Eco-droit ESSEC 2020 – copie d’Ambre (16/20)

👉Copie de d’Ambre (16/20) 👈

👉Sujet d’Eco-Droit 2020 👈

👉Analyse Rapport 2020 👈

L’épreuve d’économie-droit est souvent une des plus redoutée par les élèves d’ECT pour sa longueur et sa difficulté. En effet, c’est une épreuve atypique composée de deux matières complétement distinctes qu’il faut réussir à maîtriser. La seconde difficulté se trouve dans la longueur car il faut passer d’une matière à une autre, chacune composée de deux sous épreuves.

 

I – PARTIE DROIT

Les cas pratiques :

L’épreuve d’éco-droit Essec est souvent composée de 3 cas pratiques qui portent sur un ou plusieurs chapitres du cours.

Le premier cas de ce sujet porte sur le droit du travail et plus précisément sur les conditions de validité d’un CDD. Il fallait pour ce cas bien identifier toutes les informations importantes du cas comme le renouvellement du CDD. Il est aussi possible, comme le fait le candidat, d’aller plus loin en expliquant en conclusion qu’il faudrait vérifier d’autres informations, comme ici le délai de carence d’un CDD, pour montrer que les enjeux sont bien compris.

Le deuxième cas porte sur la modification d’un contrat de manière unilatérale. Dans ce cas on continue de vérifier les conditions et de montrer en quoi elles sont respectées ou non. C’est un cas assez simple, mais c’est justement ce qui peut déstabiliser beaucoup de candidats.

Le troisième et dernier cas fait appel au droit de la concurrence et notamment sur une  pratique restrictive de la concurrence : la rupture brutale. C’est un cas assez simple si l’on arrive à bien identifier la rupture brutale et à bien la mettre en cause. Il ne faut pas oublier de la définir et encore une fois d’énumérer les conditions de celle-ci pour mieux la démontrer.

Mes conseils pour les cas pratiques : il faut bien identifier le problème juridique de chaque cas pour éviter le hors sujet. Il faut ensuite, dans le droit applicable, bien mettre en évidence les définitions / articles ainsi que les conditions car cela facilitera l’application aux faits. Il faut aussi ne pas avoir peur de donner son avis dans la conclusion, car l’étudiant doit se placer dans le rôle du juge.

La veille juridique :

C’est une sous épreuve souvent délaissée par les candidats car elle est assez courte, nécessite un apprentissage par cœur de règles de droit et demande du temps pour la recherche. Cependant, elle représente des points « faciles » si on apprend bien les règles et que l’on est capable de faire un plan simple.

Mes conseils pour la veille juridique : toujours traiter cette partie, car elle montre aussi au correcteur que vous savez gérer votre temps pour terminer le sujet, car c’est une capacité recherchée dans cette épreuve. Ensuite, pour gagner du temps je vous conseille de vous répartir le travail lors de la recherche, de travailler en équipe et d’échanger vos recherches avec celles de votre classe pour être sûr d’avoir le plus d’informations possibles.

 

II – PARTIE ÉCONOMIE

La Note de synthèse :

La note de synthèse est une sous épreuve importante en économie, qui demande de bien gérer son temps et d’avoir un bon esprit de synthèse. Cette année la note de synthèse portait sur « la situation économique actuelle en présence de taux d’intérêts négatifs ». Il s’agit, comme dans la plupart des cas d’un sujet d’actualité, cependant il ne faut apporter aucune connaissance personnelle car le correcteur veut évaluer votre capacité à comprendre un texte, à en tirer les informations les plus pertinentes et à en faire une synthèse.

Mes conseils pour la note de synthèse : Pour la note de synthèse, il faut réussir à lire vite tout en repérant rapidement les informations les plus importantes. Le plan ne doit pas être essentiellement compliqué, car les plans mis en avant dans les rapports de jury restent simples (« effets positifs/effets négatifs », « causes/conséquences » etc) mais contiennent toutes les informations attendues dans un lexique compréhensible. En effet, il faut dans cette épreuve faire attention à la langue car le correcteur doit avoir une lecture fluide de votre synthèse, et utiliser un vocabulaire économique adapté (« micro/macro économiquement », « agent économique », « empiriquement »…). Enfin, dernier conseil mais pas des moindres : il faut respecter le nombre de mots imposés, à savoir 450-550 mots car cela fait perdre des points facilement.

La réflexion argumentée :

La réflexion argumentée quant à elle nécessite des connaissances personnelles, que ce soient des théories, des chiffres, des exemples… cette année le sujet était : « la politique monétaire est-elle actuellement efficace ? ». Attention il ne faut pas reprendre les informations de la note de synthèse pour votre RA !

Mes conseils pour la réflexion argumentée : Tout d’abord il faut bien analyser le sujet pour éviter les raisonnements hors sujet ! Ensuite il faut réussir à bien rédiger, les théories ne viennent que justifier vos propos, elles ne peuvent être votre argument. Pensez aussi à rester objectif même si vous avez un avis sur le sujet, le correcteur ne doit pas voir que vous prenez parti.

Vous pourriez aussi aimer
Vous pourriez aussi aimer :
Lucien, étudiant à l'ESSEC, vous présente sa copie de Maths I HEC 2020. Une épreuve difficile lors de laquelle il…