Comment majorer l’éco-droit en prépa ECT ?

En prépa ECT, il est indispensable de maîtriser les matières de spécialité que sont le management, l’éco-droit, et les maths T. Si chacune de ces épreuves demande en amont d’utiliser des méthodes de travail bien à elles, l’éco-droit reste la plus particulière ! Une épreuve en 4 parties totalement différentes qui demande ainsi de maîtriser parfaitement le cours et la méthodologie pendant les concours. 

 

Lire plus : Méthode pour performer en management

Apprendre à gérer son temps

Les épreuves d’éco-droit sont relativement courtes vis-à-vis du travail à fournir. Une mauvaise organisation de son temps peut donc vite devenir fatale durant les concours. Une méthode parmi tant d’autres, peut être intéressante à tester et à appliquer tout au long de vos années de prépa, et surtout pendant vos concours. Elle consiste tout simplement à se fixer un ordre au niveau du traitement des exercices, mais aussi une limite de temps à ne pas dépasser pour être sûre de tout traiter. Par exemple, dans une épreuve ESSEC, la méthodes se résume plus ou moins à celle-ci : 

  • 30 minutes de veille juridique
  • 1h45 de synthèse
  • 1h de cas pratique
  • 30 minutes de QRA
  • 15 minutes de relecture

Vous n’aurez peut-être pas besoin d’autant de temps sur un exercice, mais plus sur un autre. À vous de mettre la méthode à votre sauce en fonction de vos besoins ! Mais, au-delà de cette gestion du temps, il faut aussi savoir gérer chacun de ces exercices.

 

La méthode ultime pour réussir l’analyse de cas

L’analyse de cas juridique demande une précision hors-pair pour les candidats ECT ! La méthode qui met tous les correcteurs d’accord pour traiter les différents cas juridiques est :

  • Commencer par la mineure, c’est-à-dire les faits juridiques. En général, les faits s’introduisent par la formule “En l’espèce,…”. Pensez également à donner des termes juridiques concrets comme par exemple : “L’entreprise Y, personne morale et demandeur, …”. Ce sont des petits éléments de rigueur qui feront la différence le jour J auprès du jury. De plus, pensez à orienter vos faits sur le sujet que vous traitez pour chaque question : certaines informations ne sont pas toujours utiles à mentionner.
  • Au tour du problème juridique qui, ne l’oubliez pas, doit être général, en fonction du cas, mais sans faire référence au cas en lui-même ! Autrement dit, ni le nom du demandeur ou du défendeur ne doivent apparaître ici. Pour vous aider en cas de blocage, réfléchissez sur la base de “Dans quelles mesures …?” et mettez en lien les deux points principaux de la question. En général, vous vous retrouverez avec une problématique cohérente et bien tournée.
  • Vient ensuite le plus gros morceau du travail : la majeure. Autrement dit, c’est le développement de la problématique au niveau du cas présent. Soyez clairs, ne vous éparpillez pas sur des points hors-sujet à votre problématique. L’objectif est d’argumenter pour donner la meilleure réponse possible ! Cependant, allez dans les détails si cela est nécessaire ou intéressant, cela vous vaudra toujours une bonne appréciation du jury.
  • Enfin, rédigez la conclusion en fonction de votre majeure. Il faut clairement prendre une position vis-à-vis du cas, ne jamais rester bloqué entre deux avis auquel cas vous montrerez votre incertitude et votre non prise de risque.

Et il ne vous reste plus qu’à vous entraîner pour peaufiner votre méthode !

 

Lire plus : Le bon exemple de la copie d’Alix (19,5/20)

 

La veille juridique ne doit pas être négligée !

La veille juridique, de part le peu de point qu’elle représente dans une copie d’éco-droit, est souvent mise de côté par les étudiants ECT. C’est donc finalement une opportunité à saisir pour chaque candidat qui souhaite optimiser ses chances de majorer sur l’épreuve d’éco-droit puisque vous pouvez vous différencier des candidats concurrents !

Pour mettre toutes les chances de votre côté, voici la méthode de la veille juridique : 

  • Rédiger une introduction toute faite que vous aurez apprise au préalable et qui ne changera que peu entre chaque sujet. Dans cette introduction, il vous faut une accroche, la définition des termes, une problématique, et l’annonce de votre plan. Le fait de la préparer en amont vous fera gagner un temps fou le jour des concours
  • Votre plan doit être relativement clair et peut se faire en 3 parties. Dans chacune d’elles, vous expliquez un argument avec notamment un article de droit que vous illustrez ensuite par un exemple basé sur vos recherches de l’année. Ayez au moins 10 exemples en tête pour être sûre d’avoir le choix devant votre sujet. Croyez-le ou non, mais le temps dépensé dans vos recherches sera fortement rentabilisé lors des concours !
  • Faites une conclusion concise et relativement courte

Et voilà comment gagner quelques points faciles sur sa copie d’éco-droit !

 

Un plan clair et structuré : de quoi vous faire réussir votre synthèse à tous les coups !

La synthèse d’économie est un exercice assez difficile pour les candidats ECT. En effet, cela ne dépend que très peu des connaissances personnelles, c’est donc un exercice de pure méthode et rigueur. Cela demande beaucoup d’entraînement avant de se sentir à l’aise sur l’épreuve. Les conseils qui peuvent vous aider sont notamment :

  • Lire une première fois les textes en commençants déjà à surligner les éléments qui vous sautent au yeux
  • Faire en plan en 3 parties, ou bien en 2 parties contenants 2 sous-parties. Le plan est clairement ce qui définira si votre synthèse sera bonne ou non, donc rendez le cohérent et intéressant
  • Faire un brouillon des idées en mots-clés pour chaque partie
  • Répartissez le nombre de mots maximum à appliquer sur chaque partie (100 pour l’introduction, 50 pour la conclusion, il vous en reste 400 pour l’intérieur de votre plan).
  • Recopier au propre en comptant les mots au fur et à mesure pour être sûre de ne pas en faire trop. 

Et bien sûr, le dernier conseil est de s’exercer, pas de secret pour cette épreuve avec laquelle il est indispensable d’être familiarisé.

 

Retranscrire enfin le reste de ses connaissances avec la QRA

Pour finir, la QRA. C’est l’exercice qu’il est conseillé de faire en dernier car il est relativement rapide si l’on connaît bien son cours ! D’où l’intérêt de maîtriser vos plans de cours par cœur pour visualiser rapidement dans quelles parties piocher les informations. Il est également important de bien suivre l’actualité et de la lier aux connaissances de cours que vous avez pu acquérir tout au long de vos années de prépa. Pour rédiger, très simple, une dissertation en 2 ou 3 parties avec introduction et conclusion, au même titre que la synthèse. Et bien évidemment, pensez à vous relire !

 

Lire plus : Maîtriser parfaitement la QRA ESSEC

 

Maintenant que vous avez toutes les clés en mains pour majorer un éco-droit, mettez les en place et brillez au concours pour avoir l’école de vos rêves ! L’éco-droit est, pour nombre d’écoles, une épreuve à haut coefficient, il est donc primordial de faire des efforts conséquents sur ses révisions et surtout de prendre confiance en s’exerçant sur des annales ou sur vos anciens DS.

Kassandra Leroy

Etudiante en première année à TBS, j'ai passé deux ans en prépa ECT et j'ai pour objectif de vous apporter toutes mes astuces dans les matières phares de cette filière afin de maximiser votre réussite !

Vous pourriez aussi aimer