Misterprepa

Quelques habitudes à prendre pour être plus productif

Sommaire

Le pire ennemi du travail en prépa est la procrastination, et il est très difficile de trouver comment l’éviter. Pourtant il est très important d’essayer de la surpasser.

 

Eviter toutes les distractions

Ce qui est souvent difficile dans le travail, c’est le début et la mise en place. En effet, on trouvera toujours quelque chose de plus intéressant à effectuer que son travail : répondre à quelques messages sur son téléphone, prévoir ses prochaines vacances, ou même ranger sa chambre, faire du ménage… toutes les excuses sont bonnes pour repousser le moment de la mise au travail.

Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’une fois mis au travail, on est capable de ne plus s’arrêter mais c’est réellement la mise en place qui pose problème.

Ainsi, il est très important de couper toutes distractions afin de pouvoir se mettre au travail plus rapidement : commencer par mettre son téléphone en mode avion, et l’éloigner de son lieu de travail permettra de se mettre plus vite au travail et de ne pas être tenté par la suite.

 

Lire plus : 4 habitudes à prendre en prépa pour maximiser ton temps de travail disponible

 

Faire un planning de travail précis à respecter

Avec un planning précis, il est plus facile de se mettre au travail, car on force son cerveau qui pense qu’il n’a pas le choix. On saura alors qu’à telle heure précise, il faut se mettre à travailler, sans vraiment avoir le choix si on veut terminer son travail de la journée.

Faire une tâche à la fois permet aussi de se fier à son planning et d’éviter la procrastination. En effet, si on visualise une tâche particulière, il est plus facile de la réaliser que si tout le travail se mélange et qu’on tente d’effectuer toutes les matières simultanément. Cela peut paraitre décourageant et on ne commence ainsi jamais son travail.

Le planning doit donc être précis, bien divisé et composé de tâches claires et réalisables dans le temps, pour éviter tout découragement qui pousserait à la procrastination.

 

Envisager une récompense à la fin du travail, ou, au contraire, une contrainte

On peut se fixer une règle pour chaque journée, qui consiste à se féliciter soi même si l’on a réussi à accomplir tout le travail prévu, ou au contraire une contrainte qui nous poussera à réaliser le travail. Par exemple, si on sait qu’on pourra sortir le samedi soir pour voir ses amis, mais uniquement si on a fini tout notre travail, alors on sera plus motivé pour se mettre au travail et on évitera ainsi la procrastination et la perte de temps.

Il s’agit ensuite de voir si c’est la récompense ou la contrainte qui fonctionne le mieux pour soi.

 

Conserver un espace de travail agréable et ordonné

Le bureau est l’espace le plus important pour travailler et doit être agréable. Si le bureau est mal rangé, ou sale, ou s’il est impossible de retrouver ses documents, on n’aura pas envie de s’y installer pour travailler. Au contraire, si les cours sont bien classés, si l’espace de travail nous correspond, il sera bien moins contraignant de commencer à travailler.

 

La technique du Pomodoro

Ce qui peut dissuader de se mettre au travail, c’est l’idée qu’il faudra y rester longtemps. On repousse alors jusqu’à réduire ce temps de travail. Avec la technique du Pomodoro, ceci sera moins une contrainte. La technique du Pomodoro consiste à travailler pendant 25 minutes puis à s’octroyer 5 minutes de pause, avant de repartir pour 25 minutes de travail, et ainsi de suite.

Cette technique est faite pour ceux qui ont du mal à envisager de longues périodes de travail. En sachant que la période de travail ne durera que 25 minutes, on peut avoir moins de mal à se lancer et la perspective de la pause prochaine peut ressembler à l’idée d’une récompense pour le travail effectué.

 

Il est donc important d’adapter son planning de travail en fonction de la plage de travail prévue. En effet, si une tâche dure 30 minutes, il est inutile de s’arrêter au bout de 25 minutes pour la terminer sur la période suivante. Cela serait contreproductif. Il vaut mieux travailler 30 minutes de suite avant de prendre la pause. Cette technique est adaptable à chacun, en fonction des aptitudes, des besoins, mais aussi de l’habitude. En effet, au fur et à mesure, on sera plus à l’aise avec cette méthode et on pourra augmenter la durée de travail.

Par exemple, on pourra faire 50 minutes de travail pour 10 minutes de pause, et ainsi de suite, pour augmenter les plages de travail.

Ainsi, cette méthode est très efficace et permettra d’éviter la procrastination, et de travailler plus efficacement !

 

Lire plus : Comment travailler efficacement en prépa ? 

Newsletter
Picture of Constance Mear
Constance Mear
Vous pourriez aussi amer