Chips Act : l’Union européenne rattrape son retard dans les semi-conducteurs

Le mardi 18 avril 2023, le parlement européen et les pays membres de l’Union européenne ont trouvé un accord pour l’adoption du « Chips Act », le règlement européen sur les semi-conducteurs. Le Chips Act est un vaste plan d’investissements publics et privés qui s’accompagne d’un objectif ambitieux : doubler la part de marché du continent d’ici à 2030.

 

Le marché des semi-conducteurs, au cœur de toutes les dépendances et attentions

Les puces électroniques sont des atouts stratégiques pour les principales chaînes de valeur industrielles. Aujourd’hui, le centre de gravité de la chaîne de valeur de l’industrie des semi-conducteurs penche fortement vers l’Asie. Si les activités de Recherche et Développement sont encore concentrées à plus de 75% aux États-Unis et 20% en Europe de l’Ouest, 90% des capacités de fabrication des fonderies se trouvent en Asie. 51% sont concentrées à Taïwan, 22% en Chine et 11% en Corée du Sud, soit 84% dans ces trois pays.

Des suites de la crise sanitaire qui a révélé la dépendance et la vulnérabilité de nombreux pays au continent asiatique pour l’approvisionnement des semi-conducteurs, les Etats-Unis ont rapidement légiféré pour reconstituer les capacités de fabrication des semi-conducteurs. Les travaux ont conduit à l’élaboration du « Creating Helpful Incentives to Produce Semiconductors and Science Act of 2022 » ou CHIPS Act promulgué par le gouvernement américain le 9 août 2022. Cette mesure comprend un paquet législatif de 280 milliards de dollars sur dix ans afin de revitaliser l’industrie américaine des semi-conducteurs et de promouvoir l’économie et la souveraineté nationale. Le 16 août 2022, l’« Inflation Reduction Act of 2022 » (IRA) visant également à favoriser plus largement la production sur le sol américain, est promulgué.

Dans ce contexte et à l’origine du projet, la Commission européenne explique vouloir sortir d’une double dépendance. D’abord envers les États-Unis pour le design des puces électroniques. Ensuite envers l’Asie, notamment Taiwan et la Corée du Sud, pour leur fabrication. C’est un enjeu de souveraineté industrielle, alors que ces composants sont de plus en plus indispensables.

Lire plus : L’inflation Reduction Act de Biden, le nouveau mal des européens ?

 

Le Chips Act va renforcer la compétitivité et la résilience de l’Union Européenne

Le Chips Act made in Europe, également appelé « Paquet législatif sur les semi-conducteurs », ambitionne de remédier aux pénuries de semi-conducteurs, en mobilisant plus de 43 milliards d’euros d’investissements publics et privés, en faveur de cette industrie sur le territoire européen. 

Selon le communiqué de la Commission européenne, les objectifs du Chips Act sont de :

  • Renforcer l’avance de l’Europe en matière de recherche et de technologie afin de développer des puces électroniques plus petites et plus rapides ;
  • Mettre en place un cadre visant à porter la capacité de production à 20 % du marché mondial d’ici à 2030 ;
  • Développer et renforcer la capacité d’innover dans la conception, la fabrication et la mise en boîte de puces électroniques avancées ;
  • Développer une compréhension approfondie des chaînes d’approvisionnement mondiales des semi-conducteurs ;
  • Remédier à la pénurie de compétences, attirer de nouveaux talents et soutenir la constitution d’une main-d’œuvre qualifiée ;

 « Dans un contexte géopolitique de réduction des risques, l’Europe prend son destin en main, se félicite Thierry Breton, commissaire européen au Marché intérieur, à l’origine de l’initiative. En maîtrisant les semi-conducteurs les plus avancés, l’UE deviendra une puissance industrielle sur les marchés du futur. »

Lire plus : Philippe Aghion prend la parole sur l’Inflation Reduction Act

 

Le Chips Act porte ses fruits puisque d’importants projets sont déjà en cours

Le Chips Act a déjà suscité quatre projets de nouvelles usines : celui d’Intel à 17 milliards d’euros à Magdebourg, en Allemagne, celui d’Infineon Technologies à 5 milliards d’euros à Dresde, en Allemagne, celui de STMicroelectronics et GlobalFoundries à 5,7 milliards d’euros à Crolles, en Isère, et celui de Woolfspeed et ZF à 3 milliards d’euros à Ensdorf, en Allemagne. Ces investissements vont participent à la réindustrialisation de l’Union Européenne a de nombreuses créations d’emplois.

Lire plus : Retour sur le Sommet Choose France organisé en mai 2023

 

Pour conclure, l’Union Européenne a approuvé le Chips Act en avril 2023 pour doubler sa part de marché sur le marché des semi-conducteurs d’ici à 2030. A travers un investissement de 43 milliards d’euros, les Vingt-Sept espèrent sécuriser la chaine d’approvisionnement et anticiper les pénuries.

Damien Copitet

Je suis étudiant à SKEMA BS après deux années de classe préparatoire au lycée Gaston Berger (Lille). Nous nous retrouvons toutes les semaines pour l'actualité en bref

Vous pourriez aussi aimer