Misterprepa

Le gouvernement présente France Travail, le projet pour atteindre le plein-emploi

Sommaire

Le mercredi 7 juin 2023, le gouvernement a présenté en conseil des ministres son projet de loi « pour le plein-emploi », qui doit donner naissance à France Travail. Cet ensemble de mesures doit permettre d’accélérer la décrue du taux de chômage pour avoisiner les 5% d’ici la fin du quinquennat.

 

Le concept de plein-emploi a été défini pour la première fois par Keynes

Arthur Cecil Pigou est le premier à utiliser le terme de plein-emploi en 1913, mais c’est bien John Maynard Keynes qui va être le premier à définir clairement ce concept en 1936 dans sa Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie. Concrètement, le plein emploi est une situation dans laquelle le chômage d’une région et d’un pays est réduit au chômage frictionnel, soit un taux inférieur à 5% selon l’Organisation mondiale du travail.

Selon Keynes, le plein emploi ne peut être atteint de manière automatique par le marché, mais nécessite une intervention gouvernementale active pour stimuler la demande globale et maintenir une utilisation maximale des ressources économiques. Selon la théorie keynésienne, l’économie peut être confrontée à des situations de chômage involontaire, où les travailleurs souhaitent travailler mais ne trouvent pas d’emplois.

Il préconisait donc que le gouvernement intervienne pour augmenter la demande globale, notamment par des politiques budgétaires expansionnistes, telles que l’augmentation des dépenses publiques ou la réduction des impôts, afin de stimuler l’investissement et la consommation, ce qui à son tour créerait des emplois et réduirait le chômage.

A l’heure actuelle, le sens de la réforme du gouvernement ne semble pas s’accorder avec la théorie keynésienne puisque le projet France Travail porte plutôt sur une réorganisation des organismes à travers une meilleure coordination des acteurs du service public de l’emploi. Le prisme du plein-emploi est façonné par une meilleure efficience des organisations plutôt que par les effets du multiplicateur keynésien.

 

Lire plus : Keynes et la politique budgétaire de relance

 

La création de France Travail, principal point du projet de loi « plein-emploi »

Le projet de loi « pour le plein-emploi » doit donner naissance à France travail, successeur de Pôle emploi tout en mettant en place un accompagnement plus personnalisé et directif des allocataires du RSA qui n’ont guère profité de la baisse du chômage (7,1% de la population active en 2023, son plus bas niveau depuis 1982). L’exécutif mise sur cette transformation pour atteindre le plein-emploi, soit un taux de chômage autour de 5 % en 2027. 

Ce projet de loi cible les personnes très éloignées de l’emploi. En effet, le nombre des bénéficiaires du RSA n’a guère diminué depuis 2017, avec environ 1,8 million de bénéficiaires. Dans ce contexte, le projet « pour le plein-emploi » prévoit la création d’un nouvel organisme public pour centraliser les offres et demandes du marché de l’emploi. En remplacement de Pôle Emploi, France Travail devrait voir le jour au plus tard le 1er janvier 2025.

Selon Olivier Dussopt, ministre du travail, la création de France Travail répond à la volonté du gouvernement de « proposer un accompagnement renforcé à toutes les personnes qui ne sont pas capables de retrouver seules un emploi, notamment parmi les allocataires du RSA ». A travers ce guichet unique, Olivier Dussopt souhaite améliorer la qualité du diagnostic social et comprendre les besoins du marché. La complexité du système actuel est critiquée aussi bien par les demandeurs d’emplois que les entreprises. Concrètement, l’idée est qu’une personne faisant une demande de RSA (Revenu de solidarité active) à la CAF (Caisse d’allocations familiales) se retrouve en même temps inscrite à France travail, alors qu’aujourd’hui seuls 40 % des bénéficiaires du RSA sont à Pôle emploi.

 

Lire plus : Jean Pisani-Ferry : les incidences économiques de l’action pour le climat

 

Pour conclure, ce projet émerge alors qu’une réalité particulière frappe l’Hexagone depuis un an et demi : le nombre de postes vacants tourne autour de 375 000 chaque trimestre. Le projet « pour le plein-emploi » et notamment la création de France Travail doit permettre, d’ici à 2027, d’atteindre taux de chômage de 5% au niveau national.

Newsletter
Picture of Damien Copitet
Damien Copitet
Je suis étudiant à SKEMA BS après deux années de classe préparatoire au lycée Gaston Berger (Lille). Nous nous retrouvons toutes les semaines pour l'actualité en bref
Vous pourriez aussi amer