Comment cartonner le triptyque aux oraux d’HEC ?

Après deux (ou trois ans) de prépa, vous y voilà ! Vous êtes enfin au bout de la course : les oraux des écoles de commerce arrivent ! S’il est une épreuve qui effraie et est redoutée, c’est bien le triptyque. Celle-ci est souvent négligée à tort par bon nombre de candidats pour deux raisons majeures : tout d’abord, elle est présente uniquement aux oraux d’HEC et ce sont seulement 800 élus triés sur le volet chaque année qui ont la chance d’y accéder. Alors que les langues ou les entretiens de personnalité sont évalués par quasiment toutes les écoles, le triptyque lui n’est du coup évidemment pas sûr d’être passé lorsque l’on est un candidat issu des classes préparatoires. Ensuite, on assimile trop souvent cette épreuve à un simple débat et on pense donc qu’on peut se passer de révisions pour la réussir. Deux erreurs qui peuvent être fatales le jour J ! Voici donc une rapide présentation de cette épreuve si particulière bonne à lire pour tous ceux qui ont coché la petite case « HEC Paris » en s’inscrivant aux concours en décembre.

 

Le triptyque s’articule entre trois rôles bien différents par lesquels chaque candidat passera au cours de la journée. Il bloque donc à lui tout seul une demi-journée d’examen lors des oraux.

 

 

Le convainquant

C’est peut-être le rôle qui se rapproche le plus de ce que vous avez pu faire lors de vos kholles durant vos deux ou trois ans de classe préparatoire, notamment en Culture Générale ou en Géopolitique. En effet, il s’agit de tirer un sujet et d’avoir une dizaine de minutes pour le préparer. Le principe ? Faire un exposé de 4 minutes pour défendre un point de vue par rapport au débat que soulève l’intitulé. Attention toutefois ! Si dans la plupart des oraux on vous demande de soutenir un point de vue nuance, c’est bien ici l’affirmation d’une opinion (qui est réellement la vôtre ou non) que l’on attend. Il ne faut donc pas passer par une thèse puis son antithèse, cela diminuera même la valeur de votre prestation aux yeux du jury. De plus, l’originalité est toujours un plus aux yeux du jury, n’hésitez donc pas à prendre la position (pour peu que vous trouviez un ou plusieurs arguments pour la défendre) la plus polémique (sans toutefois évidemment tomber dans la caricature).

 

Le répondant

L’un des rôles les plus ardus à tenir lorsque l’on passe au triptyque. Il s’agit de la personne qui devra réagir après l’exposé du convainquant. Il aura deux min pour exposer sa propre thèse. Prenez une feuille de brouillon et un crayon pour prendre des notes. Ce signe d’écoute sera toujours bien vu que ce soit par le jury ou par le candidat en face de vous. Notez-y directement le sujet que le convainquant énoncera avant de commencer sa présentation. N’hésitez pas à le faire répéter si nécessaire, c’est primordial pour réussir son passage. Ensuite, notez sa thèse et chacun de ses arguments. Quand c’est votre tour, surtout ne prenez pas le rôle du correcteur qui reprend la khôlle de son élève à la fin de celle-ci. Le but n’est pas de souligner les erreurs du convainquant mais bien de développer une nouvelle thèse. Vu le peu de temps que vous aller pour cela, concentrez-vous sur un seul argument, voire deux au maximum.

 

Le débat entre convainquant et répondant

Après l’exposé du répondant, trois minutes sont données aux deux candidats (le convainquant et le répondant) pour revenir sur les différents points de vue évoqués. Ici, le but n’est pas d’écraser l’autre par la force de ses arguments mais bien discuter et de débattre en respectant le point de vue adverse. On peut ici noter que la conclusion idéale est peut-être d’arriver à un compromis, en s’entendant sur certains points mais en demeurant opposés sur d’autres.

L’observateur

Présent durant deux triptyques successifs, il doit prendre un maximum de notes durant le passage des quatre candidats qu’il verra. Son but : répondre ensuite aux questions que lui posera le jury. Celles-ci sont majoritairement de deux types :

  • Des questions concernant la performance des candidats que l’observateur a pu voir passer. Celles-ci peuvent porter sur le respect de la forme de l’entretien par les candidats, sur la performance de l’un ou de plusieurs d’entre eux. On peut notamment même être amené à leur donner une note. Il faut donc s’être fait une réelle idée de la qualité de la performance de chacun des candidats et ne pas faire de sentiments au moment de les juger.
  • Des questions d’approfondissement concernant le sujet des deux triptyques auxquels l’observateur a assisté : quels arguments supplémentaires auriez-vous pu mobiliser si vous étiez passé à la place de l’un des deux candidats, quelle position auriez-vous défendu si vous étiez tombés sur un tel sujet…
Julien Vacherot

Étudiant en première année à HEC Paris et rédacteur géopolitique, j'ai pour but de vous faire partager ma passion et de vous aider dans cette matière et partout où c'est possible

Vous pourriez aussi aimer
Vous pourriez aussi aimer :
Pour réussir les oraux d'anglais des écoles de commerce, il faut avoir une méthodologie bien rodée ! Voici tous les…