Quels sont les enjeux démographiques actuels ? (1/2)

Le monde est en constante évolution, et les enjeux démographiques occupent une place de plus en plus centrale dans les débats et les préoccupations globales. Parmi ces enjeux, le vieillissement de la population et la baisse de la fécondité sont des facteurs majeurs qui influencent profondément nos sociétés. Dans cet article, nous explorerons tout d’abord le vieillissement de la population en mettant en lumière ses impacts sur l’économie, la société, et les politiques publiques.

Le vieillissement de la population, ou « vieillissement démographique », se définit selon l’INED (institut nationale d’études démographiques) comme l’ « Augmentation de la proportion de personnes âgées dans une population, en raison de la diminution de la fécondité et de la mortalité. » Celui-ci peut-être du à « une augmentation du nombre de personnes âgées (vieillissement par le sommet de la pyramide), conséquence d’une baisse de la mortalité et de l’allongement de la durée de vie moyenne, mais peut aussi être dû à un déficit de jeunes (vieillissement par la base), à la suite d’une baisse de la natalité. Dans ce cas, il peut donc y avoir vieillissement même si le nombre de personnes âgées n’augmente pas. »

l’INED souligne aussi que le vieillissement démographique découle de la transition démographique, touchant surtout les pays du Nord jusqu’à présent mais dont l’impact sur les pays du Sud commence à se faire largement sentir. Selon l’institut, cette transition démographique dans les pays du Sud  « devrait être l’un des grands changements sociaux de l’humanité au cours du XXIe siècle ».

 

Pour la population, l’impact de ce phénomène de vieillissement de la population est quadruple. Il a en effet un impact sur…

 

1- L’offre et les facteurs de production

Le vieillissement de la population est un phénomène dont les ramifications touchent de manière significative l’offre de travail et les facteurs de production. Une tendance importante est l’augmentation de la participation des femmes sur le marché du travail. Au fil du temps, un nombre croissant de femmes a intégré la sphère professionnelle, contribuant ainsi à compenser les départs massifs à la retraite. Cette participation accrue des femmes au marché du travail présente un double avantage : elle permet non seulement de maintenir une main-d’œuvre active plus abondante, mais également d‘augmenter le nombre de cotisants aux systèmes de retraite, ce qui contribue à assurer leur pérennité financière.

L’immigration joue également un rôle crucial dans la dynamique de l’offre de travail, en particulier dans des pays comme les États-Unis, l’Allemagne et le Japon. Ces nations, caractérisées par leur vieillissement démographique, ont accueilli des vagues d’immigration pour combler les lacunes du marché du travail. Cependant, l’immigration n’est pas sans défis. Parmi ceux-ci figure le risque de chômage accru pour la population non qualifiée, ce qui souligne la nécessité d’une gestion réfléchie de l’immigration pour assurer une intégration réussie sur le marché du travail.

 

2- La population active

La transition démographique qui s’opère inexorablement va de pair avec le vieillissement de la population active. Cette transformation peut être appréhendée sous deux prismes distincts. Tout d’abord, il y a le vieillissement « par le haut », caractérisé par une réduction de la mortalité et une augmentation de l’espérance de vie. Ensuite, il y a le vieillissement « par le bas », marqué par une diminution de la fécondité. Toutefois, il est important de noter que le vieillissement global de la population ne s’accompagne pas nécessairement d’un vieillissement équivalent de la population active.

Un exemple éloquent de cette dynamique réside dans la génération des baby-boomers. Leur impact sur l’âge moyen de la population active n’a véritablement été ressenti qu’à partir de 2006. Cela a des implications significatives sur le coût de la main-d’œuvre et la productivité. En effet, à long terme, la croissance économique dépend en grande partie des gains de productivité. Ainsi, l’adaptation des politiques économiques et du marché du travail devient essentielle pour relever les défis posés par le vieillissement de la population active, tout en exploitant le potentiel d’expérience et de savoir-faire qu’elle offre.

 

3 – Les retraites et les transferts de capitaux

Comme l’a souligné Alfred Sauvy, « les enfants d’aujourd’hui font les retraites de demain ». Le financement des retraites est donc évidemment devenu un défi majeur en raison du vieillissement de la population et de la baisse de la fécondité. Le ratio de dépendance, qui mesure le nombre de retraités par rapport aux actifs, menace l’équilibre financier des systèmes de retraite. Une possible solution serait de placer l’épargne des pays développés dans des économies émergentes aux taux d’intérêt élevés pour financer les futures retraites. Toutefois, la réalité montre souvent que les pays du Sud investissent leurs économies dans les pays du Nord.

Le système de retraite, particulièrement en France, est confronté à la perspective d’une importante proportion de la population dépassant les 60 ans d’ici 2040 (l’INSEE estime en effet qu’un tiers de la population aura plus de 60 ans en 2040). Cela implique des réformes visant à augmenter la durée de cotisation requise pour bénéficier d’une retraite à taux plein. En parallèle, le vieillissement de la population entraîne une augmentation des dépenses de santé, avec une moyenne de 8% du revenu national consacrée aux soins de santé en Europe. De plus, la dépendance croissante des personnes âgées a conduit à des réformes visant à améliorer leur prise en charge, comme la loi de 2016 en France. Ces défis appellent à des mesures réfléchies pour garantir la stabilité des systèmes de retraite et l’accessibilité aux soins pour les personnes âgées

4 – Les structures de consommation

Le vieillissement de la population induit des transformations significatives dans les habitudes de consommation. Les effets liés à l’âge mettent en lumière que les jeunes ont tendance à privilégier la consommation de biens périssables tels que les voyages, les sorties et les restaurants, tandis que les individus plus âgés optent davantage pour des biens durables comme les appareils électroménagers et le logement.

De surcroît, les effets de génération révèlent que les générations antérieures accordent une grande importance à la rareté, à la satisfaction des besoins fondamentaux et à la stabilité, tandis que les nouvelles générations favorisent l’innovation, les loisirs et la consommation de masse. En conséquence, il est prévisible que les générations futures adopteront des modes de consommation différents de ceux observés aujourd’hui.

Le vieillissement de la population exerce également une influence sur le comportement économique. Selon la théorie du cycle de vie, les jeunes ont tendance à épargner peu et à s’endetter, alors que les personnes âgées réduisent leur épargne pour maintenir leur niveau de vie. Cette divergence de comportement économique entre les jeunes et les personnes âgées se traduit par un intérêt accru pour les rentes plutôt que pour les investissements. Ces tendances ont des implications importantes pour les politiques économiques et financières des nations, notamment en ce qui concerne la gestion des actifs et des obligations d’État.

 

Dan l’article suivant, nous allons nous pencher sur le second enjeu démographique que nous avons évoqué en introduction : la baisse de la fécondité

 

En Plus:

Laura Bertal

Actuellement étudiante en 1ère année à l'ESSEC et après deux années de classe préparatoire au lycée Ampère à Lyon en ECE, j'espère pouvoir contribuer à votre réussite !

Vous pourriez aussi aimer