5 erreurs à ne plus faire en prépa ECG

En classe préparatoire, des erreurs sont récurrentes et sont pourtant à éviter, en voici quelques-unes. 

 

Procrastiner (penser qu’on a suffisamment de temps)

C’est là l’erreur la pire erreur que l’on puisse faire en classe préparatoire. En effet, il est souvent facile de remettre au lendemain ce que l’on pourrait faire aujourd’hui. Les raisons peuvent être multiples : manque de temps, manque de motivation, manque de visibilité à long terme. En effet, il est souvent difficile de se projeter sur le seul vrai objectif qu’est le concours. Cela est d’autant plus vrai pour les étudiants de première année. Il est difficile de se projeter, alors que les notes reçues lors des DS ne compteront même pas au concours.

Il est donc très important de lutter contre cette procrastination, afin de traiter le travail à faire au plus vite. Qu’il s’agisse d’un exercice à faire, ou d’un cours à apprendre, le plus tôt sera le mieux. En effet, il ne sert à rien d’attendre la veille d’un DS pour commencer à le réviser, car les informations retenues ne resteront pas sur le long terme. Il est ainsi préférable d’anticiper au maximum les révisions, afin que celles-ci soient bénéfiques et restent encrées sur le long terme. Ces révisions seront les seules utiles pour le concours.

 

Lire plus : 7 astuces pour combattre la procrastination 

 

Ne pas prendre de temps pour soi

La prépa est souvent assimilée à une période longue de travail durant laquelle il est totalement impossible de prendre du temps pour soi, de voir ses amis ou de pratiquer du sport. Mais cela est faux, et peut même porter préjudice. En effet, il est particulièrement important de savoir prendre des temps de pause, pour profiter de quelques distractions. Bien entendu, il ne faut pas en abuser, mais il reste important de prendre de vrais temps de pause, qui permettront d’être bien plus efficace. Limiter ces temps de pause, ou temps pour soi, voir les supprimer, pourrait paraitre bénéfique car cela laisserait plus de temps pour travailler. C’est totalement l’inverse, il faut savoir s’en octroyer.

 

Abandonner une matière

En prépa, il est évident qu’on ne peut pas être aussi bon dans toutes les matières. Chacun aura ses points faibles et ses points forts. Il est très important de travailler ses points forts pour les conserver, mais il est important de ne pas abandonner ses points faibles. Même si travailler sa matière forte est toujours plus plaisant et moins éprouvant, il faut absolument se faire violence et travailler en profondeur le sujet en question. On pourra commencer par revoir les bases car c’est peut-être là qu’est la source du problème.

En effet, au concours, il est tout à fait bénéfique d’exceller dans une matière mais il est tout aussi important de maitriser toutes les matières car une contre-performance dans l’une d’elle rendra difficile la suite du concours, et il faudra alors performer dans toutes les autres matières pour combler le manque ainsi créé.

Mieux vaut donc travailler sur ses points faibles dès qu’on en repère un, pour le combler au plus vite. Il ne s’agit pas nécessairement d’une matière, il peut s’agir d’un chapitre en mathématiques, ou d’un point de grammaire en anglais…

 

Lire plus : Prépa ECG : Comment bien choisir ses matières ? 

 

Ne pas retravailler les DS et les khôlles

Après chaque DS, chaque Khôlle, il peut être tentant d’oublier le problème, de passer à autre chose en se disant qu’on fera mieux la prochaine fois, surtout après un exercice moins bien réussi. Cependant, il est primordial de reprendre les DS et les khôlles. En effet, contrairement au lycée, les chapitres reviendront et se recoupent entre eux, jusqu’au concours. Il est donc important de retravailler les points abordés pour les maitriser la fois suivante.

Il faut partir du principe qu’un DS doit pouvoir être refait parfaitement. Chaque notion non maitrisée doit être revue après un DS.

 

Se fixer des objectifs inadéquats

Il est important de se connaitre. Cela signifie que les objectifs que l’on se fixe ne doivent pas être trop élevés, sous peine d’être déçu, ni trop faibles, pour ne pas se reposer sur ses lauriers.

En effet, un objectif trop bas peut entrainer une baisse de motivation car l’objectif sera trop facile à atteindre. Il faut toujours se fixer un objectif qui nous correspond. Qu’il s’agisse d’une école qui plait pour les spécialités envisagées, ou pour le prestige du classement, il faut toujours se donner les moyens d’y parvenir. Il est ainsi important de ne pas se sous-estimer, ni se surestimer.

 

Il est ainsi important de se connaitre, d’apprendre à se juger, et travailler toujours plus fort pour augmenter ses objectifs et les concrétiser au fur et à mesure de la prépa.

Vous pourriez aussi aimer