Dossier : Cartonner à l’épreuve écrite ELVI en Allemand

Que vous ayez allemand en LV1 ou LV2, il est très important de réussir cette épreuve de langue, du moins de limiter la casse au maximum car sinon elle risque de vous fermer les portes de plusieurs écoles. En effet, le coefficient de votre première langue oscille entre 4 et 6 selon l’école que vous passez. Or, les langues peuvent être un atout majeur si vous les maîtrisez car elles peuvent vous permettre de compenser certaines matières où vous auriez été moins bons ou alors de gagner des points. Cependant, si vous êtes mauvais en langues et obtenez des notes très basses, l’issue en sera fatale et vous serez fortement pénalisés d’où la nécessité de ne pas délaisser les langues aux concours et encore moins l’allemand qui est souvent vu comme une langue ingrate. Je rappelle par ailleurs que l’épreuve écrite ELVI de langue dure entre 3 et 4 heures selon si c’est votre LV2 ou non.

I – En amont des concours

               1.Revoir et corriger ses fautes

Si cela n’a pas été fait durant l’année, il est nécessaire de reprendre toutes vos copies et de noter les fautes de grammaire récurrentes avec la correction (dans un carnet par exemple) afin de les comprendre et de ne plus les refaire. En effet, les professeurs en deuxième année utilisent souvent des textes tirés des épreuves passées, il y a des chances que les expressions grammaticales sur lesquelles vous vous êtes trompés, retombent aux concours. C’est un exercice qui permet de progresser et d’intérioriser ses erreurs. N’hésitez pas à demander de l’aide à vos professeurs si vous ne comprenez toujours pas certaines erreurs ou aux membres de l’équipe Mister Prépa.

En plus de cela, je vous conseille de regarder les rapports de jury de plusieurs années en langues car ils évoquent dedans quelles sont les erreurs les plus fréquentes de ces années-là. Ainsi, les savoir peuvent être un bon moyen de les éviter.

Enfin, bien évidemment il est nécessaire de maîtriser les bases grammaticales comme les déclinaisons, la place du verbe dans une subordonnée ou dans une principale, quels verbes et prépositions impliquent le datif ou l’accusatif, la conjugaison, l’emploi des temps etc.

Pour les LV2, maîtriser ces règles vous permettront de vous démarquer des autres étudiants et de gagner des points facilement.

Pour les LV1, si vous ne les maîtrisez pas cela comptera comme des erreurs basiques et vous serez lourdement sanctionnés.

 

      2. S’entraîner

Le meilleur moyen de progresser en langue est de s’entraîner. N’hésitez pas à faire des annales en entière (pas forcément tout d’un coup) ou choisissez les épreuves cibles où vous avez le plus de mal pour les refaire plusieurs fois. Cela concerne souvent les traductions, faites-en, si possible envoyez-les à vos professeurs pour qu’ils les corrigent et reprenez-les à quelques jours d’intervalle pour les refaire afin de savoir si vous faîtes toujours les mêmes erreurs. Cet entraînement vous permettra aussi d’apprendre à gagner du temps lors des épreuves car au fur et à mesure, vous les ferez de plus en plus rapidement. Certaines formules doivent devenir des automatismes, d’autant plus qu’elles retombent chaque année. Par ailleurs, grâce à l’entraînement vous serez capables d’analyser le plus rapidement possible ce qui est indispensable dans une épreuve aussi chronométrée.

Afin de déterminer quelles expressions grammaticales retombent et de les maîtriser, un conseil serait de s’entraîner aux thèmes ECRICOME pour les LV2. En effet, ces thèmes utilisent toujours les mêmes expressions car ils veulent vérifier que vous les maîtrisiez. Ce sont des structures de phrase très importantes qui vous serviront et qui retomberont dans vos traductions.

   

       3. Apprendre du vocabulaire

Le vocabulaire est essentiel dans la mesure où votre compréhension des textes à traduire ou à retranscrire mais également votre expression écrite seront influencées par votre maîtrise du vocabulaire ou non.

