Comment faire face aux différents types de jurys en entretien ?

D’une école à une autre, d’une salle d’examen à une autre, d’un candidat à un autre, les jurys sont souvent très différents. S’il est difficile de savoir exactement à qui l’on a à faire, il peut être bon d’anticiper les principaux profils de jurys pour savoir comment réagir aux différentes situations et ne pas se laisser déstabiliser le jour de l’entretien. Découvrez dans cet article les cinq profils de jurys les plus répandus, dont nous allons décrypter l’attitude et la stratégie.

 

Lire plus : Ce qui fait la différence en entretien de personnalité

 

 

Le jury bienveillant et sympa

Sa méthode : le jury va se montrer souriant, avenant et patient. Autrement dit, il vous mettre dans de bonnes dispositions pour vous faire évacuer le stress, et vous permettre de passer l’entretien de manière détendue.

Ce qu’il faut faire : Il faut absolument tirer profit de cette situation : ce type de jury se montrant réceptif et enthousiaste, c’est l’occasion de créer un véritable lien avec lui au cours de l’entretien. Montrez-vous avenant et sympathique, profitez de l’atmosphère plus détendue pour passer un bon moment avec le jury.

 Ce qu’il ne faut pas faire : attention à ne pas confondre bienveillance et familiarité : en aucun cas vous ne devez vous « relâcher » sous prétexte que le jury est sympathique. De même, un jury bienveillant peut se montrer sévère dans la note : il ne s’agit donc pas de penser que tout est gagné d’avance !

 

Lire plus : Quelques conseils pour un entretien de personnalité réussi

 

 

Le jury très professionnel

Sa méthode : ce type de jury vous pose des questions très classiques et pragmatiques : pourquoi voulez-vous cette école et pas une autre ; où vous voyez-vous dans dix ans ; quels sont vos défauts et vos qualités. Son ambition première est d’évaluer la cohérence de votre projet et de déterminer si vous êtes le candidat idéal.

 Ce qu’il faut faire : il s’agit de répondre de manière académique et, là-encore, pragmatique : donne des chiffres, analysez les résultats de vos expériences, soyez précis concernant votre projet. Il s’agit d’argumenter et de démontrer une réelle cohérence entre vos expériences et votre projet, de sorte à « rassurer » le jury.

 Ce qu’il ne faut pas faire : penser que vous n’avez pas besoin de préparation. Au contraire, il s’agit d’anticiper les questions classiques de sorte à pouvoir de suite argumenter et assurer une certaine cohérence. Attention également à ne pas confondre posture académique et arrogante : avoir un projet arrêté ne vous autorise pas à vous montrer trop sûr de vous.

 

Lire plus : Se faire valoir en entretien de personnalité quand on est en khâgne

 

 

Le jury déstabilisateur

 Sa méthode : s’engouffrer dans les failles, poser des questions inattendues et impromptues, mettre à l’épreuve votre capacité d’adaptation. En d’autres termes, ce jury veut voir si vous êtes capables de garder la face même en situation de stress ! Il va de soi que les questions seront donc beaucoup moins classiques et académiques.

Ce qu’il faut faire : garder le sourire ne toute circonstance pour ne pas communiquer votre sentiment de stress : le jury ne fait que vous tester, cela est comme un jeu. Autrement dit, ce n’est pas tant la réponse aux questions farfelues qui lui importent, que la façon dont vous gérez les situations déstabilisantes, ne vous faîtes pas avoir !

Ce qu’il ne faut pas faire : il ne faut surtout ne pas vous montrer sur la défensive ou, au contraire, agressif : le jury pourrait penser que, en tant que futur manager, vous serez incapables de faire face au stress et de rester calme.

 

Lire plus : Comment ne pas se laisser déstabiliser en entretien de personnalité ?

 

 

Le jury impassible

 Sa méthode : son visage est indéchiffrable et ne vous donne aucun indice sur ce qu’il pense de vous. Autrement dit, vous n’avez pas de moyen de savoir si ce que vous dîtes est intéressant ou pertinent à ses yeux.

Ce qu’il faut faire : vous montrer convaincant, et convaincu vous-mêmes par ce que vous avancez : vous n’avez pas à demander l’approbation du jury, c’est à vous de vous montrer enthousiaste sur vos expériences et votre projet ! ce jury attend sans doute d’être séduit, et ne part pas avec un idéal en tête.

Ce qu’il ne faut pas faire : essayer de décrypter ce qu’il pense ou penser qu’il n’était pas intéressé : rester impassible n’est absolument pas synonyme d’indifférence.

 

 

Le jury passif

Sa méthode : se montrer indifférent, voir complètement inintéressé : regarder sa montre et son téléphone, faire semblant de s’assoupir ou encore parler avec son collègue sont autant de méthodes utilisées par ce jury. Les questions seront assez plates, il vous laisse mener l’entretien.

Ce qu’il faut faire : continuer de parler en toutes circonstances : restez concentrés sur ce que vous dîtes, essayez de créer un lien ou de l’intéresser. Vous pouvez vous montrer plus dynamique : parler un peu plus fort, avoir une gestuelle plus appuyée, capter son regard. Dès que vous le sentez réceptif à quelque chose, développez là-dessus ! Vous ferez la différence avec les autres candidats qui n’ont pas tenté de le « réveiller ».

Ce qu’il ne faut pas faire : lui demander s’il dort ou s’il s’en fiche ; vous montrer agacé n’est pas non plus la solution. Ne vous résignez-pas, c’est à vous de capter son attention.

 

Lire plus : Soigner la première et la dernière impression en entretien de personnalité

Vous pourriez aussi aimer