ANALYSE RAPPORT DE JURY : Synthèse ESCP 2019

           ANALYSE RAPPORTDE JURY :           SYNTHESE ESCP 2019 

*****

La moyenne générale est légèrement en hausse cette année, passant de 9.96 à 10.05/20.

Le sujet : SYNTHESE ESCP 2019

l) Analyse du sujet

L’épreuve d’étude et synthèse de textes est une épreuve de culture générale, ce qui suppose que les candidats mobilisent leurs connaissances et leur culture (même s’ils ne disposent pas de documents) pour réfléchir à des problématiques liées aux programmes des classes préparatoires économiques et commerciales.

L’épreuve est corrigée par des professeurs particulièrement attentifs à la correction de la langue, à la clarté, à la justesse et à l’élégance de la formulation. Il importe donc de retenir qu’à côté de la bonne compréhension des textes et de la maîtrise proprement dite de l’exercice de synthèse, une part de la notation valorisera ou pénalisera l’expression (songeons particulièrement aux énoncés convenus, maladroits ou répétitifs).

L’épreuve est régie par quelques conventions précises en termes de physionomie et de composition du texte à produire ; rappelons les principes et les aménagements qui ont été consacrés par la tradition au fil des ans :

-le texte à produire commence par une question, la plus précise possible, mais aussi la plus apte à saisir l’unité du corpus ; toute autre forme d’introduction s’éloigne de l’attente des correcteurs ;

 -la conclusion qui viendrait clore le travail après le point de convergence et les trois points de confrontation est déconseillée ;

-les points de confrontation sont formulés sous forme de questions, ce qui correspond plus à un usage qu’à une stricte obligation ;

-le respect de la fourchette imposée (300 mots, plus ou moins 10 %) est impératif. Le non-respect de cette règle entraîne des pénalités croissantes par tranches de mots manquantes ou excédentaires ; dans le décompte des mots, les noms des auteurs comptent pour un seul mot ;

-le respect de l’orthographe est impératif ; certes, les pénalités ne frappent pas la copie dès la première faute et une « licence » d’une, deux, voire trois fautes est laissée à l’appréciation des correcteurs ; au-delà, la sanction est forte et appliquée de manière systématique.

ll) Remarques de correction 

Pistes de lecture des textes:

Dans le texte de Péguy, un premier paragraphe identifie les distorsions du lexique opérées dans le discours des chefs de parti. La suite du texte examine les conséquences et les enjeux de la multiplication de ces manières de parler : clivages et incompréhension, désunion voire désagrégation de la société. Et la fin pointe également la responsabilité de médias complices.

Dans le texte de Salmon, les trois premiers paragraphes établissent le constat de l’invasion du réel par le fictionnel, avant de laisser place au rappel d’une anecdote qui exprime la volonté ancestrale de contrôle des pratiques et des discours par les pouvoirs. Les trois derniers paragraphes signalent enfin les difficultés de mettre en œuvre ces finalités, dans une époque de plus en plus caractérisée par la prolifération des énoncés, prolifération qui a conduit à identifier dans le storytelling un moyen de réduire l’effrayante complexité de l’existant.

Dans le texte de Revault d’Allonnes, les trois premiers paragraphes font le constat de l’émergence de ces pratiques rassemblées sous les dénominations de « fake news » et de « vérité alternative » ou « vérité faussée » par les commentateurs et les éditorialistes. Les paragraphes 4 et 5 reviennent ensuite sur la responsabilité de la révolution numérique dans la diffusion de telles pratiques, avant que le 6e ne signale que l’époque numérique n’a pas le monopole du mensonge ou de la vérité faussée, et que le dernier paragraphe ne situe les enjeux globaux d’une évolution qu’il est possible, comme on l’a vu plus haut, de décrire en termes de destruction concertée de la réalité.

Les trois textes :

-analysent les formes prises par l’irruption du mensonge, de la manipulation, de la

distorsion du réel comme pratiques caractéristiques du politique ;

-pointent les conséquences de ces pratiques sur les sociétés ;

-interrogent les enjeux globaux d’ordre philosophique et politique de cette évolution.