En termes de vocabulaire vous devez en savoir des basiques liés à votre filière comme l’économie, le monde du travail, les relations internationales etc. Cependant, les traductions sont souvent des extraits de texte littéraire. Ainsi, vous devez connaître le vocabulaire de la description : verbes d’actions, l’habitat, rue, plantes, les émotions, le physique etc. 

Personnellement, j’apprenais 50 mots de vocabulaire par jour dans l’année de thèmes que je sélectionnais dans mon Bescherelle (principalement ceux énoncés plus haut) mais je reprenais aussi mes copies et les annales ou je notais le vocabulaire que je ne connaissais pas. J’utilisais Anki pour cela qui marche avec la mémoire espacée (parfait pour ne pas oublier les mots que vous avez appris 3 jours après). Si vous ne voulez pas vous embêtez à répertorier le vocabulaire vous pouvez utiliser par exemple des listes déjà établies sur quizzlet de ces thèmes. A chacun sa méthode.

Il n’est néanmoins pas grave de ne pas savoir tous les mots d’un texte. Il y a même de grandes chances que cela arrive. Il faut alors deviner le sens en prenant le texte et la phrase dans sa globalité, en comprenant le contexte. Pareil pour la traduction on met un mot qui a du sens dans le contexte de la phrase et tant pis si ce n’est pas le mot exact.

 

    4. Connaître sa civilisation et l’actualité du pays en question

Il y a des thèmes à connaître qui sont récurrents donc aller voir les dernières annales des concours pour les repérer. Parmi ces thèmes récurrents on retrouvera par exemple : le devoir de mémoire, la Seconde Guerre Mondiale, l’environnement, les relations franco-allemandes et avec l’UE etc.

Il y aura aussi des thèmes plus actuels comme l’Allemagne et la gestion du covid (avec par exemple : la remise en question du modèle économique de l’Allemagne, suite au covid, qui est trop dépendant de l’extérieur).

Renseignez-vous un minimum sur la civilisation autrichienne aussi.

Il est nécessaire de suivre l’actualité sur l’année du pays en question donc l’Allemagne mais pas seulement. En effet, si vous souhaitez avoir des exemples qui vous permettent de vous démarquer des autres candidats vous pouvez essayer de puiser des exemples en Autriche ou en Suisse allemande qui sont souvent délaissés par les autres candidats. Par ailleurs, vous n’êtes jamais à l’abri qu’un sujet d’épreuve tombe sur l’Autriche ou la Suisse allemande même si cela est plus rare.

 

II – Méthodologie des concours

Je rappelle que les épreuves écrites ELVI sont composées de : – deux traductions (thème et version)

– un texte de compréhension écrite

– une expression écrite (essai)

 

 

   1.Les traductions

 

Le but des traductions est de les faire très rapidement mais qu’elles restent quand même qualitatives. Quand on regarde le pourcentage des traductions (40%) et des expressions écrites (60%) dans le calcul de la note, il faut tout donner sur l’essai et le texte de compréhension écrite. Donc il faut les faire rapidement et pour cela il faut s’entraîner suffisamment en amont.

Pour les LV1 :  le but est de faire au moins 80 % des deux traductions en 1h30 à peu près max (1h serait le top). Si une ou les deux sont dures, il est possible d’aller jusqu’à deux heures, mais alors là niveau temps, cela risque d’être compliqué pour faire le reste de l’épreuve tout en conservant un temps pour se relire. Donc je déconseille d’y rester deux heures même si c’est dur de lâcher une épreuve si on a l’impression d’avoir mal fait. Je rappelle que le plus important est de donner son maximum sur chaque partie de l’épreuve, de faire un travail de qualité pour chaque partie.

