Entre la Chine et Taiwan, des tensions permanentes…

Alors que la menace d’une possible invasion chinoise à Taïwan pèse, Washington et Taïpei se rapprochent pour faire barrage à la Chine.

Quelle est la situation actuelle ?

Depuis quelques semaines, les tensions entre Taïwan et la Chine s’intensifient, au point même d’imaginer un affrontement direct entre les deux. Début août 2022, Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, a effectué une visite sur l’île taïwanaise dans le but de conforter les relations diplomatiques entre Washington et Taïpei et de réaffirmer un soutien démocratique envers Taïwan. Même si les États-Unis reconnaissent officiellement une seule Chine, Pékin a pris cette visite diplomatique étatsunienne comme un acte de provocation de Washington. La Chine a répliqué en réalisant des essais balistiques en direction de Taïwan.

Pourquoi ce conflit perdure ? (Approche historique)

Anciennement appelé l’île de Formose, l’île de Taïwan fut sous possession mandchoue, japonaise puis peuplée de chinois nationalistes qui s’y réfugient à partir de 1949 après la défaite (fin de la guerre civile (1927-1949) et victoire communiste).

Néanmoins, depuis les années 1990, Taïwan ne reconnaît pas juridiquement la domination de la République populaire de Chine créée par Mao Zedong, alors que Pékin considère Taïwan comme son vingt-troisième joyau.

En 1971, c’est la république populaire de Chine qui récupère le siège de Taïwan à l’ONU. La République populaire de Chine montre alors sa volonté de ne faire qu’un avec Taïwan. Cependant, même si Pékin espère une Chine unifiée, Taïwan est juridiquement indépendant par rapport au continent.

Depuis les années 1990, et le virage démocratico-libéral pris par l’île, Taïwan affirme de plus en plus sa volonté de devenir indépendant et étoffe ses relations diplomatiques complètes avec une quinzaine de pays. L’arrivée au pouvoir de multiples indépendantistes taïwanais provoque de fortes tensions avec Pékin malgré l’intensification des relations commerciales entre les deux territoires.

De surcroît, l’arrivée du président Xi Jinping en mars 2013, affirmant une volonté perpétuelle de puissance pour la Chine, crispe les relations avec Taïwan et avec les États-Unis.

Mais face au soutien plus que jamais affirmé de la part de Washington, Taïpei a un allié de poids dans la quête d’indépendance. De plus, les États-Unis de Joe Biden tentent différents types d’accords (commercial, diplomatique) comme l’accord-cadre en matière commerciale proposé par Antony Blinken, chef de la diplomatie américaine.

Les enjeux de ce conflit

Taïwan est devenu l’un des nerfs de l’économie mondiale et représente une pièce stratégique dans l’échiquier commercial. C’est notamment le cas pour le marché des semi-conducteurs où Taïwan est tout simplement le premier producteur mondial. Ce marché est un pur produit de la DIPP (division internationale du processus productif) qui incarne l’interdépendance des pays pour la production de nombreux produits, en l’occurrence des produits de haute technologie comme les smartphones.

Alors que Taïwan se classe vingt-et-unième au classement des pays les plus riches, la Chine n’a qu’une obsession : conquérir Taïwan. D’un point de vue économique, en possédant Taïwan, la Chine contrôlerait le marché des semi-conducteurs. À elle seule, l’île de Taïwan représente 63% du marché.

Ensuite, il existe un objectif de domination culturelle pour la Chine. Cette dernière est composée à 92% de Han et recherche une uniformisation de ses populations. L’objectif est de gouverner toutes les populations sinophones, c’est-à-dire qui parlent chinois.

Le dernier enjeu phare pour la Chine est cette volonté permanente de contrôler toute la mer de Chine orientale, afin d’avoir la mainmise sur des îles qui pourraient agrandir sa zone économique exclusive (ZEE).

Ainsi, en acquérant Taïwan, la Chine aurait le contrôle des flux commerciaux. Toutefois, l’omniprésence américaine dans l’océan Pacifique augmente l’agressivité chinoise à l’égard de Taïwan. Dans cette volonté de devenir la première puissance mondiale, la Chine veut affaiblir la présence américaine.

Des conséquences qui pourraient être irréversibles…

La visite de Nancy Pelosi a marqué un tournant dans les relations entre la Chine et Taïwan avec la recrudescence des menaces armées. En effet, si la Chine a lancé des missiles balistiques vers Taïwan dans un but de dissuasion, ce n’est pas pour autant que Taïwan maintient au point mort ses contre-offensives. Dans sa quête d’indépendance, Taïwan renforce son alliance militaire avec les États-Unis tout en développant son armement. Washington livre des armes à Taïpei et envoie des militaires pour former l’armée taïwanaise. (Les États-Unis sont la première puissance militaire mondiale selon le Global Firepower)

En cette fin du mois d’août 2022, Taïwan annonce qu’elle va augmenter ses dépenses militaires de façon inédite. (Augmentation de 14% par rapport à 2022)

En cas d’invasion de Taïwan par la Chine, l’économie mondiale serait fragilisée voire bloquée. Taïwan représente un point central dans les chaînes d’approvisionnement.

Si la Chine envahissait Taïwan, cela créerait un conflit asymétrique, c’est-à-dire un conflit dans lequel l’une des parties dispose d’une force militaire bien supérieure. Par exemple, la Chine a dix fois plus de militaires que Taïwan ou de chars d’assauts.

Néanmoins, comme le montre la guerre en Ukraine, ce n’est pas parce que le rapport de force est très déséquilibré que la guerre si elle a lieu, sera éclair.

Vous pourriez aussi aimer