Croissance et critères ESG

Dans cet article, nous aborderons un chapitre assez important d’Économie en CPGE qui porte sur les finalités de la croissance. Nous verrons les relations qui existent entre développement durable et croissance. Puis, l’importance croissante des critères ESG dans le financement de la croissance.

 

Lien entre développement et croissance

C’est l’économiste François Perroux qui est à l’origine de la distinction entre les notions de croissance et de développement.

Tout d’abord il définit le développement comme « la combinaison des changements mentaux d’une population qui la rendent apte à faire croître, cumulativement et durablement son produit réel global ».

La croissance quant à elle est l’augmentation soutenue de la production sur une longue période. C’est une notion quantitative, que le PIB mesure. Enfin, la croissance reste l’un des objectifs principaux des États.

Le développement est caractérisé par :

  • Développement de l’école pour tous
  • Promotion de l’égalité des sexes, droit des femmes
  • L’amélioration générale des conditions de vie et de bien-être
  • Accès au soin pour tous (structures médicales, hôpitaux…)

Critères qui permettent d’étudier le développement d’un pays

  • PIB par habitant
  • Taux alphabétisation des adultes : personnes de plus de 15 ans qui savent lire et écrire
  • Esperance de vie à la naissance
  • Taux de scolarisation 
  • Taux de fécondité : nombre de naissances d’enfants vivants rapportés au nombre moyen de l’année de femmes en âge de procréer (15 à 49 ans)
 

Le développement durable

Le développement durable peut se définir comme le « développement qui répond aux besoins des générations actuelles sans compromettre celui des générations futures. »

C’est en 1987 dans le rapport de la Commission mondiale sur l’environnement et le développement « Notre avenir à tous » de l’Organisation des Nations unies, dit rapport Brundtland, que cette expression a été formulée pour la 1ère fois.

Pourtant les enjeux du développement durable ont déjà été évoqués par le passé, 15 ans plus tôt. En 1972, le club de Rome publie le rapport « Halte à la croissance » qui met l’accent sur les risques d’épuisement des ressources naturelles et qui remet en cause le mode de consommation des pays du Nord.

Principes du développement durable :

  • Solidarité avec les générations futures et les populations de la planète
  • Principe de précaution
  • Participation de tous les acteurs de la société

Les piliers du développement durable :

piliers DD

Les principaux enjeux environnementaux du siècle :

  • Lutter contre la déforestation
  • Diminuer les émissions de CO2 dues aux transports, usines…
  • Traitement des déchets
  • Limiter l’épuisement des ressources non renouvelables
  • Préserver la biodiversité, la disparition des espèces
  • Lutter contre le réchauffement climatique
 

Critères ESG

Pour regarder la performance d’une entreprise ou d’un secteur, on regarde ses comptes financiers. Toutefois, l’importance de l’extra financier monte en flèche depuis ces dernières années !

Justement, les critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) rendent compte des agissements d’une société ou d’un secteur dans l’écologie, le droit du travail et la gouvernance.

  • Concrètement, le critère environnemental prend en compte de la gestion et le traitement des déchets, la réduction des émissions de gaz à effet de serre, la réduction de la consommation énergétique et la prévention des risques environnementaux.
  • Le critère social prend compte de la prévention des accidents, la formation du personnel, le respect des droits des employés, la parité, ou encore le dialogue social.
  • Le critère de gouvernance vérifie l’indépendance et la neutralité du conseil d’administration, la structure de gestion et la présence d’un comité de vérification des comptes. 

Le comité de vérification est nommé par le conseil d’administration pour l’aider à s’acquitter de sa responsabilité de surveillance des contrôles financiers et de présentation de l’information financière de la société. 

L’accélération du changement climatique et la crise du coronavirus ont mis en lumière l’importance de l’ESG. D’ailleurs, on assisté ces dernières années à une augmentation des fonds ESG. Aujourd’hui les stratégies d’investissement responsable attirent de plus en plus les investisseurs.

Face à ce constat, Euronext qui est la principale place boursière de la zone euro a décidé de lancer un nouvel indice : il s’agit du CAC 40 ESG. Plusieurs entreprises pourtant incluses dans le CAC 40 n’ont pas été sélectionnées. C’est le cas notamment de Total, d’Airbus, Alstom, Thales…

 

Ce qu'il faut retenir

La croissance économique ne contribue pas nécessairement au développement. En effet, elle peut entraîner un appauvrissement du niveau de vie en raison d’une répartition inégale des richesses et ainsi conduire vers un accroissement des inégalités.

En outre, le PIB est un indicateur imparfait pour mesurer le progrès économique, social et environnemental. Par exemple, il additionne des productions qui ont une faible utilité sociale (tels la vente de cigarettes ou de fastfoods…) ou encore qui sont nuisibles pour l’environnement (bouteilles plastiques, fast-fashion…).

Si l’on reprend la célèbre formule de Rabelais, on s’aperçoit inévitablement que « croissance sans conscience n’est que ruine de l’humanité… »

De nos jours, les entreprises sont parfaitement conscientes de ce qu’on attend d’elles en matière d’ESG (bien que ces critères puissent varier d’un pays à l’autre). C’est un sujet qui est très important dans le monde de la finance aujourd’hui. On va d’ailleurs beaucoup en entendre parler ces prochaines années. Toutefois certaines des stratégies ESG impliquent des sacrifices de rendement sur le court terme pour privilégier le long terme.


Vous pourriez aussi aimer