Clearview : la CNIL condamne la mauvaise utilisation de l’IA pour protéger la vie privée

Clearview est une entreprise américaine créée en 2017. Elle est spécialisée dans l’intelligence artificielle et vend ses services tout d’abord aux forces de l’ordre. Elle a aujourd’hui étendu ses services à de nombreuses entreprises. Son service consiste à identifier des personnes grâce à plus de 3 milliards d’images et des données collectées sur internet et sur les réseaux sociaux. Leur intelligence artificielle est donc ainsi capable de donner à partir d’une image une identité, le nom, le prénom, l’âge, la profession et le nom des proches de la personne identifiée sur l’image. Néanmoins les services ont suscitées beaucoup de controverses notamment ces deux dernières années. Elle représenterait une menace pour la vie privée, du fait qu’elle utilise des images sans consentements.

Les services de Clearview ont notamment été utilisées par les forces de l’ordre pendant et après l’attaque du Capitol en janvier 2021 pour identifier les attaquants du Capitol. 

L’intelligence artificielle va-t-elle trop loin et condamne-t-elle la vie privée ?

 

L’intelligence artificielle : une avancée majeure versus un danger pour la vie privée

L’intelligence artificielle s’avère-être une arme à double tranchant : elle est effectivement très utile étant donné qu’elle permet d’automatiser les tâches répétitives et permet ainsi des gains en terme d’efficacité et de rationalisation. L’intelligence artificielle utilise des logiciels et des algorithmes de pointe pour traiter, analyser des informations à tous moments. Des processus auparavant complexes sont ainsi automatisés. C’est ainsi que l’intelligence artificielle devient un enjeu stratégique pour nombre d’entreprises mais également dans le domaine judiciaire.

Néanmoins l’utilisation et le développement intensif de l’intelligence artificielle sont confrontés à certaines limites, des limites éthiques notamment. L’intelligence artificielle utilise et récolte des données en masse, hors les données personnelles nécessitent pour être utilisées, un consentement. Hors des entreprises comme Clearview utilisent des données personnelles sans avoir précédemment reçu de consentement, à des fins de service. Ici advient la question du respect de la vie privée et des données personnelles, normalement protégées par les lois dans de multiples pays comme par exemple en France. De plus, la vie privée reste protégée même sur Internet grâce au RGPD (Règlement Général sur la protection des données). La question du respect des droits et de l’éthique peut être posée. Peut-être que l’intelligence artificielle n’est pas assez entourée légalement et qu’elle va trop loin en contournant des lois fondamentales et indispensables. 

Cette question peut-être également posée concernant la surveillance civile, notamment dans les rues. Dans certaines villes chinoises, l’intelligence artificielle est utilisée pour surveiller et punir la population : des caméras filment sans cesse les habitants et la technologie est capable de détecter l’identité de chaque personne et de juger si son comportement est acceptable ou non. Si la personne identifiée ne respecte pas les règles du pays, cette dernière verra voir sa note comportementale diminuée. Elle ne sera peut-être plus autorisée à accéder à certaines choses telles que prendre l’avion par exemple.

 

Voir plus : https://misterprepa.net/anglais-lv1-ecricome-2021-analyse-du-sujet/

 

Le cas de Clearview : une intelligence artificielle controversée 

L’usage de l’intelligence artificielle peut être avantageux pour les services des forces de l’ordre pour détecter les personnes ayant violer la loi. Reste que l’utilisation d’images personnelles est soumise à des règlements en terme de respect de la vie privée. L’usage de photographies n’est autorisé que s’il y a eu un consentement, et est encadré sur internet par le RGPD. Néanmoins, des clients de Clearview ou les forces de l’ordre se sont permis d’utiliser le service sans respecter la loi, ce qui menace fortement la vie privée des citoyens. Clearview utilise dans son algorithme des milliards de photographies personnelles sans le consentement des personnes concernées.

L’entreprise Clearview a donc été très controversée à partir de 2020, pour avoir utilisé des images sans consentement. De plus, de multiples données ont été violées par différentes entreprises clientes de Clearview, notamment Walmart, grande chaîne de supermarchés aux Etats-Unis. Le logiciel est utilisé non pas seulement par les forces de l’ordre,  mais aussi à des fins privées par les sociétés privées. 

L’intelligence artificielle reste donc utilisée à des fins personnelles et de façons illégales et devient de plus en plus un outil de surveillance massive, notamment dans le cadre de Clearview.

 

Voir plus : https://www.france24.com/fr/20200306-clearview-ai-la-start-up-de-reconnaissance-faciale-qui-pulvérise-la-vie-privée

 

Clearview : L’usage illégal de l’intelligence artificielle sanctionné en France 

En décembre 2021, la Cnil (Commission Nationale Informatique et libertés), organisme français, a mis en demeure l’entreprise américaine pour utilisation illégale de données personnelles. Cette mise en demeure fait suite à la réclamation comprenant 50 pages rédigée par l’ONG Privacy International à destination de la CNIL. Clearview n’a pas respecté le droit français et notamment le RGPD, étant donné que les données sont devenues accessibles publiquement sur internet. Clearview doit ainsi cesser ses pratiques sur le territoire français et doit supprimer les données collectées en France, sous peine de sanctions.

 

Voir plus : https://www.cnil.fr/fr/reconnaissance-faciale-la-cnil-met-en-demeure-clearview-ai-de-cesser-la-reutilisation-de

Vous pourriez aussi aimer