Comment bien gérer son temps en concours ?

C’est connu, les concours sont une épreuve d’endurance. Gérer son temps correctement s’avère donc être un atout important, afin d’être le plus efficient possible. Cet article montre trois axes à explorer, afin de gagner en autonomie, en vitesse mais aussi en efficacité, pour réussir ses concours du mieux possible. Les étudiants ayant du mal avec le temps trouveront des conseils qui pourront leur permettre de faire face au concours sereinement.

 

Avant les concours

Ce que nous voyons en pratique le jour du concours n’est pas si différent de ce que nous pouvons observer pendant l’année. En effet, des élèves têtes en l’air ou trop distraits oublient parfois la limitation de mots, ou même la durée de l’épreuve. D’autres, ayant eu un manque de temps quasi chronique pendant l’année, pensent qu’ils arriveront à faire mieux le jour J, mais avec la pression de toujours faire mieux, se retrouvent avec la pire performance de leurs deux ans, ayant oublié les 2/3 de l’épreuve.

Evidemment, il ne s’agit pas ici de tomber dans un catastrophisme total en assenant que les concours sont faits pour être ratés. Ces exemples sont seulement là pour démontrer de l’importance des deux années qui les précèdent et que tout le monde néglige, professeurs comme élèves. Bref, si l’on doit résumer : le temps lors des concours est analogue au temps des années de prépa.

Ainsi, ayez une méthode absolument fixée et qui fonctionne bien avant les vacances de Noël de la deuxième année, sans quoi, il vous manquera de la pratique le jour J. Ensuite, écoutez les conseils des professeurs afin de gérer votre temps et lisez les conseils prodigués plus loin. Enfin, et il faut le répéter : demandez de l’aide à ceux qui réussissent le mieux. Il ne faut pas en avoir peur et surtout, absorbez tout ce qui nous est dit : la seule honte serait de ne pas réussir les concours alors qu’on aurait simplement pu demander de l’aide.

 

Lire plus : Comment avoir des références en philosophie ?

 

Priorisez

Pourvu que vous sachiez faire un bon croquis, ou que vous sachiez accomplir les exercices basiques en mathématiques, il existe un moyen de vous faire gagner du temps : la priorisation. Ce conseil est enfantin : assurez-vous de gagner un maximum de points, proportionnellement au temps passé sur l’exercice. Par exemple, une carte d’HGG, pourvu qu’elle soit réussie, rapportera environ trois points sur vingt, soit un sixième de la note pour 20 minutes de travail sérieux : c’est non négligeable. De même, les questions simples en mathématiques doivent être traitées en priorité tant elles garantissent un certain nombre de points d’entrée de jeu.

Cette priorisation passe aussi par une compréhension précise de vos atouts. Si vous écrivez vite, vous pouvez vous permettre de traîner un peu plus dans la création d’un plan et à l’inverse, si vous écrivez lentement et dépassez 1 heure consacrée à l’élaboration d’un plan, il est temps de vous jeter dans le bain. Pareillement, si vous avez besoin de temps pour rédiger en mathématiques, il vaut peut-être mieux sauter certaines questions dures afin de maximiser vos chances d’obtenir la note maximale sur les questions simples.

Comprenez aussi que vous devrez parfois improviser face à un syndrome de la page blanche, etc. Dans ces cas-là, déroulez votre raisonnement au fil de la plume en relisant chaque petit paragraphe afin de vérifier l’enchaînement logique des idées. Relire par petits paragraphes est souvent plus rapide que de relire tout d’un bloc en fin d’épreuve. Par ailleurs, ce conseil vaut aussi pour l’étape du brouillon : écrivez. On peut se dire que l’on se souviendra de ses idées et qu’on peut les explorer dans sa tête : si effectivement, il y a une part de réflexion à faire le stylo levé, écrire un maximum d’idées peut s’avérer utile, notamment s’il vient un point où l’on bloque dans sa réflexion, ou si un détail nous interpelle.

 

Lire plus : Comment écrire une copie avec style ?

 

Conseils pratiques

La gestion du temps, c’est en fait beaucoup de bon sens, notamment dans sa préparation, non plus intellectuelle mais physique, aux concours. Pour cela, la règle d’or est de compartimenter : l’échec ressenti lors d’une épreuve ne doit pas vous empêcher de réfléchir efficacement durant le reste du concours. Nombreux sont les élèves qui, obnubilés par une réussite, ou un échec, ne s’entendent plus penser durant le reste des épreuves, et perdent ainsi un temps très important. Il vous faut donc trouver une activité entre les épreuves pour complètement vous vider la tête, aussi dur que cela puisse paraître, sous peine d’arriver à saturation très rapidement.

Un deuxième conseil en ce sens est de conserver ses habitudes pendant les concours : ne changez rien en matière de sommeil, nutrition, ou même rituels dans la salle de concours. Une routine qui vous prépare à aborder les concours est essentielle. En ce sens, toute la période des concours est marquée par une pression constante, qui ne cesse d’augmenter, et ne doit jamais redescendre. La compartimentation s’étend aussi au stress : une fois les épreuves de mathématiques passées, vous devez quand même rester sous pression, sous peine de perdre en efficacité et de subir un relâchement, qui vous empêcherait de travailler efficacement.

Enfin, mettez les chances de votre côté en préparant vos affaires et votre table. Je conseille fortement de substituer un sac plastique transparent de congélation à la trousse, celle-ci n’étant pas autorisée. Ne prenez pas de risques : les bouteilles sont sous la table, la nourriture aussi. Dépouillez votre table un maximum afin d’être le plus efficace possible : il serait dommage de ne pas terminer une carte d’HGG car on n’a pas pu trouver son feutre au milieu des « snacks », bouteilles et stylos.

 

Si la majorité de ces conseils sont appliques, les concours ne peuvent pas être rates et donneront le temps nécessaire pour se donner au maximum pendant chaque épreuve : il est important de garder à l’esprit que les concours ne sont pas une affaire de qui va le plus vite ni le plus loin mais plutôt de qui fait le mieux.

Vous pourriez aussi aimer