Misterprepa

La Guerre du Golfe, le conflit en détail (1/3)

Sommaire
Guerre du Golfe 1

Cet article s’intéresse à la Guerre du Golfe. Au-delà de son intérêt historique, ce conflit est l’illustration parfaite d’une doctrine qui se poursuit encore aujourd’hui : la défense des intérêts américains dans la région.

 

Pourquoi s’intéresser à ce conflit ?

La mise en place d’un ordre mondial nouveau

Tout d’abord, cette guerre illustre la mise en place d’un ordre mondial nouveau avec la première intervention militaire de l’histoire des casques bleus. Cela a eu un impact significatif sur la politique internationale et des implications de long terme pour la politique étrangère des Etats-Unis. 

Les raisons de l’intervention américaine dans le conflit peuvent trouver leur origine dans le Pacte du Quincy (1945). C’est le surnom donné à la rencontre du 14 février 1945 sur le croiseur USS Quincy (CA-71) entre le roi ibn Saoud, fondateur du royaume d’Arabie Saoudite, et le président des États-Unis Franklin Roosevelt, de retour de la conférence de Yalta, en Crimée.

Début 1945, à l’insu des Britanniques, le président américain propose à ibn Saoud de le rencontrer, ainsi que l’empereur d’Éthiopie Haïlé Sélassié Ier et le roi Farouk  d’Égypte, à l’occasion de son retour de la conférence de Yalta. Un pacte aurait alors été signé, garantissant à la monarchie saoudienne une protection militaire en échange d’un accès au pétrole. 

 

Une guerre à l’aube de l’ère médiatique moderne aux fortes répercussions 

La deuxième raison est qu’il s’agit d’une des premières guerres de l’ère médiatique moderne. Des images du conflit furent diffusées dans le monde entier. Elles eurent un impact important sur l’opinion publique. Par ailleurs, la guerre du Golfe eut des conséquences économiques importantes, notamment sur la situation au Moyen-Orient.

La guerre a déstabilisé la région et eu des répercussions sur les relations entre les pays de la région. Enfin, celle-ci a mis en lumière la question des droits de l’homme et des conflits ethniques et religieux dans la région. La médiatisation de la guerre a notamment suscité de réelles préoccupations internationales.

 

Présentation du conflit

Tout d’abord, il convient de revenir sur le contexte des deux principaux pays intéressés, à savoir l’Irak et le Koweït. Concernant l’Irak, son territoire fit longtemps partie de l’Empire ottoman. Il fut occupé par le Royaume-Uni après la Première Guerre mondiale, puis placé sous un régime de Mandat de la Société des Nations.

Durant la période du Mandat britannique, l’occupant fit face en 1920 à une violente insurrection. Proclamé en 1921, le royaume d’Irak obtint sa pleine indépendance en 1932. Dès 1933, l’Irak réclame la possession du Koweït. Quant au Koweït, le 13 novembre 1914, un traité d’alliance avec le Royaume-Uni est signé. Le pays arabe entreprend alors des opérations contre l’Empire ottoman. 

La frontière, première origine du conflit

Sous protectorat britannique après la guerre, les frontières avec l’Irak sont définies par le Protocole d’Uqair de 1922-1923 indépendante du Royaume-Uni à partir de 1961. L’Irak refuse immédiatement de le reconnaître et place ses troupes à la frontière. Elle échoue finalement grâce à une rapide intervention britannique.

En 1990, le Koweït est devenu une puissance économique de premier plan dans cette région. Toutefois, c’est aussi un petit pays faiblement défendu. Il dispose d’un armement moderne mais non de l’armée et des compétences pour l’utiliser.

Lire plus : Le système de santé dans le monde anglo-saxon

 

Contexte historique global

A l’aube de la Guerre du Golfe, le climat géopolitique est tendu. Le monde traverse une période de changements majeurs. C’est en premier lieu la fin de la guerre froide avec la chute du mur de Berlin (9 novembre 1989). La fin du conflit est actée le 25 décembre 1991. A tort, l’Irak pensait que cela affaiblirait les deux Grands.

On assiste dès lors à la mise en place d’un nouvel ordre mondial avec les Etats-Unis et l’ONU comme “gendarmes du monde”. Georges Bush parle d’un “nouvel ordre mondial”, “un monde où la primauté du droit remplace la loi de la jungle.” (discours devant le Congrès des EUA le 11 septembre 1989).

L’heure est également celle du contre-choc pétrolier des années 1980. En 1986 notamment, les prix du pétrole s’écroulent et affectent durablement le Koweït. Celui-ci avait préalablement nationalisé sa compagnie pétrolière en 1982. Ainsi, en 1987 déjà, des attentats terroristes visant les installations pétrolières du Koweït sont perpétrés par des militants chiites.

Les origines du conflit

En 1989, les conflits mineurs entre l’Irak et le Koweït se multiplient dans la région de Rumaila. L’Irak accuse le Koweït de produire du pétrole à partir de ses champs pétrolifères transfrontaliers. Le Rumaila est en effet un zone transfrontalière riche en pétrole. Néanmoins, si celle-ci occupe une plus large superficie en Irak, l’or noir n’est qu’exploitable qu’à partir du territoire koweïtien. 

Auparavant en 1979, Saddam Hussein était devenu président de l’Irak. Il mena une première guerre avec l’Iran entre 1980-1988, faisant usage d’armes chimiques. En 1989, il est persuadé de l’affaiblissement des deux superpuissances et croit en sa supériorité militaire. L’Iran envahit alors le Koweït, ce qui déclenche la guerre du Golfe qui prendra fin en 1991 avec la victoire de la coalition internationale menée par les EUA, libération du Koweït.

Le déroulement général du conflit

Le 2 août 1990 les armées irakiennes de S. Hussein envahissent le Koweït. En à peine une journée, la résistance koweïtienne est défaite. Sous l’égide de l’ONU, une coalition militaire internationale se constitue pour libérer le Koweït et protéger les autres pays de la région.

Le 24 février 1991, l’opération “Desert Storm” (Tempête du Désert) est déclenchée après plus d’un mois de bombardements. En quelques jours, les forces alliées écrasent l’armée irakienne, libèrent le Koweït et atteignent Bagdad.

Lire plus : Le Caucase, région instable mais cruciale

Newsletter
Picture of Gabin Bernard
Gabin Bernard