Les inégalités de genre aux Etats-Unis

Les récents évènements de la Cour Suprême des USA pourrait bien tomber lors de tes oraux ! En effet, les questions sur les inégalités sociales (racisme, de genre, homophobie,…) ne sont pas rares lors de l’ultime étape avant d’intégrer l’école de tes rêves. Dans cet article, nous te proposons d’en découvrir davantage sur les inégalités de genre aux Etats-Unis. Alors, si depuis la prise de pouvoir de Joe Biden ces questions ne sont plus au cœur des polémiques présidentielles, comment ces inégalités ont-elles évolué pendant ces dernières années ?

 

Le bilan de Donald Trump quant à la question des droits des femmes

Dès le 21 janvier 2017, les mouvements de protestation commencent aux Etats-Unis. En effet, le lendemain de l’investiture de Donald Trump se sont plusieurs milliers de personnes qui se rassemblent dans les grandes villes américaines, mais aussi partout dans le monde afin de réclamer plus d’égalité sociale.

Si l’ancien président américain avait déjà fait l’objet de polémiques pour ses propos misogynes, son mandat n’a été qu’un long supplice pour les questions sociales et tout particulièrement l’égalité homme-femme : du choix de son vice-président jusqu’à la nomination d’Amy Coney Barrett à la Cour Suprême. En effet, Mike Pence avait déjà limité l’avortement dans l’état d’Indiana grâce à sa fonction de gouverneur. Quant à Amy Coney Barrett, elle avait ouvertement affirmé ses positions antiavortement.

Le gouvernement de Donald Trump a suspendu de nombreuses lois contre la discrimination au travail, le harcèlement et les abus sexuels sur le lieu de travail votées sous Barack Obama. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : selon le Global Gender Gap Report de 2015 et 2017, les Etats-Unis sont passé de la 28ème place en 2015 à la 49ème en 2017. Pour ne citer que quelques-unes de ces lois :

  • Les règles Fair Pay and Safe Workplace qui interdisaient les entreprises à contrats fédéraux de garder secret les incidents liés aux genre ont été annulées par Donald Trump
  • L’obligation pour les employeurs de fournir la couverture du contrôle des naissances à travers l’assurance santé de leurs employés grâce à l’Obamacare a aussi été démantelée.
  • En 2011, le gouvernement fait voter des lois visant à protéger les victimes de harcèlement sexuel. Au cours de son mandat, Donald Trump durcira les conditions d’ouverture d’enquête pour harcèlement sexuel en réclamant des preuves.

 

Les femmes de pouvoir aux Etats-Unis

Cependant, grâce à l’évolution des droits des femmes depuis le début du XXème siècle, les hautes fonctions publiques leur sont désormais accessibles. Ainsi, comment parler des inégalités de genre sans mentionner ces femmes de pouvoir aux USA ?

Avec l’investiture de Joe Biden, les Etats-Unis connaissent pour la première fois une femme au Number One Observatory Circle (résidence du Vice-Président des Etats-Unis). Kamala Harris accède en 2021 au poste de Vice-Présidente après avoir été Procureure puis Sénatrice de Californie. Elle met au cœur de ses agissements politiques ses idées sur la sécurité publique, la justice pénale et les droits LGBT+.

 

Lire plus: Kamala Harris, le véritable renouveau des États-Unis

 

En 2007, c’est la chambre des représentants qui entre dans la nouveauté, en élisant une femme comme représentante : Nancy Pelosi. Si sa carrière politique commence dans les années 80, elle est élue en 2007, puis en 2019 présidente démocrate de la chambre des représentants. Elue en 2007, elle s’est opposée aux réformes de Bush en matière de santé. Cependant, elle devint un moteur de transition dans l’Obamacare. De retour à son poste en 2019, elle ouvre une enquête d’imputation contre Donald Trump, puis réclame sa destitution lors de l’invasion du Capitole en 2021.

