Géopo ESCP 2020 – Analyse du Sujet

GEOPO ESCP 2020 – Analyse du Sujet

 📸 Ne manquez aucune information concours en nous suivant au quotidien sur notre compte Instagram 📸

Découvre sans plus attendre l’analyse du sujet de Géopo ESCP 2020, l’une des épreuves la plus importante pour la filière scientifique !

POUR VOIR LE SUJET DE GEOPO 2020

POUR VOIR TOUS LES SUJETS ET LES ANALYSES DU CONCOURS BCE 2020

 

La France est de retour, l’ESCP la mise à l’honneur après plus de 15 ans d’absence. Nul besoin de vous dire que le sujet en a surpris plus d’un. On peut même aller jusqu’à dire que la surprise est double du fait d’ECRICOME. Toutefois, le sujet n’invitait pas à parler de la France comme entité à part entière, mais plutôt de la France dans la recomposition des puissances dominantes.

La petite préposition « dans » est sans doute l’élément le plus fallacieux dans l’intitulé du sujet. D’une part, par le caractère discret de cette préposition. D’autre part, par le double sens qu’il implique: parle-t-on du rôle de la France ou de la place de la France ou est-ce que le sujet nous invite à étudier ces deux aspects de la chose ?

En regardant les documents présentés pour épauler les étudiants, il est clair que la balance tend plutôt du côté de la place de la France dans plus que de son rôle. Mais cela ne veut pas dire que le second aspect, celui du rôle de la France, doit être passé au tamis pour autant.

 

Définitions des termes

La France est un État finistère de 67 millions d’habitants, soit 0,7% de la population mondiale. La France dispose du 7ème PIB mondial, ce qui représente 4% du PIB mondial.

Gérard Dorel définit une puissance comme « un État qui dans le monde se distingue non seulement par son poids territorial, démographique et économique mais aussi par les moyens dont il dispose pour s’assurer d’une influence durable sur toute la planète en termes économiques, culturels et diplomatiques ».

Le terme “recomposition” induit que les puissances dominantes ne sont plus les mêmes au fil du temps. Les puissances se modifient, se développent ou se dégradent.  

 

Analyse du sujet

La France, au cours de son histoire, a été actrice de son histoire, de l’histoire de l’Europe, et de l’histoire du monde. Ce sont non seulement ses conquêtes, mais aussi par sa philosophie, sa littérature, sa langue et son système politique. Les conquêtes Napoléoniennes ont permis d’étendre l’héritage des Lumières vers le reste du monde et la colonisation a permis de diffuser la langue française dans le monde. Toutefois, depuis la Seconde Guerre mondiale, la France a perdu de son prestige et de son rayonnement international au profil des Etats-Unis et de l’Union Soviétique. La décolonisation, qui survient quelques années plus tard, réduit l’emprise de la France sur le monde mais cette dernière gardera des liens étroits avec certains Etats. Le meilleur exemple à prendre est celui d’Etats africains dont la sécurité, les partenariats économiques et l’exploitation des ressources ont été gérés par la France ou des entreprises françaises. Mais la recomposition des puissances actuelles fait que la mainmise de la France sur certains Etats africains est remise en cause par des superpuissances mondiales qui ne peuvent plus ignorer les opportunités qu’offrent le continent africain en terme de ressources, de débouchés pour les produits industriels et en terme de main-d’œuvre. 

Une autre problématique est celle des institutions internationales dans lesquelles la France est membre actif. Le premier exemple est celui de l’Union Européenne : plusieurs problématiques font qu’il est difficile de qualifier l’UE de puissance. Parmi les raisons se trouvent les tergiversations de la France, ballottée entre sa volonté de s’imposer comme une nation indépendante puissante sur la scène internationale et une optique, plus réaliste, celle de composer avec les autres Etats membres pour former un bloc puissant pour s’affirmer dans la cour des grands.

 

Toutefois, attention au déclinisme, la France perd peut-être les attributs de la puissance classique au profil de géants mondiaux tels que la Chine ou les Etats-Unis, mais la France excelle toujours dans d’autres formes de puissance

La Francophonie est un important vecteur d’influence et de rayonnement. C’est sous la plume d’Onésime RECLUS qu’apparaît le mot « francophonie » vers 1880, dans le cadre d’une réflexion sur le destin colonial français. L’OIF (Organisation internationale pour la Francophonie) créée en 1970 regroupe 88 Etats ou gouvernement en 2018. Elle a pour mission de promouvoir la langue française et la diversité culturelle et linguistique, de promouvoir la paix, la démocratie et les droits de l’homme, d’appuyer l’éducation et la recherche et de développer la coopération.En 1964, De GAULLE impulse la création d’un Haut comité pour la Défense et l’Expansion de la Langue Française. La langue française a un poids incontestable dans le monde : elle représente 700 M de personnes. Elle est la 9ème langue mondiale et la 3ème langue la plus traduite.

Les français à l’étranger sont un autre facteur de rayonnement pour la France. Les français à l’étranger témoignent de l’ouverture internationale de l’économie française. Officiellement 1,5 M de français expatriés dans le monde, mais il y en a 2 M en réalité.

L’aide publique de la France aux pays en développement est un autre élément de soft-power.La France est le 4ème donateur mondial d’APD même si ces aides ne représentent que 0,47% de notre PIB.

Selon les chiffres, la France est 2ème ou 3ème en termes d’ambassades et de consulats à l’étranger. Depuis 1883, l’Alliance Française promeut la culture et la langue française (environ 1200 établissements dans le monde).

L’accueil des étudiants étrangers est un autre élément d’attractivité. En termes d’accueil d’étudiants étrangers, la France est le 4ème pays du monde (280 000 étudiants).

Le Made In France connaît un véritable succès grâce à l’embourgeoisement de la société chinoise friande de produits de luxe français.



A propos de la carte

Une projection polaire arctique a été choisie pour que les élèves réalisent leur carte. L’objectif ici serait de mettre en valeur les attributs de la puissance de la France puis de contraster en soulignant le poids titanesque des superpuissances. La France devra apparaître comme cet État beaucoup moins imposant qui lutte pour sauvegarder ses acquis.

 

Conclusion

La France est une « grande puissance moyenne ». Même après la Guerre Froide, les mots de l’ancien président Valéry GISCARD d’ESTAING gardent leur pertinence. La France est consciente de ne plus avoir le poids géopolitique qu’elle avait il y a de cela un siècle. Par conséquent, elle lutte pour sauvegarder les différents aspects de la puissance qui lui reste. Lorsqu’on parle du rôle de la recomposition des puissances mondiales, il est clair que la France n’est plus actrice mais spectatrice de ses changements. Ne pouvant contrôler les dynamiques qui régissent le monde elle s’y adapte et use des aspects de la puissance dont elle dispose encore pour survivre dans ce monde multipolaire.  



Khalil Lbadaoui

Je m'appelle Khalil, passé par une prépa ECS et aujourd'hui étudiant à NEOMA BS campus de Reims. Passionné de géopolitique, j'ai à coeur de vous donner une approche synthétique des grands enjeux de cette matière et de vous aider à bétonner votre méthode.

Vous pourriez aussi aimer :
Découvre sans plus attendre l'analyse du sujet de Mathématiques II ESSEC 2020, l'épreuve ultime pour intégrer le top 5 en…