Comment réussir les oraux des écoles parisiennes ?

Les oraux des écoles parisiennes présentent des particularités auxquelles il faut se préparer en amont afin de performer le jour J. Cet article recense les précieux conseils des candidats qui ont obtenu d’excellentes notes aux oraux des écoles parisiennes ! 



Réussir le Tryptique d’HEC

Yves nous explique le procédé (15,5/20)

Le triptyque est une épreuve où vous occuperez successivement trois rôles. En tant que convaincant, vous devrez en quelques minutes préparer une argumentation pour défendre une position sur un sujet en mobilisant des exemples variés. Cela vous demandera organisation, culture et rapidité. Lorsque vous serez répondant, vous aurez pour mission de répondre au discours d’un convaincant pour défendre un point de vue opposé au sien. Ce rôle s’adresse aux étudiants réactifs. Enfin vous aurez l’occasion de faire parler votre esprit de synthèse en tant qu’observateur : après avoir vu deux triptyques se dérouler, il sera temps pour vous de répondre aux questions de forme comme de fond du jury. Ainsi, cette épreuve, totalement propre aux oraux HEC vous mettra dans des conditions inhabituelles de participation ou d’évaluation d’un débat et vous demandera de développer des qualités autres que celles demandées en khôlle, d’où l’intérêt de s’y préparer au mieux.



La Culture Générale à HEC

Les conseils d’Alisa (16/20)

Quand j’ai su que j’étais admissible à HEC je me suis tout de suite dit qu’il fallait que je travaille la CG à fond pour limiter la casse ! Finalement, avec ma méthode j’ai réussi à avoir 16/20 à l’oral d’HEC en CG ! Ma méthode consistait à revoir tous les sujets de colle qui sont tombés en CG pendant mes deux années de prépa (n’hésitez pas à demander des sujets corrigés à vos amis). Puis, je me suis fait une vingtaine de fiches avec des références bien développées que je pouvais réutiliser dans beaucoup de sujets. Enfin, entraînez-vous à analyser des sujets et faire des plans détaillés comme à l’écrit !



Performer aux maths HEC-ESCP

Quentin (20/20) nous délivre ses meilleures astuces 

Premièrement, il faut que vous soyez incollables sur le cours. Il est impensable de viser une bonne note en ratant la première question. Révisez votre cours en intégralité : vous devez connaître sur le bout des doigts toutes les définitions, propriétés et théorèmes, et vous devez surtout en avoir une compréhension fine, c’est-à-dire être capable de répondre aux éventuelles questions du jury. Pendant le reste des 30 minutes de préparation, traitez le plus de questions possibles, en restant concis sur votre brouillon : ne détaillez pas toute la rédaction, mais ayez bien en tête quelles justifications vous devrez mentionner pendant votre passage. Si vous séchez sur une question, passez aux suivantes et revenez dessus à la fin s’il vous reste du temps. Ne faites pas de bêtes erreurs de calcul ! Et s’il vous reste du temps avant la fin des 30 minutes, ne restez pas sans rien faire. Relisez-vous, assurez-vous que votre réponse à la question sans préparation soit parfaitement juste, et essayez autant que possible d’anticiper les questions du jury. Sur l’ensemble de l’oral, le jury va surtout vous évaluer (au-delà de votre niveau) sur votre rigueur et sur la précision de vos justifications. Mieux vaut trop en dire que pas assez

 

Lire plus : Calendrier oraux 2022 : tout ce qu’il faut savoir (résultats, dates de passage…)

 

L’ESSEC avec ses tests Psychos

Mado nous explique le principe de l’épreuve (15/20)

Le test psychotechnique est composé de tests mathématiques, de logique, des tests de français aussi tout cela dans un temps imparti. Lors de ces tests, à points négatifs, on nous donne un livret avec tous les tests dedans et chaque page est chronométrée, certaines durent 5 minutes. Je me rappelle qu’on avait une partie du livret qui durait 40 minutes. Étant donné qu’il s’agit d’une épreuve chronométrée, il est essentiel de prendre une montre. Il faut vraiment y aller sans stress, même si c’est une épreuve qui est très difficilement notée, de mémoire la moyenne chaque année tourne autour de 8. Essayez donc de vous entraîner un petit peu avant d’y aller afin de saisir les mécanismes qui retombent assez régulièrement !



