Paragraphe argumentatif #3 : la méthode gagnante en anglais

Aussi différent soit-il des autres épreuves, le commentaire d’anglais a pourtant un point commun fondamental avec vos dissertations : le propos doit être structuré et argumenté pour rester convaincant. Il est donc bon de suivre un certain schéma argumentatif pour proposer au correcteur une copie claire et réfléchie. Si vous voulez performer en anglais, découvrez maintenant dans cet article comment épater le correcteur avec des paragraphes (sous-parties) élaborés et complets.

 

Lire plus : comment faire un paragraphe argumentatif en philo et en français

 

 

1) L’idée directrice

Rien de très original lors de cette première phase : comme pour chaque début de paragraphe/sous-partie, il s’agit d’énoncer votre idée directrice sous la forme d’une phrase simple, concise, efficace. Cela va de soi qu’il doit s’agir d’une idée suffisamment TRANSVERSALE (c’est-à-dire suffisamment présente et récurrente dans le texte) pour qu’elle puisse être pleinement exploitée et développée lors de l’étape 2. Autrement dit, les traits du texte purement ponctuels ou anecdotiques n’offrent pas assez de matière pour faire l’objet de tout un paragraphe.

 

Conseil : lorsque vous énoncez l’idée directrice de votre paragraphe, il est judicieux que votre phrase mêle déjà THEME, OUTIL et INTERPRETATION. Cela reste le meilleur moyen de proposer des titres de sous-parties complets et efficaces. Par exemple :

‘’The use of    <OUTIL>    throughout the excerpt contributes to emphasizing the overall effect of    <INTERPRETATION> ,  thus delving into the question of    <THEME>   ‘’.

 

 

2) Une ou plusieurs micro-analyses

Vient désormais le moment crucial d’argumentation, sans lequel votre copie ne serait qu’une accumulation vaine et superficielle d’idées. L’idéal serait de proposer au moins deux micro-analyses par paragraphe, c’est-à-dire d’appuyer votre idée directrice par au moins deux micro-analyses. Une micro-analyse est obligatoirement composée des trois éléments suivants :

  • une citation du texte : ne commettez pas l’erreur de réaliser un commentaire sans jamais citer le texte. Ce texte est votre point de référence, votre support d’analyse : il est donc indispensable de montrer au correcteur à quel passage vous faîtes référence en reportant dans votre copie la citation précise ET la ligne correspondante. ATTENTION : il ne s’agit évidemment pas de meubler votre copie en citant des passages interminables du texte ! Faîtes-donc preuve d’équilibre et de parcimonie en vous référant au texte anglais.

Rappel : lorsque vous citez un passage du texte anglais, vous devez ABSOLUMENT bannir les guillemets français (« … ») et les remplacer par les guillemets anglais ou américains (‘…’ ; ‘’… ‘’).

Conseil : le mieux reste d’intégrer la citation directement à votre phrase de commentaire, sans avoir à la mettre entre parenthèses. Par exemple : By referring to   ‘’ CITATION ‘’  in line 29, the author highlights the fact that …..

 

  • une analyse stylistique de la citation : après avoir cité un court passage de votre texte anglais, il s’agit d’analyser ses traits stylistiques (figures de style, rythme, ponctuation, tonalité, …). En d’autres termes, il s’agit de décortiquer votre citation de sorte à en tirer une analyse utile et pertinente pour votre démonstration.

 

  • une interprétation de cette analyse stylistique : l’analyse de votre citation étant faite, vous pouvez désormais lui donner un peu plus de relief et de profondeur en proposant au correcteur une interprétation. Vous l’aurez compris : rien ne sert d’analyser stylistiquement un passage du texte si vous ne l’interprétez pas ensuite ! C’est cette interprétation qui sert de démonstration à votre idée directrice, ne faîtes donc pas l’impasse dessus !

 

 

3) La conclusion partielle vers la partie suivante

Pour conclure votre sous-partie/paragraphe, il vous reste à ménager une courte transition partielle vers le paragraphe suivant. Deux conditions s’imposent pour qu’elle soit pleinement efficace :

  • récapituler rapidement ce qui vient d’être démontré, tout en liant la démonstration de votre sous-partie à la thèse générale de votre grande partie.
  • ménager un lien avec la sous-partie/le paragraphe suivant, de manière à ce que l’idée suivante ne « sorte pas de nulle part »

 

 

Il vous reste désormais à peaufiner vos analyses et affiner vos interprétations pour allier copie construite et contenu pertinent. À vous de jouer !

Vous pourriez aussi aimer