Misterprepa

Culture Générale : L’insertion du verbe « Aimer » dans…

Sommaire

Le thème de Culture Générale de ce concours 2022 est « aimer », nous allons dans cet article t’expliquer en quoi travailler ce thème est à la fois unique, particulier, complexe et intéressant pour cartonner à l’épreuve dissertative majeure des concours ! 

Les concepts d’amour, d’amitié ou d’affection commencent à s’éclairer à la lumière de vos premières lectures, vos premières colles et vos premières dissertations. Il va sans dire que penser un thème ne se résume jamais à une série d’auteurs ou de références que vous essayez de retenir afin de les « agencer » dans vos dissertations. Le travail débute par une compréhension et une bonne intelligence de l’étude d’un mot. En l’occurence le mot « aimer » doit être saisi à la lumière de trois réalités. 

 

Lire plus : Aimer : comment appréhender et disserter intelligemment sur le thème de CG de l’année ?

Aimer dans un système complexe

La proposition selon laquelle la « langue est un système » est sans doute l’une des plus représentatives de la doctrine saussurienne. Dans ce sens, le verbe aimer doit être saisi dans sa mise en relation avec un bon ensemble de synonyme, antonymes et mots relativement proches. Lorsqu’André Comte-Sponville nous révèle dans Le Petit traité des grandes vertus qu’ « en français, [nous avons le mot] amour : aimer un être, c’est désirer qu’il soit, quand il est (on ne fait autrement que l’espérer), c’est jouir de son existence, de sa présence, de ce qu’il offre de plaisirs ou de joies. Mais le même mot vaut aussi, on l’a vu, pour le manque ou la passion (pour éros), et prête par là à confusions. » Il faut saisir ces mots au sens Saussurien pour saisir l’essence du verbe aimer à travers le système dans lequel il est inséré. Il faut donc de cette différence qui crée un sens comme dirait Lacan, pour comprendre ce que le verbe aimer signifie en lui-même et pour lui-même. Que le terme aimer ou amour soit présent dans le libellé de sujet de la future dissertation de HEC/ emlyon ou ESSEC/EDHEC, ce qu’il faut en retenir c’est que ce terme est un prétexte, soit une raison alléguée pour donner la lumière sur ce qui suivra ou précédera. 

 

Lire plus : Aimer : les meilleures références littéraires et philosophiques

 

Ainsi, chaque entraînement effectué en classe sous forme d’une kholle ou d’un DS devrait vous aider à enrichir le système qui compose le terme aimer. Pour ce faire, nous vous conseillons d’avoir un dictionnaire personnel et propre au thème au sein duquel vous noterez tous les concepts, tous les réflexes ainsi que l’ensemble des éléments formant le système du thème. Dès lors, il faut différencier les nuances entre aimer et désirer, passion et affection, amour et passion… Les couples du thème « aimer » sonnent comme une rengaine facile, or il faut bien au contraire être soucieux de l’ensemble des nuances entre tous ces termes ; sans quoi vous risqueriez de commettre d’impardonnables amalgames dans vos dissertations. En ayant toujours à l’esprit que la présence du terme référentiel au thème dans votre sujet de dissertation ne servira qu’à justifier puis analyser la présence des autres termes le voisinant. En définitive, « aimer » inséré dans un système complexe est un prétexte pour penser tout ce qui lui est voisin et adjoint. 

 

Lire plus : Tout ce qu’il faut savoir sur « Aimer », le thème de CG 2022

 

Aimer dans une histoire de pratiques ethniques et sociales 

L’amour courtois ou aussi souvent appelé fin’amor a des règles, des conditions et des critères qu’il faut respecter indubitablement. C’est pourquoi il a pu perdurer tout au long du Moyen-Âge et a donné naissance à toutes les belles productions du XIIe et XIIIe siècle. Raimond de Miravals disait dans un extrait Des troubadours et les cours d’amour de Raynouard : « L’amour est si habile, si ingénieux, qu’il a de quoi récompenser tous ceux qui se dévouent à son service / Je ne vois jamais de serviteur fidèle et zélé qui n’obtienne enfin son juste salaire / Les chevaliers ne parviennent à un certain mérite qu’autant qu’une digne amie les a façonnés à l’art de plaire; et lorsqu’on voit quelqu’un d’eux faillir, tous disent: « On voit bien qu’il n’a pas été à l’école des dames. »