Les difficultés rencontrées lors de cette session:

Comme chaque année, il convient de souligner les traditionnels travers qui portent sur la maîtrise de l’orthographe (une nouveauté : « la politic » !), le lexique (« le discours des hommes politique est vérace » pour « véridique ») et la syntaxe (soulignons la difficulté grandissante à distinguer et à employer avec discernement l’interrogation et l’interrogation indirecte), et qui demeurent des éléments essentiels de l’évaluation des copies.

L’absence d’attention portée au paratexte:

Les candidats doivent prêter une attention particulière dans la lecture qu’ils font des textes, aux éléments du paratexte, c’est-à-dire aux noms des auteurs et au contexte historique dans lequel ces textes ont été rédigés.

Tout d’abord, elle éviterait des erreurs sur les auteurs ; nombre de candidats n’ont pas porté attention cette année au fait que le prénom de Myriam Revault d’Allonnes induisait que l’auteur était une femme, et ils en ont parlé au masculin.

Ensuite, nous avions ici deux époques de rédaction des textes nettement différenciées puisque celui de Péguy a été écrit au début du XXe siècle, alors que les deux autres l’ont été au début du XXIe, ce qui fait un écart d’un siècle entre les textes, et implique des perceptions très différentes d’un auteur par rapport aux deux autres ! Il est ainsi impossible par exemple de faire une question globale parlant d’époque « contemporaine » ou d’ « aujourd’hui », car si elle inclut le contexte d’écriture de Christian Salmon et de Myriam Revault d’Allonnes, elle exclut de facto l’époque de Péguy.

Cet écart de temporalité entre les textes amène à appréhender avec prudence le rôle des médias dans la problématique. Ce thème était très important dans la confrontation entre les textes, mais à l’époque de Péguy, il ne s’agit que de la presse ; un siècle plus tard, l’arrivée massive des réseaux sociaux et de l’informatique a bouleversé la diffusion de l’information. On ne pouvait pas dans la synthèse amalgamer ces vecteurs d’information !

Par conséquent, le traitement d’un thème commun comme l’altération de la vérité dans la communication politique avec un corpus présentant un écart chronologique d’un siècle invitait les candidats à inclure dans leur synthèse une perspective d’évolution historique, du texte de Péguy à celui de Myriam Revault d’Allonnes. Il fallait par exemple se demander comment ce qui était en germe et déjà dénoncé au début du XXe siècle avait évolué jusqu’à nos jours.

lll) Conseils aux futurs candidats 

-Respectez les règles de l’exercice, interdisez-vous la juxtaposition de trois résumés, évitez l’absence de décompte des mots ou les erreurs de décompte.

-Respectez le sens des textes et évitez les plans tout faits.

-Faites un bon usage de votre culture générale.

-Essayez de trouver les points de convergence des trois textes sans oublier leurs dissemblances.

-Exprimez-vous dans une langue correcte, claire, rigoureuse en évitant les effets de style grandiloquents ou la copie paresseuse des expressions savantes des textes.

-Veillez à la cohérence interne, à la lisibilité et à la bonne intelligence de votre propos.

-Veillez à la correction orthographique de la synthèse.

-Proposez une copie soignée, à l’écriture lisible et respectueuse des règles de présentation de la synthèse. Ratures, renvois, repentirs et «blancs» (dus aux effaceurs, mais non comblés) font d’emblée mauvaise impression.

D’autres analyses de rapport de jury : Analyse rapport de jury : Culture générale (EDHEC/ESSEC) Analyse rapport de jury : Culture générale (HEC/emlyon) Analyse rapport de jury : Contraction de texte (HEC) Analyse rapport de jury : ESH (ESCP) Pour du contenu exclusif n’hésitez pas à nous suivre sur :

Dorian Zerroudi

Directeur de Mister Prépa et étudiant à emlyon business school, j'ai à coeur d'accompagner un maximum d'étudiants vers la réussite !

Vous pourriez aussi aimer :
Du 20/11 au 18/12, Grenoble Ecole de Management lance une série de webinars à destination des candidats pour répondre à…