Comment s’améliorer en culture générale ?

La culture générale est une matière qui peut diviser les élèves, qui ne l’apprécient pas tous autant. Même s’il parait difficile de progresser, les techniques sont claires et il suffit des les appliquer.

 

Lire un maximum

Lire est primordial en culture générale. Les professeurs vont sans doute le répéter à de nombreuses reprises mais il s’agit en effet du meilleur conseil à écouter. En effet, chaque argument adopté pour démontrer un propos est obligatoirement illustré par un exemple qui provient de la littérature. Qu’il s’agisse de philosophie ou de littérature, l’exemple est nécessaire. Ainsi, lire les livres donnent un avantage considérable, car même les livres étudiés en classe ne seront jamais aussi bien réutilisés en devoir que les livres lus par soi-même. En plus d’élargir le panel des exemples à utiliser, lire permet d’améliorer son niveau de langue, d’enrichir son vocabulaire afin de faire la différence le jour du concours, par exemple en évitant les répétitions et en utilisant un registre riche de langue.

Lire plus : Faut-il lire des ouvrages en culture générale ? 

 

Soigner la forme

Dans la même idée, il est absolument nécessaire de soigner son orthographe, ainsi que sa syntaxe. Même si le fond de la dissertation de culture générale est très important, la forme l’est tout autant. Il faut donner envie au correcteur de lire la copie, c’est pourquoi la lisibilité est aussi très importante. Plus le correcteur aura d’effort à faire pour déchiffrer la copie, en orthographe ou en graphie, moins il sera indulgent sur le fond de la copie.  

 

Soigner l’introduction et la conclusion

Bien que toute la dissertation soit importante, l’introduction et la conclusion occupent une place primordiale et retiendront tout particulièrement l’attention du correcteur. La première impression, laissée par l’introduction, donnera le ton de la copie. C’est pourquoi il est absolument nécessaire de soigner son orthographe, sa syntaxe, mais aussi le fil de l’introduction. En effet, l’introduction doit s’enchainer avec des liens logiques, une idée directrice qui permet au correcteur de comprendre le propos. En clair, l’introduction débute par l’accroche, qui plonge le correcteur au cœur de la copie, puis les termes du sujet sont expliqués pour déboucher sur un paradoxe qui mène à la problématique et au plan. Pour suivre correctement cette logique, l’introduction doit être soigneusement préparée, quitte à la rédiger au brouillon. Même si cette partie peut sembler longue et fastidieuse, elle est absolument nécessaire à la réalisation d’une bonne introduction.

Il en va de même pour la conclusion. Beaucoup de candidats bâclent leur conclusion, par manque de temps, ou par fatigue à la fin des quatre heures d’épreuve. C’est une grave erreur. La conclusion est l’occasion de synthétiser son propos puis de l’ouvrir en montrant au correcteur que sa pensée n’est pas réduite au sujet proposé. En effet, en soignant la conclusion, il est facile de faire la différence par rapport à un élève qui aurait privilégié une autre partie de la dissertation.

 

Lire des bonnes copies

Pour s’imprégner de toutes ces formulations, s’améliorer en syntaxe, ainsi que maitriser la méthodologie de la dissertation, rien n’est plus efficace que lire des bonnes copies. En effet, même si le thème change d’années en années, la méthode, elle, reste la même. Lire des copies ne permettra pas d’acquérir de nouvelles références puisque le thème aura changé, mais permettra en revanche de s’imprégner de l’esprit de la dissertation, comprendre comment rédiger un argument, un paragraphe, ou encore l’introduction ou la conclusion.

Lire plus : Culture générale ECRICOME 2022 – Copie de Benjamin (17.5/20)

 

Citer des œuvres pour illustrer l’argument

Les œuvres aussi sont très importantes et il faut en citer pour étayer chaque argument. Il faut donc avoir un nombre important de références pour pouvoir illustrer chaque argument que l’on veut proposer. Mais attention, il faut tout de même privilégier la qualité à la quantité. Ainsi, avoir trop de références, mais mal les maitriser entrainera des argumentations bancales ou erronées. Chaque œuvre doit donc être parfaitement maitrisée et servira ainsi d’illustration précise pour un argument. Les références données en cours ne sont pas les seules qui peuvent être utilisées. En effet, les références des œuvres lues par soi-même seront plus faciles à utilisées, mieux comprises et ainsi plus pertinentes, elles pourront faire la différence avec les autres copies.

 

Utiliser toutes les ressources

Cependant, les œuvres littéraires ne sont pas les seules que l’on peut utiliser. On peut recenser des œuvres culturelles telles que des tableaux, des musiques, des films, qui viendront illustrer l’argument en question. Ces œuvres sont d’une réelle importance. En effet, si tous les élèves maitrisent quelques œuvres littéraires, il est bien plus rare de trouver des copies dans lesquelles l’argument s’appuie également sur une œuvre non littéraire. Ces œuvres apportent de la richesse et donnent à la copie une couleur différente. Ces œuvres sont à utiliser en plus des œuvres littéraires et sont secondaires. Ainsi, on peut trouver un paragraphe sans œuvre secondaire mais jamais de paragraphe sans œuvre principale. Les œuvres non littéraires sont celles sur lesquelles il est plus facile de faire la différence.

Vous pourriez aussi aimer