L’entretien de l’ESSEC

Pauline nous explique comment réussir cette épreuve (17,7/20)

Ne pensant pas être admissible aux Parisiennes, je n’avais pas préparé ces entretiens, j’ai donc dû mettre en œuvre un programme assez carré pour me préparer entre l’annonce des admissibilités et les oraux. J’ai commencé par recenser toutes les questions que je trouvais sur des articles de préparation des oraux – sur Mister Prépa – et à y répondre, cela m’a permis de beaucoup moins stresser à propos des questions pièges que les jurys pourraient poser et de préparer les questions incontournables. Par la suite, j’ai fait une liste de plein d’anecdotes et choses que j’ai faites dans ma vie et je les ai liées à l’école (côté associatif, professionnel, académique) pour ne pas être prise au dépourvu si on me demandait d’illustrer mes propos. À mes yeux tout l’art des oraux c’est de faire semblant de répondre naturellement à des questions que l’on a préparé en amont.



L’ESH pour HEC et l’ESCP

Nicolas nous donne ses conseils (19/20)

Vous venez de terminer vos écrits, et êtes soulagés. C’est normal, mais ne vous reposez pas trop non plus, vous n’êtes pas encore en vacances. Vous devez encore préparer les épreuves orales, et notamment celle d’ESH pour les Parisiennes. Dans l’absolu, rien de bien différent de la préparation des écrits : vous fichez, relisez vos fiches, récitez, et enfin faites des sujets. Cependant, ne vous y méprenez pas, la finalité n’est pas tout à fait la même. Là où l’écrit cherche à vous sélectionner sur votre capacité de problématisation, votre style d’écriture ou encore votre originalité, l’oral est là pour effectuer une seconde évaluation, et exclure les profils aberrants, qui ont réussi à passer entre les mailles du filet la première fois. Aussi, le travail à faire étant nettement moindre, les attentes sont également plus faibles. Vous êtes beaucoup moins mis en concurrence avec les autres élèves. On cherche simplement à savoir si vous n’êtes pas une erreur de casting. Ainsi, vous avez juste à montrer que vous vous situez au-dessus d’une valeur critique, considérée par les jurys comme le niveau minimal qu’un élève de l’école que vous passez doit être capable d’atteindre. Ce faisant, votre plan peut être moins travaillé, vos exemples moins détaillés, et l’ensemble peut donner l’impression d’être davantage inspiré du cours de votre professeur, que d’une copie de concours qui sera plus authentique. Prenez garde à ne pas vous faire piéger sur l’économie approfondie ou la sociologie, néanmoins.

 

Lire plus : Oraux ESH ESCP : les annales pour bien se préparer

 

Les entretiens de l’ESCP

Florence nous délivre ses astuces (18/20) 

Les entretiens de personnalité d’ESCP diffèrent de ceux des autres Grandes Écoles à cause de leur spécificité : le questionnaire. Ce dernier est à préparer bien en amont pour le connaître au mieux et être capable de parler en détails de la moindre phrase qui y est écrite. Pour cela, il y a plusieurs choses à prendre en compte. D’abord, c’est votre jury composé de trois personnes qui décidera quels sujets il souhaite aborder parmi vos réponses au questionnaire. Il faut donc à la fois ne pas hésiter à écrire davantage sur ce que vous voulez absolument évoquer et ne pas trop le décrire pour qu’ils soient intrigués et puissent vous en demander plus. Tout ce qui est dans le questionnaire est crucial : c’est l’occasion de résumer tout ce qui vous met en valeur alors profitez-en !

Enfin, pas d’inquiétude le jour J s’ils ne vous questionnent que sur une partie de ce que vous avez écrit, le principe même du questionnaire est qu’ils sélectionnent ce qu’ils veulent alors ayez confiance en vous. Préparez-vous au mieux en faisant lire votre questionnaire à un maximum de personnes pour leur demander leurs questions et les appréhender à l’avance et tout se passera certainement au mieux.






Vous pourriez aussi aimer