Comment se démarquer en mathématiques ?

Les mathématiques présentent souvent de grands problèmes pour les préparationnaires, vu leur complexité et leurs coefficients élevés. Toutefois, ceci peut être conçu comme avantage, puisqu’une bonne maîtrise de la matière permettra aux étudiants de bien se distinguer aux concours.

Exceller en mathématiques est primordial ! Ceci ne permet pas seulement de réussir la matière, mais aussi d’améliorer le rendement de l’étudiant dans toutes ses épreuves : C’est en forgeant un esprit mathématique pur qu’on commence à aborder les différents thèmes et sujets de façon plus créative et intelligente. Ainsi, se distinguer en mathématiques, c’est réussir ses épreuves.

Comment pourra-t-on donc se démarquer en mathématiques ?

 

Travailler le cours de façon intelligente

Première chose à mentionner : Recevoir son cours en classe est très bénéfique pour tout préparationnaire. Il faut donc éviter l’absence au maximum. Concevoir le cours de la part des profs permet une compréhension plus approfondie de ses théorèmes. Par contre, travailler ceci individuellement laisse toujours des ambiguïtés qui s’accumulent avec le temps, et provoquent de sérieux problèmes.

Il est aussi intégralement nécessaire de bien  connaître de façon détaillée son cours, et pas seulement le lire. Si on ne se base que sur notre mémoire en classe, on ne se souviendrait que des classiques. Toutefois, ce sont les formules rarement utilisées qui font la différence aux concours. Presque la totalité des étudiants savent bien se servir des théorèmes fréquents, mais les moins utilisés ne s’emploient que par l’élite! Les détails souvent négligés par la majorité font trop de différence et contribuent à la distinction de l’étudiant par rapport à ses concurrents.

Le cours contient un élément incontournable à la réussite : Il s’agit des exercices d’application. Il ne faut juste pas les négliger ! Leur rôle est incontournable comme ils permettent un passage fluide du cours aux exercices, et constituent un test rapide pour l’étudiant afin de  savoir s’il a bien conçu ses théorèmes.

Lire plus: Comment progresser efficacement en mathématiques ?

 

Travailler les annales comme si l’on est au concours 

Tout d’abord, il ne faut jamais négliger le poids et l’importance des exercices. Ils ne sont plus proposés de façon aléatoire ; les professeurs choisissent en TDS des extraits de concours et des classiques qui permettent à l’étudiant à la fois de vérifier sa maîtrise du cours et savoir jusqu’à quel point il est prêt pour son concours.

Il est nécessaire d’ajouter que si on cherche à se distinguer, on ne doit point négliger Scilab!

Lire plus: L’importance de Scilab en mathématiques

La bonne maîtrise des exercices apparaît à travers les annales, à condition de les travailler de façon correcte. Il faut apprendre à s’asseoir, se mettre dans les conditions du concours, (éviter de zapper sur son téléphone ou de discuter avec les autres). Il est également important de travailler des problèmes entiers sans se référer à la correction une fois bloqué ou fatigué.  Tout étudiant doit tester ses acquis de façon fiable pour répondre à la question suivante : « Si c’était ça mon épreuve au concours, je performerai comment ? ». D’autre part, il faut commencer avec le temps à faire des annales entières ; le but est d’apprendre à se concentrer durant 4 heures, et à éviter tout type de fatigue tout au long l’épreuve.

Après le travail des annales, ne vous contentez surtout pas de voir les corrections sur internet ! Contactez vos amis pour discuter vos réponses et vos méthodes. Ceci permet souvent de visualiser l’ensemble des méthodes disponibles pour résoudre un seul problème, ceci enrichit le bagage mathématique de l’étudiant, qui devient capable de choisir le chemin le plus court pour gagner plus de points en un temps réduit.

Lire plus: Comment travailler les annales de mathématiques ?

 

Il faut aimer les maths

L’apprentissage des mathématiques n’est plus dédié qu’au passage des concours. C’est au contraire un point fort qui aide à assurer un avenir plus meilleur, c’est une discipline qui servira l’étudiant partout : Choisir les conceptions à passer aux concours et déterminer sa destination après les résultats  sont des processus difficiles qui demandent une étude approfondie des possibilités offertes, mais aussi nécessitent du courage conduisant à la prise de risques. Ceci apparaît plus simple si l’on arrive à construire un esprit mathématique, nous permettant une utilisation des principes de probabilité et d’estimation, aboutissant par suite à une prise de décision sage. C’est ainsi que les mathématiques deviennent amusants, et dépassent le cadre des épreuves écrites, pour faire part du style de vie de l’étudiant.

La difficulté de la matière et la multitude des connaissances qu’elle nécessite poussent quelques préparationnaires à la détester. Se sentir de la haine envers une discipline qu’on travaille en classe 10 heures par semaine, c’est condamner soi-même d’échec. Si on souffre en maths, ce n’est plus la peine de s’inquiéter ! Tout est difficile au début, mais un travail acharné et un esprit de concurrence et de motivation garantissent sans doute une meilleure résolution de tous ces problèmes.

 La patience reste la solution ultime pour se développer en mathématiques : Il ne faut plus envisager devenir expert dès le premier jour. Il faut certainement se battre pour atteindre le niveau estimé. Croire en soi-même, c’est le début de la réussite. 

Conclusion

“Rien n’est plus pratique qu’une bonne théorie” affirme le psychologue allemand Kurt Lewin. D’où l’importance d’adopter un plan bien structuré, qui se base sur les éléments mentionnés ci-dessus. Rassurez-vous que chercher à la fois la qualité et la quantité est le secret de la réussite en maths.

Vous pourriez aussi aimer