Comment briller aux oraux d’espagnol ?

Tout ce qu’il faut savoir pour cartonner aux oraux d’espagnol des Grandes Ecoles : préparation en amont, conseil pour le jour j et bien plus encore !

 

Comment se déroulent les oraux d’espagnol ?

Pour les écoles de la BCE, vous aurez généralement 20 minutes pour lire un texte issu d’un article de presse et préparer sa présentation ainsi que son analyse. Vous aurez ensuite 10 minutes pour présenter le texte et ses enjeux, puis 10 autres minutes pour répondre aux questions des jurys, questions pouvant porter sur le texte ou bien sur vous-même.

Pour les écoles des banques ECRICOME et IENA, il n’est non pas question d’un texte, mais respectivement d’une vidéo et d’un audio d’une durée comprise entre 3 et 4 minutes, que vous pourrez écouter autant de fois que vous le voudrez.

 

Lire plus : Oraux ECRICOME, tout ce qu’il faut savoir 

Lire plus : Oraux IENA, tout ce qu’il faut savoir 

 

Dans tous les cas, il s’agira, une fois le texte/vidéo/audio lu et compris, d’élaborer son résumé et son analyse. Le résumé du document, durant entre trois et quatre minutes maximums, consiste à synthétiser de façon concise et précise les enjeux de façon à mettre en lumière la problématique. Le but n’est pas de retranscrire tous les propos de l’auteur ni de les analyser, mais de souligner clairement ses idées clés.

L’analyse du document, quant à elle, fait appel à vos connaissances et votre avis sur le sujet. C’est à ce moment que vous pourrez évoquer tous les évènements ou faits liés, de plus ou moins loin, au sujet. 

Enfin, quelle que soit l’école, veillez à vous exprimer en espagnol et non en français de A à Z. En effet, que ce soit pour vous présenter, saluer les examinateurs ou bien récupérer votre convocation, parlez espagnol !

 

Les conseils pour bien aborder l’espagnol le Jour J

Il est essentiel de profiter pleinement des 20 minutes de préparation durant lesquelles vous devrez lire et comprendre un texte, puis en faire son analyse. Soyez pleinement concentrés lors de la lecture du texte afin de le lire qu’une seule fois et passer directement à son analyse.

 

Des conseils généraux

Surlignez les points importants pour ne pas perdre de temps quand il s’agira de rédiger votre résumé et votre analyse. Aussi, au fil de votre lecture du texte/écoute, certains faits d’actualité et de civilisation vous viendront probablement à l’esprit, pensez alors à les noter dans un coin de votre brouillon. Avec le stress de l’épreuve, les informations qui s’accumulent à la lecture du texte ou l’écoute de l’audio, vous oublie-rez sûrement une idée liée au thème du texte, idée qui pourrait vous permettre de vous distinguer. Par ailleurs, durant la lecture du texte ou l’écoute de l’audio, ne vous attardez pas sur le vocabulaire que vous ne connaissez pas et ne vous inquiétez pas si vous n’avez pas compris l’intégralité de chaque passage, l’essentiel est d’avoir saisi les enjeux généraux présentés par l’auteur.

 

Une bonne introduction

Veillez à soigner votre introduction afin de donner le ton dès le début de l’épreuve et de montrer aux examinateurs que vous avez saisi les enjeux du texte. Pour cela, faites attention aux détails : la date de parution (pouvant influencer vos arguments et votre façon de traiter le sujet en fonction de l’évolution des évènements) et le paratexte (pouvant influencer votre analyse si l’auteur est un grand écrivain à l’image de Mario Vargas Llosa, ou si le journal dont est extrait le texte est de tendance conservatrice par exemple).