Les modalités de cet amour qui reposent essentiellement sur la pureté de l’amour et la beauté de la fidélité de ses sentiments sont différentes de celles qu’on pouvait trouver ailleurs qu’en Europe durant cette même période. Si l’assag était l’épreuve ultime de l’amour courtois où l’amant devait prouver qu’il était capable d’aimer purement, en Chine orientale et médiévale il était plutôt question de rester fidèle à la tradition des trois lettres à savoir : la lettre de demande, la lettre de présent et enfin la lettre de mariage.

Déclarer sa flemme au grand jour ou rencontrer sa bien-aimée avant la lettre de mariage était tant puni que réprimandé de la part des deux familles et aux yeux de la société qui considèrera la femme dévouée à son amant comme impure et ingrate. Ce contraste préexistant sur la façon d’aimer ou de conjuguer le verbe « aimer » questionne donc l’histoire des pratiques ethniques et sociales dans laquelle est inséré le verbe « aimer ». Ainsi, aucune idée reçue sur une quelconque conjugaison du verbe ne va de soi. 

 

Écouter : 8 podcasts à écouter sur le thème d’Aimer

 

Aimer dans une textualité fortement conceptuelle 

Le sens du verbe aimer se forme et évolue à travers des textes, des vers, ou des récits devenus incontournables. Les notions de service, de compromis et de sacrifice ainsi que l’ensemble de leurs distinctions conduisent à questionner le sens du verbe aimer dans le texte de Zygmunt Bauman dans l’Amour liquide : « L’amour signifie être-en-service, se-tenir-à-disposition, attendre un ordre – mais il peut également signifier expropriation et prise de responsabilité. Le contrôle par la reddition ; le sacrifice qui rejaillit en accroissement. L’amour est un frère siamois de la soif de pouvoir ; aucun ne survivrait à leur séparation ». Ces fragments de textes devenus fondateurs du thème, doivent alors être repris intégralement, compris et analysés très finement pour saisir les nuances qui jouxtent l’essence du thème. Chaque texte devrait être mis en confrontation avec ses semblables, conceptualisé et assimilé à un mouvement clé du thème. 

 

Lire plus : Ma hackosophie : analyser tous les sujets de dissertation de CG

 

Aimer dans une encyclopédie de figures littéraires et artistiques 

Le verbe aimer sera tout au long de l’année expliqué et éclairé par un ensemble de figures aussi bien littéraires qu’artistiques qui porteront son emblème. À l’instar de la figure classique du Don Juan de Molière, l’acte ou l’action d’aimer est désormais définie en tant que conquête au sens militaire du mot dans la mesure où il s’aiguise aux difficultés et aux interdits : la femme qui s’offre d’elle-même n’intéresse pas Don Juan ; il aime donc à séduire celles qui lui sont interdites, celles qu’il lui faudra enlever ou conquérir de haute lutte – et c’est pourquoi par exemple la novice d’un couvent, une religieuse, ou une femme qui en aime un autre l’intéresseront particulièrement et intensément. Ses proies ne doivent surtout pas être faciles car son désir s’alimente des obstacles. En vertu de quoi, il serait intéressant de tenir un dictionnaire ou une fiche de figures que vous pourrez recycler intelligemment dans bon nombre de sujets, notamment ceux que vous aurez aux concours.

Newsletter
Picture of Dorian Zerroudi
Dorian Zerroudi
Co-fondateur d'elevenact (Mister Prépa, Planète Grandes Ecoles...), j'ai à coeur d'accompagner un maximum d'étudiants vers la réussite !
Vous pourriez aussi amer