HEC Paris : Retour sur les parcours d’Igor et Samuel

HEC PARIS
Retour sur les parcours d'Igor et Samuel

Mister Prépa : Bonjour à vous 2, pourriez vous vous présenter en quelques mots ?

 

Igor : Bonjour, je m’appelle Igor. J’ai fait deux ans de prépa ECS à Paris après lesquels j’ai intégré HEC. Je me suis orienté vers la finance une fois en école mais assez vite j’ai décidé de me tourner vers l’entrepreneuriat. Notamment marqué par mon passage en prépa. j’ai voulu transmettre modestement ce que j’avais pu recevoir pendant ces années. J’ai donc donné et donne encore beaucoup de cours de mathématiques et je crois bien que l’enseignement est ce qui me rend le plus heureux.

 

Samuel : Je m’appelle Samuel Chekroun, j’ai 25 ans. Après une classe préparatoire ECE à Paris, j’ai intégré HEC Paris en 2014 et en suis sorti en 2018. Tout au long de mes années à HEC, j’ai eu l’occasion de préparer des étudiants de classe préparatoire en mathématiques. J’ai été professeur durant plus de quatre ans et ai accompagné environ cinquante élèves jusqu’aux concours. C’est de cette passion pour l’éducation et la transmission qu’est né Partenaire Particulier.

 

M.P: Comment résumeriez-vous vos année en prépa ? Vos années en école de commerce ?

 

Igor : Mes années en tant que préparationnaire furent heureuses. Évidemment intenses mais rien ne se fait dans la vie sans passion et sans intensité. On vit des moments durs mais rares sont les personnes malgré tout qui regardent cette période négativement avec du recul. C’est la période où l’on est le plus stimulé, intellectuellement et cognitivement. Pour ma part, je recherche encore, presque avec envie et désespoir, l’intensité d’une telle période. Cette intensité est d’autant plus marquante qu’une fois en école, on vit une autre vie. Une vie a priori un peu moins intellectuellement stimulante mais une vie pas moins intense. On peut se sentir un peu perdu au début en sortant de prépa et en arrivant en école, il faut clairement un temps d’adaptation. L’école de commerce, c’est un peu l’apprentissage de la liberté. Le choix des possibles y est grand ouvert : vous pouvez faire ce que vous voulez, devenir qui vous voulez, occuper votre temps quasiment comme vous le désirez. La responsabilisation des élèves y est très forte. En clair, c’est le temps des rencontres car on ne cesse de rencontrer de nouvelles personnes et de tisser des amitiés durables et tout cela dans une effervescence d’activités où l’on met davantage en application ce que l’on a déjà appris plutôt que d’apprendre mécaniquement de nouveaux savoirs. La prépa nous donne un cadre et un socle de connaissances, l’école nous apprend à être libre au sein de ce cadre et à nous auto­déterminer professionnellement. 

 

Samuel : Mes années de prépa ont été, comme on peut l’imaginer, assez intenses mais très formatrices. J’en garde un excellent souvenir à deux niveaux. D’abord d’un point de vue personnel. Beaucoup de mes amis rencontrés en prépa sont, encore aujourd’hui, parmi mes meilleurs amis que je vois très régulièrement. La prétendue compétition malsaine entre étudiants de la même classe ou de la même prépa que l’on peut parfois lire çà et là s’est révélée totalement fausse. D’un point de vue plus scolaire, la classe prépa m’a considérablement formé à l’effort, à la rigueur et surtout à la persévérance. Il s’agit de savoir continuer à travailler avec la même constance et la même régularité malgré des échecs et notes décourageantes. Ce fùt donc une belle expérience !
A HEC, mon parcours a été très classique. Des voyages ont rythmé mes années d’études et m’ont permis de prendre le temps de découvrir autre chose que le campus quotidien. Par ailleurs, j’étais impliqué dans la vie associative, notamment sportive à travers le club de foot de l’école. Pour le reste, l’école de commerce d’une part, et HEC plus précisément, m’ont offert le temps nécessaire à la réalisation de projets personnels comme l’enseignement par exemple. Beaucoup disent souvent que l’école est moins intense que la classe prépa. Dans une certaine mesure, c’est évidemment vrai mais il n’appartient qu’à nous d’occuper intelligemment et différemment notre temps en école afin de réaliser des projets personnels. C’est ce que je me suis efforcé d’accomplir.

 

Campus d’HEC Paris, à Jouy en Josas 

 

M.P : Quel est votre parcours après HEC ?

