Misterprepa

Comment travailler efficacement la géographie ?

Sommaire

Les premiers concours blancs vont bientôt arriver pour toi qui a fait ta rentrée en classe préparatoire. Si tu es entré en hypokhâgne, tu as pu redécouvrir des matières que tu travaillais déjà au lycée, tels que l’histoire, le français ou encore la géographie. Mais le travail demandé est bien différent : les professeurs ont beaucoup plus d’attentes et t’imposent une préparation à l’examen qui dépasse le simple apprentissage de leur cours : lecture extérieure, recherches personnelles…difficile de s’en sortir au début, quand tout semble nouveau et quand tout travail semble infini. Cela peut malheureusement t’amener à l’abandon, au découragement, ce qui est très dommage compte tenu des enjeux contenus dans les premiers temps d’une scolarité en classe préparatoire. Il s’agit avant tout pour toi de prendre ton courage à deux mains : les différents concours blancs qui vont ponctuer tes années de classe préparatoire sont justement là pour t’aider à optimiser tes méthodes de travail et voir ce qui fonctionne le mieux pour toi ! 

La géographie est pour la première fois de ton cursus indépendante de la matière Histoire : même si le lycée t’as aidé à poser les bases en terme de croquis, d’apprentissage,…tu peux toutefois l’appréhender au regard de la toute nouvelle approche qui en est proposée en classe préparatoire, beaucoup plus tournée vers la réflexion et le recherche. Ainsi, dans cet article, nous allons te donner tous nos conseils pour travailler au mieux la géographie !

 

Comprendre les enjeux du cours

Avant toute chose, il s’agit pour toi de faire un travail sur ton cours avant de pouvoir travailler autour. En effet, il faut pouvoir bien comprendre les enjeux que posent ton cours, en fonction de la direction que lui a donné ton professeur : notionnel, géographique,…et ainsi comprendre la manière dont tu devras le travailler. De plus, tu dois être certain d’en avoir des définitions précises pour bien comprendre ce qu’il recouvre et ne pas faire de hors sujet dans tes révisions où lors de ton examen final. 

Pour cela n’hésite pas à t’entourer de cartes ou de statistiques que pourrait te fournir ton professeur afin de bien saisir le sujet que tu vas travailler pendant ces prochains mois. Tu dois pouvoir saisir les contours du thème dans sa globalité et non pas seulement ce que tu pourrais penser de manière habituelle : certains termes peuvent, dans le contexte géographique académique, recouvrir de manière différente l’usage qui en est fait habituellement.

 

Parcourir des manuels 

Afin de compléter ton cours et pouvoir mieux y voir, nous t’invitons à consulter des manuels. Tu pourras trouver ces derniers en bibliothèque universitaire ou dans ton CDI. Néanmoins, tu ne dois pas commencer ces lectures têtes baissée. Assure toi déjà de bien comprendre l’orientation qu’a donné ton prof au cours : a t-il compris la notion ou la zone géographique étudiée sous un certain angle de vue ? Commencer par des lectures trop généralistes quand ton prof a donné au cours un certain point d’attaque relèverait pour toi de la perte de temps, t’embarassant d’informations non-essentielles qui pourraient avant tout t’embrouiller l’esprit. 

Ensuite, veille bien à hiérarchiser tes lectures : commence par les plus généralistes, afin de t’assurer les connaissances de bases sur le sujet, qui te permettront ensuite de le creuser à travers des lectures plus spécialisées. Commencer par ces dernières te ferait perdre du temps, ne comprenant pas forcément encore les tenants et aboutissants de l’ouvrage car ne maîtrisant pas le thème de pensée général dans lequel il s’insère. Ses ouvrages s’avèrent néanmoins très utiles pour la suite de ton travail, une fois les bases maîtrisées, pour approfondir le thème et te préparer à tout type de sujet en vue de l’examen, mais également pour la préparation des khôlles.

Lire plus : la violence pulsionnelle dans les performances de Marina Abramovic

 

Lire des articles scientifiques

Une fois les bases maîtrisées, la lecture d’articles scientifiques est également très recommandée. Tu pourras trouver ces derniers sur Internet, sur des sites comme Cairn par exemple, auquel ton lycée a sûrement un abonnement, mais aussi sur des sites scientifiques spécialisés autour de la géographie, tel que “géoconfluences”. Hors de ces deux sites, veille bien à la scientificité de l’origine des articles : en effet, il faut que ces articles soient universitaires, rédigés par des géographes spécialistes, et non pas par de simples intéressés par la matière comme toi et moi. Tu peux normalement t’assurer de la fiabilité de l’article en regardant ses sources : plus l’article est sourcé, mieux c’est.  

Ces articles sont essentiels pour approfondir un sujet du thème de manière très approfondie, sans forcément devoir perdre du temps à fouiller dans un nombre incalculable d’ouvrages : ces articles proposent en effet des propos synthétiques sur un sujet précis, appuyés de données essentielles à ton développement dans ta copie. Ainsi, veille bien à ficher ces articles et à en reproduire les croquis ou statistiques, que tu pourras ensuite restituer dans tes copies. 

 

Constituer une base de données avec croquis de statistiques 

Enfin, notre dernier conseil est de te constituer, au fil de ton travail, une base de données contenant croquis et statistiques : ces derniers seront attendus dans ta copie lors du concours blanc ou du concours pour les khâgneux : ils appueiront ton propos et lui donneront les preuves scientifiques, attendues dans tout travail géographique. N’hésite pas à classer ces derniers en “sous-genre” afin de mieux t’y retrouver et pouvoir les comparer plus facilement entre eux en vue de l’examen.

Lire plus :  Interview avec Anne-France Grenon (correctrice et auteure) sur le thème de la violence

 

En conclusion, rien ne sert de paniquer, un nombre incalculable de sources sont disponibles, il s’agit avant tout de s’organiser : tu peux ainsi suivre le cheminement du professeur pour approfondir ce qui a été vu en cours, et ainsi ne pas te perdre dans des thématiques pas encore abordées en classe. N’hésite pas à rejoindre également la spécialité géographie en classe d’hypokhâgne afin de pratiquer autrement cette matière, ce qui pourra également te donner matière à réfléchir pour la géographie vue en cours commun, mais aussi, pourquoi pas, confirmer ton choix d’orientation vers une khâgne spécialité Histoire et géographie. 

Newsletter
Picture of Corentin Viault
Corentin Viault
Vous pourriez aussi amer