres actions sans aucun rapport.

Le vocabulaire de base est parfois mal connu, ce qui donne lieu à des traductions étranges : ‘glove’ (le gant) devient fleur, mégot, fantôme… ‘pedestrians’ (les piétons), les passages piétons, la randonnée pédestre… Miss devient Madame (on retrouve un parallèle avec la version 2019 où le Mrs devenait Mademoiselle).

Parmi les fautes de français, on retrouve des erreurs de grammaire, avec des problèmes récurrents sur la conjugaison du passé simple (elle l’atteigna* ; elle courra* ; il offra*…), et d’orthographe (attention aux homophones) : la canne/la cane (voire câne), résonner/raisonner. Ces erreurs bêtes entraînent des pénalités pour manque de rigueur.

L’utilisation du tutoiement dans le dialogue était considéré comme une erreur de compréhension du ton du texte, ici très formel.


B. Thème

Cet exercice, traditionnellement difficile, a été réussi par de nombreux candidats « ayant maitrisé les temps et utilisé une syntaxe claire », et qui ont rusé dans leur traduction pour contourner des temps inconnus. Des formules idiomatiques ont été utilisées à bon escient, comme  “he was running out of time” ou “the clock was ticking” pour ‘il y avait urgence’.

Les dialogues ont globalement mieux réussis que les parties narratives, même si le registre était parfois inadapté (Sure I can pour ‘Tout à fait’, stuff ou dumb thing pour ‘babiole’, « if it’s a piece of shit pour ‘s’il est mensonger’…)

Des structures courantes, comme such, sont mal maîtrisées. Le conditionnel passé a souvent été mal formulé (utilisation de will au lieu de would). Il y a également eu des erreurs dans l’utilisation des verbes suivant why (“why bothering” ; « why to upset” ; « why want you bother »…) et plus généralement dans les accords des verbes (-s de la troisième personne du singulier manquant, « were » au lieu de « was »…). Il y a également eu des confusions entre « it » et « he ».

Au niveau du vocabulaire, certains ne connaissaient pas la traduction de mots qui auraient dû être maîtrisés : devoir (owe) = own (posséder), gendre (son-in-law) = stepson, gender (beau-fils, genre/sexe), beau-père (father -in-law) = goodfather, half-father (bonpère, demi-père), faire semblant (pretend/feign) = faint (s’évanouir), bureau (desk – le meuble) = office (le bureau – la pièce) ; Dieu le père (God the Father, God Almighty) = the Godfather, God’s father (le parrain, le père de dieu).

Parmi les fautes d’orthographe retrouvées : dept (debt), interrumpted (interrupted), burry/burried (bury, buried) et affraid (afraid)… Elles donnent parfois lieu à des non-sens (a closed friend, a cloth friend…).

C. Question de compréhension

 Le thème du texte est globalement bien compris, avec le rôle majeur des jeunes dans la question environnementale. Presque tous ont fait l’effort de ne pas paraphraser le texte et de le reformuler.

Néanmoins, la question a pu poser problème, et certains candidats ont cherché à résumer le texte au lieu de traiter l’angle spécifique de la question. On demandait en effet le rôle de la jeunesse dans les mouvements pour le changement climatiques, pas seulement dans les mouvements sociaux en général. Il y a surtout eu des difficultés de compréhension et de restitution sur le passage concernant les entreprises (l’idée était que les jeunes pourraient encourager les entreprises à être plus agressives face au changement climatique).

Au niveau de la construction de la réponse, l’introduction est inutile et fait perdre un nombre important de mots qui auraient été utilisables pour répondre correctement et précisément à la question. Ne répétez donc pas la question ! Le jury remarque également un manque général d’organisation, avec des éléments qui ne sont pas assez reliés par des liens logiques, ce qui fait perdre à l’ensemble de la réponse sa cohérence. D’où l’importance de connaître les liens logiques, pour que les éléments de réponse s’enchaînent de manière fluide.

Parmi les erreurs de grammaire constatées fréquemment, les correcteurs ont retrouvé la conjugaison avec ou sans « did » ; un emploi fréquent du relatif « that » au lieu de « who » ou encore l’oubli du -s à la troisième personne du présent simple.

Attention à l’orthographe : craddle au lieu de cradle, artifical au lieu de artificial, Youngs/youngers au lieu de young/young people…


D. Essai


Vous n’êtes pas évalué sur votre opinion mais sur la façon dont vous la défendez et l’argumentez.

Le jury a apprécié les nombreux exemples anglo-saxons pertinents (Malala, Emma Gonzalez, Emma Watson, Justin Trudeau, Jacinda Ardern, Dreamers, Black Lives Matter, les manifestations pour George Floyd, Extinction Rebellion…), qui montrent que le candidat suit régulièrement l’actualité à travers les médias.

Cependant, certains ont à tout pris voulu placer leurs connaissances, même quand elles étaient plus ou moins hors-sujet (Obamacare,  Brexit…)

Voici des exemples de bonnes expressions trouvées dans les meilleures copies : « the buccaneering spirit » ; « the Senate subpoena » ; « unfettered globalisation » ; « excoriate » ; « the spearheads of movements that challenge… ».

Les copies qui ont dépassé le classique « thèse-antithèse-synthèse », peu pertinent ici, et qui ont plutôt soutenu une thèse grâce à différentes analyses, ont été récompensées par les meilleures notes.


IV) Conseils aux futurs candidats


– Connaître vraiment le format et les attentes de l’épreuve
– La lecture des rapports précédents est essentielle pour comprendre ce qui est attendu de vous dans chacune des parties. Parmi les conseils des années précédentes, on retrouve en résumé :

  • Lire en entier les textes de traduction, et éviter le calque à tout prix (il faut toujours que la traduction ait du sens), en osant des expressions idiomatiques qui donneront plus de style (sans altérer le sens original).

  • Connaître ses règles de grammaire, de conjugaison et les structures de base

  • Pour la question de compréhension : reformuler de façon claire et précise les propos de l’auteur ; ne pas rajouter d’idée ou d’opinions qui n’y étaient pas présentes

  • Pour l’essai : défendre ses idées jusqu’au bout (donc éviter de se contredire), suivre régulièrement l’actualité pour avoir un panel d’exemples variés à mobiliser pour répondre au sujet 

  • Se relire pour éviter les erreurs bêtes et des oublis de phrases

 

V) Statistiques annuelles

  • 7809 candidats 
  • 10,12 de moyenne
  • Un écart type de 3,72

 

Lire plus : Consultez la copie d’Inès qui a obtenu 17,8/20 à cette épreuve !



 

Maiwenn Kerzerho

Étudiante en pré-master à l'ESSEC après deux années de prépa ECE, je vous apporte mes meilleurs conseils pour survivre à la prépa et réussir les concours !

Vous pourriez aussi aimer :
Notre rendez-vous hebdomadaire est marqué cette semaine par la baisse de livre turque, le résultat d'exploitation exceptionnel de Ryannair ainsi…