Espagnol LV1 ECRICOME 2022 – Analyse du Sujet

Voici l’analyse du sujet d’espagnol LV1 du concours ECRICOME 2022 !

Les étudiants de classe préparatoire de filière ECT / ECE / ECS vont travailler durant 3 heures sur cette épreuve ! Pour mémoire, le coefficient de cette matière varie entre 2 et 5 en fonction des écoles et des filières.

C’est une épreuve qui se compose de 3 parties :  un thème grammatical, une version et un essai avec 2 sujets au choix. 

Réussir cette épreuve est un excellent moyen de se démarquer au concours !  

POUR VOIR LE SUJET D’ESPAGNOL LV1 ECRICOME 2022

POUR VOIR TOUS LES CONSEILS, SUJETS ET LES ANALYSES DU CONCOURS ECRICOME 2022

 

Analyse du sujet d’espagnol ECRICOME LV1

Version

La version, comme toujours pour le concours Ecricome, était un extrait d’article. Ce dernier traitait de l’évolution des actions de manger et lire. On retrouvait donc dans le texte du vocabulaire de la lecture et de la nourriture surtout. D’ailleurs, il fallait ne pas oublier de traduire le titre.

Le texte était majoritairement au présent même si on retrouvait un peu de passé qui servait à comparer avec la situation actuelle.

Le principal problème que l’on pouvait rencontrer se trouvait dans le vocabulaire. Par exemple, on pouvait être gêné par :

– sabiduría : sagesse

– arrancar : démarrer, amorcer

– tesoro : trésor

– artilugio : gadget, instrument

– placentera : agréable, plaisant

A part cela, il y avait peu de pièges et de véritables obstacles dans cette traduction même si quelques passages pouvaient présentaient certaines difficultés. Par exemple, « Hasta hace bien poco ningún artilugio se interponía en esa placentera navegación por los libros y tampoco ningún cocinero mediático perturbaba el trayecto que los alimentos recorrían del plato al estómago», aurait pu se traduire par “Jusqu’à il y a peu (de temps), aucun gadget ne s’interposait dans cette agréable navigation à travers les livres et aucun cuisiner médiatique ne perturbait le trajet que les aliments parcouraient de l’assiette à l’estomac non plus.»

 

Thème

Pour le thème, nous avions également un extrait d’article, cette fois sur l’immigration au Panama et en Colombie vers les Etats-Unis. Et, il fallait également ici faire attention à bien traduire le titre. On avait donc surtout du vocabulaire lié à l’immigration.

La principale difficulté concernait d’ailleurs probablement le vocabulaire. Par exemple, on pouvait être bloqué ou gêné par les mots suivants :

– afflux : afluencia

– traverser : atravesar

– inhospitalière : inhóspita

– jungle : jungla / selva

– panaméenne : panameña

– le transit : el tránsito

– tarir : agotar

– exode : éxodo

Pour la conjugaison, on retrouvait une variété de temps et modes différents : présent de l’indicatif, conditionnel, passé simple/passé composé, plus-que-parfait. Par exemple, il fallait faire attention à la phrase “Ce flux migratoire s’était tari en 2020 en raison de la crise sanitaire et de la fermeture des frontières”. On pouvait traduire cette phrase par : “Este flujo migratorio se había agotado en 2020 a causa de la crisis sanitaria y del cierre de las fronteras”.

De plus, on avait quelques points de grammaire importants comme :

« depuis que » à la ligne 8 : “desde que estas se reabrieron” ou « desde que estas se volvieron a abrir »

– la date du vendredi 6 aôut de la ligne 2 à bien écrire : “el viernes 6 de agosto”

“dont” à la ligne 4 : ici il fallait le traduire par “entre ellos” ou “incluidos” éventuellement.

 

Essai

Dans un dernier temps, la troisième partie de cette épreuve proposait deux sujets intéressants. 

 

Le premier sujet amenait à commenter une citation concernant l’opposition aux régimes de Daniel Ortega et Rosario Murillo et des dangers que peut rencontrer l’art, et en particulier la littérature, quand il s’exprime au sein d’un gouvernement autoritaire.

Vous étiez amenés à illustrer votre commentaire par des exemples de situations politiques en Amérique Latine. Etant donné que le sujet faisait référence au Nicaragua, vous pouviez rappeler la  « Ley Especial de Ciberdelitos » ou aussi appelée par l’opposition « Ley Mordaza » puisqu’elle compromettrait la liberté d’expression des citoyens et journalistes, surtout ceux qui veulent exprimer des critiques et dénoncer certaines pratiques du gouvernement.

En outre, il était possible de parler de l’opposition en général au Venezuela ; mais aussi plus particulièrement des oppositions présentes dans l’art comme on pouvait déjà le trouver à l’époque de la colonisation. Cette opposition représentée dans l’art se trouve particulièrement à Cuba ces dernières décennies.

De manière générale, il était important de parler de l’instabilité politique dans certains pays d’Amérique Latine et de donner des exemples précis concernant l’opposition parfois violemment condamnée, ce qui peut en témoigner.

 

Le second sujet partait du cas d’Emma Coronel pour inviter les candidats à réfléchir et argumenter sur le libre accès ou non aux réseaux sociaux pour des personnes ayant commis des délits. Il était donc attendu de vous que vous défendiez l’une des deux positions en vous appuyant d’exemples. Vous pouviez alors être amenés à donner divers exemples provenant de l’Amérique latine puisque de nombreux membres de gouvernements ont pu, ces dernières années, être à l’origine de possibles délits dénoncés par la communauté internationale. Par exemple, il y avait la condamnation de certaines actions du gouvernement vénézuélien par l’ONU, les jugeant de possibles « crimes contre l’humanité ». La corruption était aussi intéressante à prendre en compte. Et Il était également possible de mentionner l’ancien roi d’Espagne Juan Carlos et les nombreux scandales qui lui sont associés, comme les détournements de fonds par exemple.

 

Clara Delozière

Etudiante à l'ESCP et à jamais reconnaissante de tout ce que la prépa m'a apporté, j'ai à coeur de vous accompagner à mon tour vers la réussite. Soyez fier de vous après vos années de prépa !

Vous pourriez aussi aimer