Comment réussir la contraction HEC au concours 2022 ?

Tous les tips pour exceller à l’épreuve de contraction de texte HEC Paris 2022 ! Brouillon, conseils, méthode… Ce qu’il faut savoir !

 

Qu’est-ce que l’épreuve de contraction de texte HEC ?

La contraction de texte est une épreuve qui dure trois heures. Elle se base sur un texte d’environ six ou sept pages, le plus souvent extrait d’un ouvrage de sciences sociales et humaines, ou d’un essai littéraire.

La consigne : contracter ce texte en un second texte de 400 mots, avec une tolérance de plus ou moins 5%, soit de 380 à 420 mots.

Néanmoins, la contraction de texte n’est pas un simple résumé passif, qui reformulerait le texte avec moins de mots et des images plus simples. Il s’agit plutôt de rendre compte des articulations du texte, de l’importance accordée aux différentes idées qui sont développées, et du sens donné à ces dernières, tout en faisant preuve d’un excellent français.

En effet, si le jury note la capacité à restreindre le texte à 400 mots, il évalue aussi la qualité de la rédaction. La plupart des copies se ressembleront puisque tout le monde travaille sur le même texte. C’est donc en soignant la rédaction et l’articulation des grandes parties du texte qu’on peut se démarquer.

 

Quelle méthode appliquer en contraction HEC ?

La contraction de texte est une épreuve de rigueur : il faut réussir à appliquer une méthode stricte et efficace, pour ne pas s’éparpiller, car les trois heures passent très vite.

 

Dans un premier temps : nous conseillons de bien organiser son temps.

Par exemple : 30 minutes pour une première lecture, 2 heures pour le brouillon et environ 30 minutes de rédaction sur la copie.

Attention : ce n’est pas obligatoire ! Chacun doit s’organiser comme il le souhaite, à vous de tester la méthode où vous êtes les plus efficaces.

Première lecture : comme le temps défile, il faut commencer par être très actif dès sa première lecture. Il s’agit alors de lire le texte lentement et dans le détail, tout en entourant tous les mots clés, les termes qui articulent le texte et les noms propres et exemples donnés.

 

Au brouillon : La contraction doit suivre l’ordre du texte. Il faut donc le relire et s’aider des termes entourés au cours de la première lecture pour en dégager un certain nombre de grandes parties, avec leurs sous-parties. Peu importe leur taille, c’est l’ordre du texte qui prime. Mieux vaut le suivre qu’essayer de le découper en parties de même taille, mais pas très logique. Une fois ces parties trouvées, vous pouvez les numéroter et résumer chacune d’elles en une phrase claire écrite à côté du texte.

Il suffit maintenant de « développer » la phrase qui résume chaque partie, pour que le total fasse environ 400 mots. Ici, la forme est la plus importante : il faut soigner son vocabulaire et sa syntaxe !

 

Astuces pour la meilleure rédaction possible en contraction

  • Avoir une syntaxe claire et faire des phrases simples.
  • Varier son vocabulaire et trouver des synonymes des termes du texte pour ne pas donner l’impression de recopier des bouts du texte et de joindre bout à bout pour en faire une contraction. C’est l’erreur qui agace le plus le jury !
  • Tout le texte doit s’enchaîner de manière fluide : ne pas hésiter à user des conjonctions de coordination et des connecteurs logiques, surtout entre les parties.

 

Astuces pour gagner des mots et ne pas dépasser les 420 mots autorisés 

  • Utiliser le « : » et le « – », sans trop en abuser non plus.
  • Trouver des synonymes courts pour certains mots particulièrement longs.
  • Ne pas utiliser de périphrases et aller droit au but.
  • Pour les exemples : ne garder que les exemples fondamentaux et les citer rapidement, ne pas tout redire dans le détail. Les petits exemples, la plupart du temps très nombreux, peuvent être passés sous silence. À vous de juger lesquels sont pertinents.
  • Ne pas rajouter quoi que ce soit de personnel n’ayant aucun lien avec le texte.

 

Il faut absolument que la copie soit bien présentée. Revenez à la ligne avec un alinéa pour chaque nouvelle partie du texte, sans oublier un connecteur logique. N’hésitez pas à aérer le texte. Tous les 50 mots, vous pouvez faire une barre en mentionnant le décompte.

Enfin, n’oubliez pas de rajouter le nombre très précis de mots à la fin.

 

Comment s’entraîner au mieux à la contraction HEC  ?

Il n’y a pas vraiment de secret : s’entraîner ! Faire une annale toutes les deux ou trois semaines suffit, si l’on respecte strictement les trois heures, en condition concours. Inutile de se fatiguer sur cette épreuve, ce n’est pas celle qui doit prendre le plus de temps dans les révisions. L’essentiel est d’être très à l’aide dans sa méthode, et de savoir comment gérer son temps sur les trois heures (la partie la plus difficile de l’épreuve finalement).

Finalement pour réussir la contraction de texte HEC, il suffit d’appliquer une méthode stricte et de soigner sa rédaction.

Dorian Zerroudi

Rédacteur chez Mister Prépa, j'ai à coeur d'accompagner un maximum d'étudiants vers la réussite !

Vous pourriez aussi aimer