La désynchronisation du temps de travail, une menace pour le lien familial ?

Le sociologue Laurent Lesnard dans son ouvrage La famille désarticulée (2009) montre que la famille contemporaine se caractérise par une désynchronisation des horaires de travail susceptible de réduire la capacité de la famille à se réunir. Cela fragilise le lien familial : autrement dit, la famille se trouve « désarticulée ».

Quelles sont les origines de la désynchronisation des horaires de travail des couples bi-actifs et son impact sur le lien familial et sur les inégalités sociales ?  

 

Contexte et évolution de la désynchronisation du travail

Lesnard souligne l’importance en sociologie de restituer la famille et le système économique dans leur contexte historique : avec la révolution industrielle, la division du travail va peu à peu transformer le lien familial.

Lire aussi: Les meilleurs films sur le monde ouvrier

En s’appuyant sur des enquêtes sur l’emploi du temps menées par l’INSEE, Lesnard constate que depuis les années 1950 les contraintes temporelles se sont accrues pour les salariés. Si le nombre d’heures travaillées moyen tend à diminuer depuis les années 80, la répartition de ce travail dans la journée, la semaine et l’année est de plus en plus diversifiée avec l’apparition de formes atypiques d’horaires de travail (travail de nuit, le week-end, les horaires postées).

Cependant, Lesnard note que malgré tout, les jours de week-end, les congés payés, ont aussi permis de synchroniser les emplois du temps des membres de la famille, jouant ainsi un rôle fondamental dans la cohésion familiale. Aujourd’hui, le temps que les mères et les pères passent seuls avec leurs enfants progresse : c’est le temps consacré à des activités récréatives et aux repas essentiellement.

 

Un entremêlement de la sphère privée et professionnelle

La vie quotidienne se déploie dans un espace social situé et daté. Cette vie est parfois conflictuelle puisqu’elle met en jeu différents univers sociaux relativement autonomes : les conditions de travail pénètrent dans la sphère privée.

Dans un autre ouvrage, Les batailles du dimanche (2017), Lesnard constate dans les dernières décennies (INSEE) un grignotage progressif du dimanche qui est de moins en moins déconnecté des activités professionnelles (avec internet, réseaux, mails, et aujourd’hui encore plus avec le télétravail). L’ouverture croissante des commerces le dimanche produit une perte de sociabilité des travailleurs, avec leurs proches (famille et amis).

 

Des contraintes temporelles variables selon la position sociale

De manière générale, moins la position sociale est élevée et plus la probabilité d’avoir des horaires décalés et fragmentés est grande. En effet, les nouvelles contraintes d’emploi du temps pèsent surtout sur les familles défavorisées.

D’ailleurs, selon Maurice Halbwachs la profession se trouve au fondement des différences de styles de vie entre les classes sociale. Ce dernier donne l’exemple des ouvriers et des employés qui, en dépit d’un niveau de vie largement similaire, avaient des styles de vie (logement et habillement) très éloignés en raison de leur inégal degré de participation à la vie collective au cours de leurs activités professionnelles.

Si désynchronisation est liée à la position sociale des conjoints, selon Lesnard, le lien entre classe sociale et horaires de travail ne se présente pas sous la forme d’une opposition unidimensionnelle claire entre le haut et le bas de l’échelle sociale. Lesnard donne l’exemple des professeurs et professions scientifiques, qui ont de longues journées de travail mais aussi des horaires fragmentés, certainement en raison de cours espacés dans la journée.

 

La désynchronisation de la journée de travail conjugale : source d’inégalité sociale et d’exclusion

Ne pas travailler en même temps que la société, c’est d’une certaine façon en être exclu.

Cependant, tous les salariés ne sont pas égaux face à ce risque de mise à l’écart temporel puisque ce sont surtout les salariés peu ou pas qualifiés de l’industrie et des services qui ont la plus forte probabilité d’avoir des horaires décalés et fragmentés. La désynchronisation des horaires de travail des couples bi-actifs est la traduction conjugale amplifiée de la ségrégation temporelle individuelle.

 

La responsabilité des politiques publiques

Les politiques publiques offrent des possibilités de fragmentation du temps de travail et de dérégulation des horaires de travail qui permettent aux entreprises d’appliquer les nouvelles méthodes d’organisation du travail, de gagner en flexibilité et en rentabilité, aux dépens de la cohésion de la famille minée au quotidien par ces nouvelles contraintes temporelles (avec la possibilité des temps partiels par exemple). 

Ainsi, la généralisation des coupes bi-actifs nécessite que de nouveaux droits temporels leur soient accordés pour contrebalancer les effets négatifs de la désynchronisation sur le lien familial.

En somme, la prise en charge du problème de la désynchronisation du travail par les pouvoirs publics est essentielle car finalement, ce qui est en jeu, ce n’est pas que la question du lien familial, mais la cohésion de la société dans son ensemble.

 

Lire aussi: La sociologie du travail chez Castel

Vous pourriez aussi aimer