Comment gérer la dernière ligne droite avant les concours en Allemand?

Ça y est, l’échéance que vous attendez depuis deux voir même trois ans dans de classe préparatoire arrive ! La présence des concours et le stress qui va avec se fait de plus en plus pressante ! Dans trois mois, vous entrerez dans une grande salle remplie d’inconnus et ce pourquoi vous vous êtes préparés, ce pourquoi vous avez consenti tous ces efforts,  commencera. Alors histoire de ne pas laisser la panique s’installer, voici mes conseils pour faire fructifier ces derniers instants en prépa lorsqu’on est élève en Allemand LV1/LV2.

 

Ne vous entêtez pas à essayer d’apprendre tout le vocabulaire qui vous tombe sous la main !

Les épreuves d’allemand à l’écrit aux concours BCE et Écricome sont redoutées par beaucoup d’élèves de par la richesse du vocabulaire que les thèmes et les versions peuvent contenir. Pour les avoir passé deux ans consécutifs, j’ai à chaque fois été mis en échec par plusieurs mots dans chacune des traductions. Pour autant, ne vous dites surtout pas qu’une connaissance encyclopédique de la langue allemande est nécessaire pour réussir aux concours ! Tout d’abord, sur les mots et les tournures les plus ardus, les erreurs seront le plus souvent peu sanctionnées. Certaines années, des passages jugés inabordables par la grande majorité des élèves sont tout simplement banalisés : les réussir offrira un bonus à l’auteur de la copie, mais les rater ne sera pas sanctionné! Second point: comment comptez-vous arriver en trois mois à apprendre suffisamment de vocabulaire pour vous assurer de ne pas avoir de trou le jour du concours? C’est tout simplement impossible! Du « bateau-mouche » à « l’encre sympathique », la langue française comme son homologue allemande a suffisamment de mots rares pour toujours être en mesure de vous piéger sur une traduction. Préférez enfin réviser le vocabulaire de haute fréquence Y COMPRIS LES GENRES ET LES PLURIELS! Si ne pas savoir dire « la mouche tsé-tsé » ou à la limite de le traduire « Die Fliege tsé-tsé » ne sera pas rédhibitoire le jour J, des barbarismes comme « der Auto » ou « Die Mädchen » seront plus du genre à irriter fortement un correcteur.

 

Soignez les bases grammaticales

On l’a vu, le vocabulaire n’est peut être pas le plus important à la veille des concours. Qu’est ce qui peut donc faire basculer une copie dans les tréfonds des notes éliminatoires ou au contraire la faire s’élever vers les sommets et les points bonus? Tout simplement la maîtrise des principales règles grammaticales. Assurez-vous de maîtriser tous les tableaux de déclinaisons, de conjugaisons. Ajoutez-y l’intégralité de la liste des verbes forts (pas seulement les principaux!),, des verbes et adjectifs à rection prépositionnelle (préposition + cas), des prépositions de base et des cas qui leurs correspondent. Toutes ces règles sont nécessaires aux concours et le jury vous attendra au tournant. Si vous passez l’épreuve d’Écricome d’Allemand LV2, vous aurez même la chance (ou pas) de passer un thème grammatical qui reposera en grande partie sur ces règles. Bref… Ne les négligez surtout pas sinon vous risqueriez d’en pâtir.

 

Familiarisez vous avec la forme du concours

Vous pensez tout connaître des épreuves d’Allemand aux concours? Un thème, une version, une partie d’expression écrite, bref rien d’autre que des choses très classiques… Pourtant, il vaut mieux y regarder d’un petit peu plus près pour éviter toute mauvaise surprise.

Tout d’abord, quelle est la durée des épreuves? Pour la BCE, 4 heures si il s’agit de la LV1, 3 heures pour la LV2. Dans les deux cas, vous aurez à faire un thème et une version ainsi que de deux expressions écrites. Celles-ci devront faire entre 225 et 275 mots pour un élève de LV1 et entre 180 et 220 mots pour un élève ayant choisi de passer les concours en tant qu’élève d’Allemand LV2.

Concernant l’épreuve d’Écricome, celle-ci dure deux heures pour la LV2, une de plus pour la LV1. Dans les deux cas, il y aura un thème, une version et une unique expression écrite cette fois à rédiger qui devra dans tous les cas contenir entre 270 et 330 mots. Petites nuances sur les thèmes: si à la BCE il s’agit de thèmes littéraires en LV1 comme en LV2, c’est à dire de passages issus d’un roman, il s’agit à Écricome d’un thème journalistique (issu d’un article de journal) pour les élèves de LV1 et d’un thème grammatical (dix phrases redoutables pleines de faux amis et de pièges grammaticaux) pour ceux de LV2.

Un bon conseil (valable pour toutes les épreuves aux concours): faites avant les concours au moins un test en temps réel pour tous les types d’épreuves que vous passerez (y compris celles de la banque IÉNA si vous les passez). Si cette erreur peut sembler futile à trois mois des concours, il arrive tous les ans que sous l’effet du stress des élèves s’emmêlent les pinceaux entre les attendus des différentes épreuves et se retrouvent à penser avoir quatre heures pour une épreuve n’en durant en fait que trois… de quoi courir à la catastrophe.

 

 

 

Julien Vacherot

Étudiant en première année à HEC Paris et rédacteur géopolitique, j'ai pour but de vous faire partager ma passion et de vous aider dans cette matière et partout où c'est possible

Vous pourriez aussi aimer