CG EM Lyon/ HEC – Copie d’Ethan (17/20)

 📸Ne manquez aucune information concours en nous suivant au quotidien sur notre compte Instagram 📸

 

👉Copie d’Ethan (17/20) 👈

Sujet : Peut-il y avoir une civilisation du désir ?

 

            « Il est 8h. Vous pouvez retourner votre copie ». À cette phrase, le tintamarre des stylos qui frappent les tables et des feuilles qui valsent en tous sens fait son œuvre. Face à une telle agitation, en Culture Générale plus que partout ailleurs, il va vous falloir garder votre calme. « Peut-il y avoir une civilisation du désir ? » vous répétez-vous sans cesse. « Que diable ! Oui ! Bien sûr que oui ! » crie une voix en vous. Les questions se multiplient dans votre esprit. Inspirez … Soufflez ! Ça y est vous êtes prêts à répondre à la seule est une unique question qui vaille, pour l’instant : « Pourquoi m’a-t-on posé ce sujet ? ».

            La possibilité d’élaborer une « civilisation du désir » n’est donc pas une évidence en soi. C’est-à-dire que la compatibilité entre la civilisation et le désir est à interroger. Première étape : « Qu’est-ce qui cloche ? ». Civilisation me fait penser à l’ordre, aux lois, aux normes, à l’héritage, à la continuité. Je tâche alors de définir ce terme dans mon introduction. Quant-au désir, il est violent, imprévisible, vif et ponctuel. En somme, vu comme cela, il est tout l’inverse de civilisation. J’ai mon point de départ ! Le problème est : « comment peut-on penser une civilisation du désir, alors que civilisation et désir semblent incompatibles ? ».

            En première partie, j’ai donc présenté le problème. J’ai d’abord considéré que le désir était coupable de rendre cette union incompatible. Puis j’ai tenté de jouer avec les points de vue. Ainsi, j’ai ensuite considéré la responsabilité que tient la civilisation dans la violence inhérente au désir. Mais enfin, il faut opérer le dépassement. Dépasser quoi ? C’est vrai ça ! Et bien dans ma logique, je devais dépasser l’opposition civilisation versus désir. Je me suis donc attaché à mettre en lumière leur relation paradoxale, puisque constitutive de chacun. En effet, il n’est de règle que pour autant qu’il y a excès. Et vis-versa, il y a excès que pour autant qu’il y a une limite à franchir …

 

Ethan Joubioux

Rédacteur chez Mister Prépa, étudiant en pré-master à Audencia et ancien élève de prépa ECS au Lycée Saint-Vincent à Rennes. J'interviendrai notamment en géopolitique.

Vous pourriez aussi aimer
Vous pourriez aussi aimer :
Les inscriptions au concours 2021 sont désormais lancées ! Nous avons sélectionné pour toi 5 bonnes raisons de t'inscrire à…