Donc faites les rapidement quitte à les mettre de côté pour y revenir à la fin de l’épreuve (si vous avez commencé par ça) ou alors ne plus jamais y revenir si vous ne savez vraiment pas là où vous butez. Lors de vos entraînements, surveillez le temps. Il faut être capable d’analyser rapidement. Si vous devez traduire une phrase et qu’il existe une expression idiomatique en allemand ou en français (« être maigre comme un clou » par exemple) qui veut dire la même chose, cela peut vous rapporter des points bonus de l’employer. Mais attention ne perdez pas de temps à apprendre des listes d’expressions idiomatiques ce n’est pas le but d’autant plus que certains correcteurs peuvent être moins réceptifs. Donc il vaut mieux rester prudent que de prendre des libertés. Il faut rester proche du sens premier du texte.

Pour les LV2 :

Concernant la version, prenez le temps d’analyser chaque phrase, mettez des couleurs si vous le souhaitez. Ce n’est pas parce qu’un groupe nominal commence une phrase qu’il en est le sujet. C’est en comprenant la fonction et les déclinaisons de chaque mot dans la phrase que vous réussirez à les traduire au mieux.

Il y a de grandes chances que vous ayez un dialogue à un moment soit dans le thème ou soit dans la version. Je rappelle donc que les guillemets et les règles de dialogue ne sont pas tout à fait les mêmes qu’en français donc renseignez-vous (les guillemets c’est une en bas au début et l’autre en haut à la fin par exemple).

Pour réussir les traductions, il n’est pas nécessaire de connaître chaque mot de vocabulaire employé même si plus on en sait mieux c’est et plus on se sent en confiance. S’il y a des mots sur lesquels vous butez (cela arrive à tout le monde au moins une fois), concentrez-vous sur le contexte de la phrase, du texte et trouver quelque chose qui a du sens.

Une astuce pour le thème en allemand serait de remplacer le mot que vous ne connaissez pas par un mot de la même catégorie. Par exemple si vous ne savez pas dit léopard en allemand dites chien à la place cela reste un animal.

Le but étant de restituer un texte qui a du sens dans sa globalité. Donc il ne faut absolument pas faire de traduction mot à mot.

 

  2. Le texte de compréhension écrite

Je rappelle le but de cette épreuve : restituer le texte en répondant à la problématique posée.

En effet, on vous expose le point de vue d’un ou des auteurs sur une thématique précise qui a un rapport ou non avec un de vos thèmes de civilisation. Vous devez présenter la réponse de l’auteur, avec vos propres mots, à la question posée et uniquement cela. On ne vous demande pas d’apporter des connaissances supplémentaires que vous auriez apprises ou d’évoquer des éléments énoncés par l’auteur mais qui ne répondent aucunement à la question posée.

Cette réponse doit être structurée :

– Une introduction en 3-4 lignes max où vous dites la source, le nom de l’auteur et de quoi cela parle (le thème général, ce qu’il traite dans son texte).

Pour énoncer de quoi parle l’auteur, vous pouvez utiliser le verbe : « sich auseinander/setzen mit + Datif »  (= se pencher sur / traiter de)

exemple : In diesem Artikel aus der FAZ(, der am 02 Oktober 2017 geschrieben wurde,) setzt sich Stefan Locke mit der Verbreitung und dem Erfolg der AfD in Ostdeutschland auseinander.

Pas besoin d’annonce de plan

– Quelques paragraphes qui énoncent les arguments de l’auteur qui répondent à la question

Utilisez absolument des connecteurs logiques. Vous pouvez utiliser n’importe quel verbe d’énonciation et n’hésitez pas à varier, c’est-à-dire ne pas utiliser que le verbe « sagen » mais d’autres comme « behaupten », « mit etwas +datif einverstanden sein (oder nicht) », « zu/stimmen » etc…. Par contre ne dites pas « l’auteur dit » à chaque phrase. Vous pouvez également dire « selon l’auteur… » en utilisant « auteur + zufolge », « nach dem Autor »…

Pour les LV1, ce qui peut vous rapporter des points bonus est d’utiliser le discours indirect (le subjonctif I)

Par exemple : « Stefan Locke sagte, dass er zurückkommen werde » Toutefois doser l’utilisation du subjonctif I (ne pas en mettre partout) et surtout utilisez le que si vous en maîtrisez la conjugaison. Si vous n’en utilisez pas vous ne serez pas pénalisés.

