Contraction HEC 2020 – Copie de Julien (17/20) + analyse

Ne manquez aucune information concours en nous suivant au quotidien sur notre compte Instagram

 

👉 Sujet Contraction de texte HEC 2020 👈

👉Copie de Julien 17/20👈

 

Conseils du candidat 

Je vais commencer par le conseil le plus essentiel. L’enjeu de l’épreuve de la contraction est d’être extrêmement clair. J’insiste vraiment sur la clarté. Une fois que j’eus compris ça mes notes se sont élevées. J’avais eu 14 en carré et en khûbe j’ai essayé d’être encore plus clair et ça a payé. Ce n’est vraiment pas en faisant des phrases alambiquées, avec du vocabulaire qu’on ne maîtrise pas, qu’on convainc le correcteur et qu’on se démarque (ou alors dans un mauvais sens), c’est par la clarté. Plus c’est clair et plus la lecture de votre contraction sera fluide. Pensez sans cesse à chaque fois que vous écrivez une phrase « est-ce que le correcteur qui n’aurait pas lu le texte comprend parfaitement ce que j’écris là ? ». J’ai beaucoup insisté dessus mais c’est selon moi le meilleur conseil que je puisse vous donner sur cette épreuve.

Voici mes autres conseils que j’appliquais systématiquement à chaque contraction :

  • Lire le texte en entier au début pour bien s’en imprégner. Trouver le sujet et le point de vue de l’auteur.e. Avoir le texte bien en tête avant de commencer à contracter. Ce temps de lecture est essentiel et peut s’étaler sur 30/40 min (max).
  • Il faut impérativement garder l’ordre chronologique du texte
  • Non pas résumer à sa manière ce que l’auteur.e écrit mais dire la même chose que l’auteur.e en un nombre limité de mots (différence subtile mais non moins importante)
  • Reprendre quelques mots/tournures du texte. Certains mots occupent une fonction essentielle dans le texte et trouver un synonyme changerait la signification originelle du texte. Ces mots-là vous pouvez(/devez) clairement les reprendre. Idem s’il y a des tournures importantes, je conseille de la/les reprendre mais de ne pas en abuser sinon le correcteur croira que vous recopiez le texte et donnera un malus. Juger ce qui doit être repris ou non est subtil pour l’épreuve de contraction et participe à la difficulté de l’exercice.
  • La fin du texte est très importante. Il faut penser que si le concepteur a coupé à un certain moment du livre, ce n’est pas bénin. Absolument restituer la fin du texte et s’appliquer tout particulièrement.
  • La lecture d’ouvrages (et faire quelques contractions aussi évidemment) améliore votre fluidité dans la lecture et aide à repérer les arguments majeurs d’un texte. Je conseille donc de lire des livres, essais… et tout ce qui est possible pour habituer votre esprit à cet exercice.
  • Utilisez des mots de liaison ainsi qu’un bon vocabulaire sans oublier d’être très clair.
  • C’est tout bête mais faites bien attention au nombre de mots. Un point en moins en contraction fait jouer parfois une admissibilité à une école et ce serait dommage de louper une école pour un mauvais comptage.

 

Julien Bourbé

Après deux ans de ECE dans la première prépa de France (Teilhard de Chardin) et une khûbe dans une prépa moins connue (Ipesup), j’ai intégré l’ESCP. Rédacteur en ESH, j’ai à cœur de transmettre les méthodes et astuces qui ont fonctionné pour moi, pour que vous explosiez le concours.

Vous pourriez aussi aimer
Vous pourriez aussi aimer :
Suite aujourd'hui d'un vaste passage en revue des annales des concours BCE et Ecricome en HGGMC avec le sujet GEM…