Apprendre par cœur en ESH : avantages et limites

L’ESH est l’une des matières les plus coefficientées pour la filière ECG. C’est pourquoi, la majorité des étudiants y consacre beaucoup de temps de révisions pour que le jour des concours, la copie rendue soit la meilleure possible. Parmi les manières d’apprentissage, l’apprentissage par cœur revient fréquemment car beaucoup de dates, de mécanismes, d’auteurs ou encore d’ouvrages sont à retenir. Mais l’apprentissage par cœur est-il suffisant pour réussir l’épreuve d’ESH ? Les meilleures copies sont-elles celles où le cours est parfaitement et totalement restitué ?

 

Les bienfaits de l’apprentissage par cœur en ESH

L’apprentissage par cœur est nécessaire pour assurer la moyenne lors du concours : les correcteurs attendent automatiquement des arguments, des citations, des auteurs et des mécanismes précis en fonction du sujet traité. La mémorisation est donc obligatoire non seulement pour cerner les limites du sujet mais surtout pour éviter le hors-sujet.

De plus, savoir que l’on connait par cœur notre cours nous permet d’aborder une épreuve avec moins de stress. On a le sentiment de pouvoir argumenter et traiter chaque sujet car tous les points du programme nous sont familiers. Il est très important d’avoir confiance en soi pour produire la meilleure copie possible et pour cela, toutes les astuces sont bonnes à prendre.

Autre point qui n’est pas des moindres : apprendre par cœur assure une certaine précision des propos avancés mais aussi l’utilisation adéquate du vocabulaire notamment pour parler des mécanismes. Le jury recherche et aime la rigueur et la justesse de ses candidats, donc c’est une manière de se faire remarquer de la bonne manière.

N’hésitez donc pas à apprendre des informations supplémentaires comme des auteurs, des chiffres clés ou encore des exemples que les correcteurs ne verront dans aucune autre copie.

Mais attention, l’apprentissage par cœur à outrance peut devenir un danger pour l’étudiant

En effet, savoir que l’on connaît par cœur le cours lié au sujet à traiter bloque parfois notre réflexion et nous empêche de saisir tous les enjeux du sujet en question. Nous sommes tentés de restituer le cours dans sa totalité, de manière brute, pour prouver au correcteur que nous avons bien révisé et en faisant cela nous oublions d’y réfléchir plus en profondeur. « Quels liens pouvons-nous faire entre telle et telle chose ? », «  Que se cache derrière ce sujet ? » sont des questions que nous ne nous posons plus car un mot clé du sujet nous a évoqué un chapitre précis et nous ne sommes focalisés que sur ce qu’il contient.

 L’épreuve d’ESH n’est pas une épreuve de restitution mais bel et bien de réflexion.

Lors de l’évocation de mécanismes par exemple, si les mots utilisés ne sont pas reformulés et ressortent tout droit du cours sans contexte, cela peut se faire ressentir par le correcteur et perdre en signification. Il ne faut surtout pas réunir des parties de cours dans sa copie mais plutôt choisir les explications qui sont utiles et qui feront directement sens.  

Ainsi, ce n’est pas forcément le sujet que l’on connait par cœur que l’on réussit le mieux.

Apprendre par coeur ou non : que faire ?

La solution est donc certes d’apprendre par cœur les informations fondamentales et qui pourront nous différencier des autres copies, mais surtout de passer par la pratique et l’entrainement à travers les khôlles mais aussi en s’interrogeant sur des sujets et en lisant des copies de concours. De cette façon, vous comprendrez mieux les attentes du jury et vous comprendrez quel est le meilleur plan à choisir et quels sont les liens possibles à faire. Cela deviendra un automatisme, et vous permettra de maximiser votre note.

 

L’apprentissage par coeur en ESH : conclusion

Ainsi, allier apprentissage par cœur et entrainement régulier sur des sujets variés est la clé de la réussite. Une bonne copie est une copie riche en savoir et en arguments mais aussi en réflexion et en analyse. Ne négligez pas pour autant les informations qui peuvent vous paraitre futiles comme le titre des ouvrages, mais qui en réalité prouve la rigueur du candidat et qui cette fois ci sont à connaître par cœur !

Anna Ertault de la Bretonnière

Etudiante à Kedge après deux ans de prépa ECE au lycée Voltaire, j'ai à coeur d'aider les étudiants du mieux que je peux !

Vous pourriez aussi aimer