Hillary Clinton devient en 2016, la première femme candidate à la présidence après sa victoire à la primaire démocrate. Si aux Etats-Unis, certains pensent que sa réussite est en partie due à son mari, Hillary Clinton a commencé sa carrière bien avant de connaitre Bill Clinton. Ancienne soutien du républicain Rockefeller, elle basculera chez les démocrates rapidement. Elle gravira de nombreux échelons politiques en devenant sénatrice puis secrétaire d’Etats et enfin candidate à la présidence. Si elle a longtemps soutenu son mari dans son parcours politique, elle a pu profiter à son tour de son soutien lors de sa campagne en 2016.

Cette très courte liste est heureusement non exhaustive : Alexandria Ocasio-Cortez, Ilhan Omar, Ruth Bader Ginsburg, Sonia Sotomayor, etc. Près de 100 ans après le droit de vote des femmes aux USA, de nombreux postes politiques connaissent leurs premières femmes.

 

Biden : un espoir pour l’égalité homme femme ?

Le président Joe Biden a montré sa volonté de promouvoir l’égalité homme-femme, ce dès la composition de son gouvernement. En 2021, il a consacré un budget important de sa politique aux questions d’égalité homme-femme dans le monde, un budget qu’il a même demandé a doubler en 2022 lors de la journée des droits des femmes. 

Le programme de sa campagne politique a aussi démontré sa volonté d’aider à atteindre cette égalité. Pour cela, il a décidé de lutter contre les préjugés en élargissant les accès aux services de gardes des enfants, réduira les inégalités salariales entre les hommes et les femmes et élargira les soins de santé.

Lorsqu’on regarde la première page consacrée à la question de l’égalité homme-femme, on ne peut qu’espérer une amélioration aux Etats-Unis d’ici 2024.

 

Ce combat n’est pas nouveau pour lui, en effet, lorsqu’il était président de la commission judiciaire du Sénat, Joe Biden a lutté contre les violences faites aux femmes à travers le Violent Crime Control and Law Enforcement Act of 1994 et le Violence against Women Act of 2000.

 

La question de l’avortement aux Etats-Unis

Les droits en matière d’avortement sont défendues grâce à l’arrêt Roe v.Wade. Ainsi, les Etats qui adoptent des lois antiavortement peuvent être confrontés à la Cour Suprême et être jugés inconstitutionnels. Si à l’origine, elle défendait l’idée du premier trimestre pour garantir l’avortement, son évolution depuis 1973 a beaucoup modifié cet arrêt. Par exemple, l’amendement Hyde de 1980 ne permet plus aux familles d’être couvertes financièrement en cas d’avortement.

L’avortement reste tout de même très discuté aujourd’hui : de nombreux comtés ne possèdent pas de lieu où il est possible de se faire avorter. Aujourd’hui, la nomination de Amy Coney Barrett comme juge de la Cour Suprême menace la question de l’avortement, car le Roe v.Wade pourrait bien être aboli, offrant la possibilité à chaque état de légaliser ou non l’avortement.

 

Pour conclure :

Les inégalités de genre sont omniprésentes à travers le globe. Cependant, la politique misogyne de Donald Trump a montré une certaine fragilité des Etats-Unis. Entre l’affaire d’agression sexuelle du juge Kavanaugh, les propos déplacés du président, la suppression des lois en faveur de cette égalité et plus récemment la possible abolition du Roe v.Wade, la question des droits des femmes semble encore brulante et non-acquises aux Etats-Unis. Pourtant, ce grand débat social pourrait être mis en avant par la politique démocrate du président Joe Biden. Si un mandat de 4 ans ne semble pas suffisant pour atteindre cette égalité, il faudra attendre 2024 pour savoir si les démocrates pourront poursuivre leur combat 4 années de plus.

Yovan Augeard

Après trois années de classe préparatoire au Lycée Voltaire d'Orléans (45), j'ai intégré l'EDHEC. J'oeuvre pour l'égalité des chances, et c'est pourquoi j'ai intégré l'équipe Mister Prépa.

Vous pourriez aussi aimer