– une conclusion de quelques lignes seulement (3-4 max cela suffit) qui résument comment l’auteur répond à la question posée.

Remarque :

– Je rappelle que vous avez une limite de mots pour cette question. Donc vous devez rester dans la tranche autorisée sous peine de perdre des points et indiquez le nombre de mots utilisés à la fin.

– Pour les LV1, cette épreuve doit aussi être assez rapide, n’y passez pas plus d’1h10.

 

   3.L’Essai

La question d’essai peut découler du thème traité pendant la question de compréhension écrite ou être un thème de civilisation ou d’actualité. Dans ce cas, le but n’est pas de réutiliser les arguments évoqués dans la question précédente. Quoi qu’il en soit vous devez être capable de la traiter grâce à la civilisation que vous avez apprise. Si vos exemples proviennent de l’actualité c’est encore mieux.

Voici une façon de comment votre essai doit se structurer :

– Introduction

Commencez l’introduction avec deux phrases antinomiques :

« affirmation » «Mais…. »

Puis énoncer votre problématique : « Dies wirft die Frage auf, ob… » (= cela pose la question de savoir si…)

et le plan : « Wenn einerseits…. verbe, verbe + andererseits…. »

Vous n’êtes pas obligés de commencer par deux phrases antinomiques, c’est comme ça que je l’ai appris, mais vous pouvez commencer en faisant une amorce si cela vous met plus en confiance.

– Grandes Parties argumentatives (I,II) avec sous-parties (1), 2)..)

  1. I) phrase introductive qui annonce le thème de cette grande partie

par exemple : « Dans une large mesure, l’Allemagne est une puissance économique dépendante »

1) Tout d’abord + exemple

2) Ensuite + exemple

… + exemple

+ conclusion partielle à la fin de cette grande partie qui répond à la question

Vous n’êtes pas obligés de faire deux grandes parties antinomiques vous pouvez très bien défendre le même point de vue (pour ou contre).

– Conclusion générale qui répond à la question

Remarques :

– Là encore cet exercice impose une limite de mots à respecter donc soyez dans la marge autorisée.

– Cet exercice implique que vous donnez votre avis. Toutefois, vous n’êtes pas obligés de dire « je » et il est encore moins recommandé de dire « je pense » puisqu’en répondant implicitement à la question vous donnez votre avis. Si vous souhaitez donner votre avis vous pouvez utiliser des adverbes implicites comme « einleuchtend », « eigentlich » etc mais ne dites pas « à mon avis » et surtout si vous n’avez pas assez de mots ne perdez pas de temps à caler ces adverbes.

– L’essai est important donc relisez-vous (ainsi que tout le reste de la copie) et ne le bâclez pas. Il vous faut au moins une bonne heure 10 pour le réaliser et n’hésitez pas à utiliser un brouillon au préalable. Donc gérez votre temps !!

– Là encore utilisez des connecteurs logiques

– Indiquez le nombre de mots utilisés à la fin

 

En conclusion, donnez le meilleur de vous-même. Ce n’est pas parce que c’est une épreuve de langue qu’il faut la négliger. L’allemand n’est pas si dur si vous prenez la peine de vous entraîner, surtout les LV2 vous pouvez faire d’énormes progrès. Le but n’est pas forcément d’être parfait à chaque instant, mais de rater le moins possible pour être meilleur que les autres. Donc même si vous en faites peu soyez sûrs à 100 % de ce que vous faîtes (c’est-à-dire aucune faute) et n’hésitez pas à vous inspirer des bonnes copies. Bonne chance !

Vous pourriez aussi aimer