Documentaire espagnol : EL SILENCIO DE OTROS

Documentaire espagnol : EL SILENCIO DE OTROS

 

Comme en dissertation de culture générale, connaître et savoir utiliser des références variées dans un essai ou un oral de langues (en l’occurrence d’espagnol) peut s’avérer payant et valorisé. C’est pourquoi aujourd’hui nous vous proposons l’étude du documentaire El silencio de otros, paru en 2018. Cette référence peut être utilisée pour plusieurs sujets, et alimenter de multiples réflexions.  

 

I) Résumé du documentaire

Le documentaire prend place dans l’Espagne actuelle. Il nous présente plusieurs personnes dont les ancêtres proches ont été les victimes de la dictature franquiste (petit rappel : celle-ci s’étend de 1939 à 1975). Le problème de ces personnes est le suivant : des membres de leur famille ont été tués, torturés ou emprisonnés lors de la dictature, et elles souhaitent trouver des réponses à ce qui s’est passé quelques décennies auparavant. De plus, elles souhaitent obtenir de l’Etat espagnol la reconnaissance de victimes de la dictature franquiste.

Néanmoins, le problème n’est pas simple dans ce pays où la loi d’amnistie (mise en place en 1977 afin de réaliser une transition démocratique efficace) est toujours présente. Ainsi, c’est un véritable bras de fer qui s’engage entre ces personnes, qui ont créé une association à cet égard, et la justice espagnole. Tout au long du documentaire, les déceptions s’enchaînent pour les personnes impliquées, qui n’arrivent pas à obtenir la reconnaissance tant espérée de la part de la justice espagnole.

Elles décident alors de déplacer leur combat vers l’Amérique Latine, qui est une région ayant fait l’effort de poursuivre les anciens dictateurs (nouveau rappel : Il y a eu trois dictatures en Amérique Latine, appelées « dictaduras del Cono Sur », orchestrées par Pinochet (Chili), Videla (Argentine) et Bordaberry (Uruguay), des années 1970 aux années 80-90). Là-bas, plus précisément en Argentine, les protagonistes tentent tant bien que mal d’obtenir l’accord de la justice en tant que victimes de la dictature, avec l’aide de l’avocate et juge Argentine Maria Romilda.

Après de multiples manifestations dans les rues, et après de nombreuses débâcles face aux différents tribunaux, plusieurs personnes parviennent à obtenir la reconnaissance tant espérée. Les corps peuvent être sortis des fosses communes, et c’est avec une forte émotion qu’après des années de lutte et de douleurs, certaines familles peuvent enterrer leurs morts de manière descente. Mais si le soulagement et la fin d’une lutte acharnée touchent quelques familles bienheureuses, le chemin à parcourir reste long pour de nombreuses autres familles espagnoles, qui continuent leur tortueux chemin vers la reconnaissance et la découverte de la vérité.

Ce court résumé retraçant les grandes lignes de ce documentaire peut maintenant être étudié comme référence qui peut servir à appuyer des arguments en essai ou oral d’espagnol.

 

II) Comment et quand l’utiliser en essai/oral ?

Vous l’aurez deviné, ce documentaire peut alimenter plusieurs réflexions. Très concrètement, cette référence assez transversale peut être utilisée dans de nombreux sujets d’essais ou d’oraux, afin de montrer au correcteur/jury que vous savez utiliser de manière pertinente des références un peu plus originales.  

 

A) Alimenter une réflexion sur l’Espagne

Ce documentaire évoque avec force et profondeur l’histoire espagnole, et ses répercussions aujourd’hui. En effet, ce qui est intéressant dans ce documentaire, c’est la double dimension historique/actuelle. Nous voyons que ce qui s’est passé au cours de la dictature (les atrocités, les mensonges…), et les lois qui ont suivi (loi d’amnistie) ont un impact très fort dans la société espagnole actuelle, avec des personnes qui souffrent et des familles qui s’organisent en associations.

Très concrètement, ce lien peut être souligné pour des sujets qui tentent de vous interroger sur l’Espagne, en évoquant une dimension historique et actuelle. C’était précisément le cas en LV2 ELVI 2020, avec le sujet : « ¿ Influye el pasado -reciento o lejano- en las sociedades hispanicas ? ». Nous voyons ici qu’il était effectivement possible d’évoquer l’influence néfaste, pleine de douleurs, du passé franquiste et de la loi d’amnistie sur la société espagnole actuelle.

Nous pouvons de même rappeler qu’avec l’exhumation de Franco du « Valle de los caidos », le 24 octobre 2019, c’est un pas très significatif qui a été franchi par le gouvernement espagnol concernant la dictature franquiste. C’est donc un sujet qui reste extrêmement d’actualité, et la loi d’amnistie ne cesse d’être interrogée, de part les effets qu’elle provoque encore aujourd’hui. A vous de vous faire votre propre avis concernant cela, et de l’exposer clairement, en prenant garde à bien nuancer vos propos, en épreuve d’espagnol.

 

B) Alimenter une réflexion sur l’Amérique Latine

L’autre réflexion que l’on peut se faire devant le documentaire concerne l’Amérique Latine. En effet, contrairement à l’Espagne, certains pays comme l’Argentine ont fait le choix délibéré de poursuivre les ex-dictateurs et de les mettre en prison. Cela détonne fortement avec la situation espagnole, et il peut être intéressant de souligner que les espagnols se battant pour la reconnaissante de victime de la dictature franquiste préfèrent faire confiance à la justice latino-américaine plutôt qu’à la justice espagnole. Cela montre que malgré le fait que les pays latino-américains sont sortis plus tard que l’Espagne de la dictature, et qu’ils sont considérés comme moins avancés d’un point de vue économique, leur implication juridique pour faire reconnaître les victimes des dictatures attire les espagnols eux-mêmes.

Pouvons-nous alors penser que l’Amérique Latine est un modèle d’exemplarité pour nombre d’espagnols vivant pourtant dans l’une des plus grandes démocraties du monde occidental ? Voilà une réflexion qui pouvait être amorcée lors du sujet LV2 ELVI 2013 : « ¿ Diría usted que el protagonismo (rôle central) de Latinomérica está  creciendo en el mundo ? »

 

Pour conclure, il est important de connaître ce type de références, qui constituent des arguments originaux et assez peu connus de la majorité des candidats. De plus, il est intéressant de s’interroger, comme nous l’avons fait, sur les différentes réflexions qui peuvent être menées. Ici, nous pouvons utiliser El silencio de Otros pour des arguments concernant l’Espagne, l’Amérique Latine, ou encore les deux lors de sujets beaucoup plus transversaux. Ces références sont à consommer et à réutiliser sans modération…

Arthur Costa

Ancien étudiant ECE désormais à l'EDHEC Business School, j'écris des articles dans mes matières de prédilection pour vous aider tout au long de vos années prépa !

Vous pourriez aussi aimer
Vous pourriez aussi aimer :
BSB se livre à vous par l'intermédiaire de Stéphan Bourcieu, Directeur Général et Manon Kaufmann, étudiante en Master, au profil…