Comment progresser rapidement en espagnol ?

L’espagnol est souvent une matière que l’on tend à négliger en prépa. En effet, son coefficient est le plus faible aux écrits donc on n’y octroie pas beaucoup de temps. On pense qu’apprendre « bêtement » ses cours de civilisation, sans nécessairement accorder beaucoup d’attention à la langue en elle-même, est suffisant. Et pourtant, on peut assez facilement décrocher une bonne note aux écrits sans pour autant devenir bilingue en deux ans. Un exemple ? Personnellement, en arrivant en prépa ECS, cela faisait un an que je n’avais pas pratiqué l’espagnol (je sortais d’un an de prépa MPSI où je n’avais pas choisi de seconde langue). Autant vous dire que les quelques bases que j’avais acquises au lycée avaient très vite été oubliées. J’ai donc commencé l’année très bas, en étant incapable de répondre à la moindre question de grammaire, avec un niveau de vocabulaire digne d’une élève de 4ème et un niveau de conjugaison encore pire. Cependant, je me suis mise à travailler l’espagnol, sans pour autant passer mes soirées dessus (les autres matières m’occupaient déjà assez) et j’ai décroché un 16,5 à ELVI. Comment faire ? Laissez-moi vous partager ma méthode !

 

Travailler sans en avoir l’air

Tout d’abord, il ne faut pas voir les langues comme une énième matière théorique qui ne vous servira jamais dans la « vraie vie ». Les langues sont réellement utiles et il est donc important d’y accorder de l’intérêt dès le début de la première année. Alors, bien sûr, vu le coefficient de la LV2, ne passez pas vos journées à travailler l’espagnol, ce serait une perte de temps. Cependant, vous pouvez essayer d’inclure une routine « langues » dans votre emploi du temps. Comment faire ? Tout d’abord, mettez-vous à regarder des séries en espagnol. Heureusement pour nous, ces dernières ne manquent pas : La casa de papel, Narcos, Las chicas del cable… Les regarder 20 minutes par jour vous accoutumera à la langue espagnole, aux expressions idiomatiques et à l’accent. Vous pouvez aussi pousser cela en lisant des ouvrages en espagnol. Faites simple : sélectionnez un livre que vous avez déjà lu en français, ainsi vous pourrez suivre le fil de l’histoire, ce qui est primordial, sans trop de concentration. De même, n’allez pas nécessairement chercher chaque mot de vocabulaire que vous ne connaîtriez pas. C’est une manoeuvre laborieuse qui aura pour seul résultat de vous faire arrêter cette bonne initiative. Il vaut mieux avoir une compréhension globale, certes imparfaite, mais qui s’inscrit dans la durée. De plus, la démarche est la même pour l’exercice de synthèse à l’oral : vous n’avez pas besoin (ni le temps) de comprendre chaque mot, le plus important est donc de comprendre globalement le texte. Il en va de même pour un livre. Cela vous entraînera donc pour la synthèse. Personnellement, la première fois que j’ai lu un texte d’espagnol pour en réaliser la synthèse, la lecture seule m’a pris huit minutes. Autant vous dire que les 12 minutes restantes m’ont paru très insuffisantes pour construire une synthèse claire. Après deux semaines à suivre cette routine, j’ai lu (et compris) un texte en trois minutes. Les progrès sont donc rapidement visibles et le travail fourni ne vous prend que peu de temps ! Il est à noter que nous n’avons toujours pas mentionné le travail répétitif et laborieux. Pour l’instant, il suffit juste de regarder une série et de lire un livre. Et les progrès sont déjà incroyables.

 

Le travail répétitif est la clé de la réussite

La routine séries/livres vous permet d’intégrer l’espagnol comme un élément de votre quotidien et de vous rendre à l’aise dans la communication. En effet, vous êtes maintenant beaucoup plus apte à tenir les dix minutes requises en khôlles d’espagnol ou de rédiger des textes assez conséquents sans buter sur le moindre mot de vocabulaire. Cependant, si la prépa nous apprend bien une chose, c’est que la rigueur est primordiale. En effet, savoir tenir une conversation est bien, savoir la tenir sans faire de fautes à chaque verbe ou tournure grammaticale est mieux. Pour cela, une seule solution : le travail. Il s’agit du moment où le travail répétitif, l’apprentissage des règles de grammaire et des conjugaisons entrent en jeu. Ce n’est pas le meilleur moment, mais si vous travaillez efficacement, il sera rapide et vous rendra incollable. Il faut alors faire des thèmes grammaticaux et littéraires en grosse quantité. Un par jour au minimum, plus si vous y parvenez. Pendant un mois, vous devez faire tous les thèmes et versions que vous trouvez : les versions et thèmes grammaticaux la semaine, les versions et thèmes littéraires le week-end. Même si vous ne visez que des écoles de la banque ELVI, et donc ne serez pas évalué sur les textes grammaticaux, ils restent un très bon entraînement pour acquérir des réflexes et vous forcer à pratiquer la grammaire. Pour cela, je vous conseille le manuel Le thème espagnol grammatical de Alyette BARBIER et Françoise RANDOUYER des collections Ellipses. Ce manuel propose 50 thèmes grammaticaux et vous explique chacune des phrases, leur correction et vous offre des points de grammaire bien construits et expliqués. Après en avoir fait une trentaine, vous aurez vu toutes les tournures de phrases, affronté toutes les difficultés et déjoué tous les pièges que peut proposer le thème grammatical. Alors, lancez-vous et en l’espace d’un mois, vous pourrez devenir un professionnel des thèmes grammaticaux.

 

Laissez vos professeurs vous aider

Enfin, n’oubliez pas que vos professeurs sont là pour vous aider et n’hésitez donc pas à leur demander conseil. Par exemple, si à la fin d’un thème (réalisé dans le manuel cité précédemment ou tiré d’un sujet d’annales que vous avez recherché), vous ne comprenez toujours pas votre erreur ni la correction, notez bien votre question et allez la poser à votre professeur au prochain cours. Il sera capable de vous expliquer votre confusion, de vous faire comprendre la correction et donc de vous remettre en confiance pour la suite. Une faute grammaticale qui a été difficile à comprendre est marquante, ce qui vous assure de ne plus la refaire par la suite. Une erreur comprise est une leçon apprise ! Ainsi, dès que vous avez une question, un doute, notez-le sur une feuille et parlez-en à votre professeur. C’est en étant proactif que vous vous améliorerez le plus ! Les langues sont sûrement une des seules matières où vous pouvez progresser de façon visible et rapide sans pour autant passer quatre heures consécutives assis à un bureau. C’est une matière où vous progressez en regardant des vidéos sur Youtube, en regardant des séries ou en lisant un livre qui vous plaît. Ce sont des points faciles à gagner, qui font la différence (ou atténuent les loupés dans les matières principales) le jour du concours !

Elise Casado

J'ai intégré TBS après 2 ans de prépa ECS. J'ai à coeur de partager avec vous mon expérience "prépa" afin de vous aider à profiter à 100% de ces deux ou trois années inégalables de votre vie !

Vous pourriez aussi aimer