Comment savoir si la prépa littéraire est faite pour moi?

Si vous savez déjà que vous avez un profil plutôt prépa, encore faut-il choisir la filière adaptée. Découvrez dans cet article tous les critères à remplir pour pouvoir aller en classe préparatoire littéraire sereinement et savoir si cette filière est faite pour vous.

 

Lire plus : De Terminale scientifique à khâgne, bonne ou mauvaise idée ?

 

 

 

  • Vous êtes travailleurs

En khâgne comme en classe préparatoire en général, il importe de ne pas avoir peur de la quantité de travail à fournir et d’être prêt à faire quelques sacrifices : soirées de révisons, khôlles en fin de journées, week-end sérieusement entamés par les devoirs surveillés hebdomadaires, autant de caractéristiques propres à la classe prépa qui demandent d’avoir un profil sérieux et travailleur. Par ailleurs, la khâgne est réputée pour ses programmes particulièrement denses et exigeants, qui vous demandent d’assimiler une importante quantité de connaissances en seulement quelques mois.

 

Lire plus : Une semaine type en khâgne, ça ressemble à quoi ?

 

 

  • Vous aimez les humanités

Il s’agit d’une condition absolument décisive pour prétendre intégrer une classe préparatoire littéraire, au sein de laquelle il est inenvisageable d’être rebuté par le français, la philosophie, les langues ou encore l’histoire. Vous l’aurez compris : s’engager dans une khâgne implique de se consacrer pleinement aux humanités pendant deux ou trois années. Mieux vaut donc avoir un profil véritablement littéraire et ne pas choisir cette voie à la légère. Vous l’aurez compris : si vous détestiez la philosophie en terminale et que vous n’avez jamais été intéressés par l’histoire, passez votre chemin : les professeurs sont des passionnés, et demandent des étudiants pleinement engagés dans les humanités.

 

Lire plus : Khâgne classique et khâgne moderne, le jeu des 7 différences

 

 

  • Vous êtes curieux

Si la curiosité reste une qualité appréciée dans toute filière, elle est plus que jamais de rigueur en khâgne : les programmes renouvelés chaque année et souvent exotiques (les thèmes d’histoire et de géographie peuvent concerner l’Arctique, l’Afrique, la Chine, etc.) demandent une certaine ouverture de la part des étudiants. Par ailleurs, une solide culture générale est exigée dans cette filière au sein de laquelle vous serez constamment amener à argumenter et illustrer votre propos par des exemples concrets.

 

Lire plus : Récapitulatif de toutes les actualités en bref de l’année

 

 

  • Vous aimez écrire

Le cliché est vérifié : en classe préparatoire littéraire, on écrit, on écrit et on écrit ! Les cours sont denses et les dissertations durent six heures, mieux vaut donc avoir certaines qualités rédactionnelles en s’engageant dans cette voie : bonne orthographe, style clair et concis, phrases élégantes, autant d’atouts pour réussir dans cette voie. Les amoureux de l’écriture seront conquis : par habitude et mimétisme, vous allez apprendre à écrire encore mieux et plus vite !

 

Lire plus : Paragraphe argumentatif : la méthode gagnante en philo

 

 

  • Vous êtes à l’aise à l’oral

S’il ne s’agit pas d’une condition sine qua non pour intégrer une classe préparatoire littéraire, vous risquez néanmoins de vous retrouver rapidement en difficulté si vous n’êtes pas à l’aise à l’oral : en effet, vos khôlles hebdomadaires vous demandent un certain confort et une certaine spontanéité à l’oral, sans compter les nombreuses fois où vous serez contraints d’improviser par manque de préparation. Aussi s’agit-il de se montrer particulièrement éloquent et convaincant si vous voulez vous distinguez des autres candidats lors des oraux.

 

Lire plus : La transition de l’hypokhâgne à la khâgne, ce qui change

 

 

  • Vous avez l’esprit d’analyse

Contrairement à ce que certains pourraient penser, les khâgneux ne se contentent pas d’apprendre leurs cours par cœur pour ensuite les recracher dans les copies ; on leur demande de réfléchir, de prendre du recul sur les faits, d’analyser et d’interpréter l’histoire, de se positionner dans certains cas. Dès lors, il est absolument primordial de disposer de cet esprit d’analyse pour fournir l’effort herméneutique imposé en khâgne, sans quoi vos copies resteront fades et superficielles pour le correcteur. Vous l’aurez compris : il s’agit d’une filière où l’analyse ne sera jamais poussée assez loin, et où une seule interprétation ne sera jamais suffisante.

 

Lire plus : L’esprit critique, une qualité essentielle en khâgne

Vous pourriez aussi aimer