 

Igor : Ma première réponse à cette liberté que nous procure l’école a été de tenter de retrouver ce qui mettra en émoi mon cerveau, comme l’avait fait la prépa auparavant. Je cherchais donc tout naturellement un secteur intense, où les gens raisonnent vite et bien. J’ai retrouvé ça en finance d’entreprise. Je suis passé par un fonds de Private Equity et par une grande banque d’affaires. Les journées furent trépidantes et les nuits assez courtes. Les deals excitants bien qu’un brin répétitifs à mes yeux au bout d’un moment. Peu après, par conséquent, je me suis réorienté. J’ai toujours eu une appétence pour l’entrepreneuriat. C’était risqué donc j’ai longtemps hésité mais j’ai bel et bien fini par me lancer. J’ai lancé une première entreprise dans le tourisme qui m’a beaucoup appris. Nous avons échoué avec mon associé à trouver un business model pérenne. Nous avons donc dû nous résigner à arrêter. Je ne me suis pas découragé et quelques mois plus tard naissait le projet Partenaire Particulier lancé avec mon ami Samuel.

 

Samuel : Mon parcours après HEC a été dans l’exacte continuité de ce que j’ai initié lorsque j’étais étudiant. J’ai effectué plusieurs stages en finance d’entreprise, notamment dans le domaine des fusions/acquisitions et j’ai donc débuté ma carrière en finance à Londres, puis à Paris , sans pour autant abandonner mon amour pour l’enseignement et la transmission de savoirs qui m’ont moi-même permis d’intégrer les écoles de mon choix. J’ai vu dans la finance une continuité avec la classe préparatoire, dans le niveau d’exigence, la rigueur et le rythme de travail.

 

M.P : Quels conseils pour les étudiants de prépa qui visent les toutes meilleures écoles ?

 

Igor : Surtout ne vous censurez pas ! Peu importe votre niveau en arrivant en prépa, peu importe le nom de votre prépa, vous pouvez intégrer l’école de VOS rêves si VOUS VOUS en donnez les moyens ! Le chemin est long, semé d’embûches mais n’oubliez jamais que c’est une course de fonds où chaque effort compte. Les défaites sont nombreuses mais à la fin la différence se fait sur la motivation et la résilience des candidats. En conséquence, astreignez-vous à un maximum de rigueur et d’organisation. Meilleure sera votre organisation et plus vous aurez de chances de réussir. Vous devez essayer de jongler entre toutes les matières, ce qui en prépa EC est le véritable défi, trouver votre équilibre et vous y tenir résolument. Sous ces conditions, et chacun peut se fixer ces conditions organisationnelles, aucune école n’est hors de portée.

 

Samuel : Aux plus ambitieux, je leur dirais que ni le talent initial, ni les facilités quelconques dans une matière ou dans une autre n’est suffisant le jour du concours. La qualité principale à mon sens pour atteindre l’objectif fixé, c’est la persévérance. La prépa est souvent une alternance irrégulière de points hauts où les notes sont bonnes et le moral est au beau fixe et de périodes plus compliquées de relâchement et de démotivation. Ceux qui ont la force de caractère de maintenir le rythme et le cap même dans des moments où d’autres autour d’eux ne le font pas atteindront leurs objectifs, quels qu’ils soient! 

 

 

M.P : Pour finir, un mot sur Partenaire Particulier ? 

Partenaire Particulier est un site de cours de mathématiques en ligne qui aborde l’ensemble des chapitres de 1ère et 2ème année (ECE/ECS/ECT). Lorsque nous étions en prépa, puis plus tard en école nous nous sommes souvent fait la remarque que les cours de maths étaient à la fois terriblement nécessaires pour viser les meilleures écoles et à la fois anormalement chers. D’où l’idée pour nous de démocratiser l’accès à l’enseignement des mathématiques au plus grand nombre en proposant des cours visionnables à volonté pour moins de 200 euros l’année. En tout nous avons réalisé des centaines d’heures de vidéo en studio à destination des prépas dans l’optique de clarifier leurs cours et de faciliter leur entraînement sur des sujets type concours. Au plus tôt ils en feront, au mieux ce sera !

 

 

Un grand merci à Igor et Samuel pour leur témoignage et leur engagement envers Mister Prépa et tous les étudiants ! 

 

Pour plus de conseils au quotidien, retrouvez-nous sur Snapchat : mister_prepa

Benjamin Hautin

Etudiant à emlyon et fondateur du média, je m'occupe principalement des relations avec les Grandes Ecoles et du contenu en culture générale. Mon mot d'ordre : que chacun d'entre vous puisse viser les écoles de ses rêves, peu importe son lycée d'origine !

Vous pourriez aussi aimer :
Le réveil des nations est un fait mondialisé. Dans cet article nous allons voir comment la construction européenne y fait…