Pour soigner votre introduction, misez sur une accroche intéressante avant de présenter rapidement le document et ses enjeux. En effet, en énonçant un chiffre, une date, une citation ou bien un évènement en lien avec le sujet du texte, vous montrez dès le début de l’épreuve que vous savez le contextualiser. Ensuite, veillez à vous détacher de l’article ou de l’audio afin d’élargir le plus possible la problématique, de façon à ne pas se limiter uniquement aux éléments évoqués dans le document.

 

Zoom sur le résumé et le commentaire

Pour réaliser un bon résumé, évitez d’utiliser tous les exemples cités dans l’article ou dans l’audio, ou bien d’utiliser les mêmes termes que l’auteur. Il convient en effet de reformuler à l’aide de vos propres mots les arguments de l’auteur.

Quant au commentaire, il est important de se détacher du document et des arguments de l’auteur, et d’élargir les enjeux. L’écueil à éviter est ici de vouloir plaquer absolument toutes ses connaissances, quitte à faire un hors-sujet. Pour éviter cela, ne cherchez pas à tout dire, limitez les pistes de réflexion et n’abordez que ce qui est en lien avec votre problématique !

 

Bien conclure

Lors de la conclusion, rappelez clairement comment vos arguments ont répondu à la problématique et montrez que vous avez su saisir les enjeux du sujet. L’ouverture, qu’elle soit un chiffre, une piste de réflexion, une déclaration ou un évènement à venir, est le dernier moment pour montrer votre vision panoramique sur le sujet.  

Par ailleurs, pensez à relever la tête de votre brouillon et communiquer avec les examinateurs par le regard ! Pour cela, ne tombez pas dans le piège de rédiger entièrement votre brouillon.

 

Enfin, abordez cette épreuve avec confiance ! Il est possible que vous soyez déstabilisé par le document, les examinateurs ou par le manque de temps, mais gardez bien en tête les nombreuses khôlles d’espagnol réalisées et toute l’expérience que vous avez accumulée grâce à ces dernières, donc croyez-en vous et en vos capacités !

 

Comment se préparer en amont ?

Pour briller le jour J, il est nécessaire de montrer une certaine aisance orale, c’est-à-dire, parler espagnol de manière fluide, sans fautes majeures, tout en diversifiant son vocabulaire. Pour cela, à l’approche des oraux, il est important d’écouter et de parler espagnol autant que possible : ainsi, regardez des séries en espagnol, écoutez des podcasts (TED en español, Las noticias de EL País) et la télévision espagnole (RTVE) ou bien lisez à voix haute des articles, des paroles de chanson, et enfin faîtes des khôlles d’espagnol entre amis afin de vous entraîner.

Ensuite, aidez-vous des rapports de jury pour saisir les attentes des examinateurs et comprendre les erreurs à absolument éviter à l’image des barbarismes par exemple. De plus, rafraichissez-vous la mémoire sur l’actualité ayant rythmé l’année et sur les thèmes centraux de la civilisation espagnole et latino-américaine : la monarchie espagnole, la crise catalane et le débat indépendantiste, Franco et la question mémorielle, les partis politiques espagnols, les droits des femmes, le narcotrafic, les caravanes de migrants, la crise vénézuélienne, les évolutions politiques en Bolivie, le référendum chilien pour une nouvelle constitution à la suite de protestations massives, l’environnement, etc… Au-delà de ces connaissances transversales à propos des grands évènements espagnols et latino-américains, assurez-vous également de vous approprier la situation politique actuelle de chaque pays (nom et parti politique du dirigeant, date des prochaines élections, …).

 

Enfin, continuez de vous informer jusqu’au jour de l’épreuve orale car les articles peuvent dater de la veille ou l’avant-veille de l’épreuve, mais aussi car un fait de dernière minute faisant écho à l’article témoignera d’une certaine rigueur dans votre suivi de l’actualité, vous permettant alors de vous distinguer.

Elisa De Figueiredo

Actuellement à l'EDHEC après deux ans de prépa ECE au Lycée Marcelin Berthelot, j'ai à cœur d'aider les étudiants en langues!

Vous pourriez aussi aimer