Intégrer l’ESSEC après une prépa ECT : le témoignage de Kenza

Découvrez le témoignage de Kenza, étudiante en Pré-Master à l’ESSEC Business School, qui nous dévoile son parcours en prépa ECT et ses secrets pour réussir les concours.

 

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour, je m’appelle Kenza Bennani. J’ai intégré en septembre 2021 l’ESSEC Business School, après avoir obtenu un baccalauréat STMG à Léon Casablanca puis effectué une prépa ECT au lycée Michelet, à Vanves.

 

Tu as rejoint l’ESSEC en 2021, comment s’est déroulée la période d’admissibilité ? Pourquoi as-tu choisi ensuite d’intégrer l’ESSEC ?

Très honnêtement, je n’ai pas eu le temps de réaliser que j’étais en période d’admissibilité. Très vite, après avoir obtenu nos résultats des écrits il a fallu que je m’inscrive pour passer les oraux dans les écoles.

Pour ma part, les oraux me stressaient un petit peu pendant l’année mais j’essayais de ne pas y penser pour me consacrer sur mes écrits, avant de passer à ces oraux.

J’ai choisi ensuite d’intégrer l’ESSEC parce que c’était la meilleure école que j’avais obtenue.  Mais ce n’est pas la seule raison, l’école correspondait également à mes attentes. En effet n’ayant pas un projet professionnel bien défini je savais que le fait d’intégrer l’ESSEC me permettrait de découvrir différentes matières et d’ensuite m’orienter en fonction de ce qui me plairait le plus.

 

Quelle a été ta réaction lorsque tu as su que tu étais admissible à l’ESSEC ? Étais-tu surprise ?

J’étais tellement heureuse ! Après avoir passé les tests psychotechniques et mes oraux, je pensais que je n’allais pas obtenir l’ESSEC mais je me suis trompée. J’en parle maintenant avec beaucoup de nostalgie.

Le jour des résultats, j’étais au téléphone avec un très bon ami à moi et quand on a su qu’on avait obtenu l’ESSEC, on a relâché toute la pression qu’on avait eue pendant autant de temps.

C’est là qu’on s’est dit que la prépa était enfin terminée. J’ai senti aussi que ma famille était très fière de moi, c’était un moment très émouvant. J’étais sur le point de commencer une nouvelle expérience après ces deux ans de classes préparatoires.

Clique ici pour nous rejoindre sur Youtube ! 

 

Peux-tu me raconter comment se sont passés tes oraux ? Comment se sont passées les épreuves ? Les questions posées par les jurys, les difficultés que tu as pu traverser ?

Mes oraux à l’ESSEC m’ont semblé plus compliqués que ceux que j’ai pu passer dans les autres écoles. Encore une fois, tout dépend des jurys et plusieurs facteurs rentrent en jeu, car finalement, malgré ma mauvaise impression, ce n’était clairement pas mes pires oraux.

En revanche, la journée était plutôt fatigante. Contrairement à mes autres camarades, mes épreuves étaient un peu mal réparties puisque j’ai passé deux épreuves le matin et je devais ensuite attendre jusqu’en fin d’après-midi pour passer ma dernière épreuve. J’en ai profité pour parler un peu avec les admisseurs de l’ESSEC pour en savoir un peu plus sur l’école.

En ce qui concerne les questions, celles-ci concernaient globalement mes réponses à mon questionnaire, à mon expérience en France puisqu’avant mes 18 ans j’ai toujours vécu au Maroc et à différentes questions sur mes projections futures.

 

Nada – Réussir les oraux de l’ESCP BS après une prépa ECT 

 

Quelles ont été tes interrogations ? Tes incertitudes en tant qu’ECT ?

Contrairement à ce que les autres peuvent penser, être une ECT ne m’a jamais posé un problème, bien au contraire. Il ne faut pas oublier que chaque filière possède ses propres matières. Alors oui, il n’y a pas beaucoup d’ECT qui intègrent une parisienne, mais c’est exactement pour les mêmes raisons qu’il faut se dire que si on y arrive après les écrits, il n’y a aucune raison que ça fonctionne pas pour les oraux. J’étais stressé mais je pense comme toute candidate peut l’être et cela peu importe la filière.

Être une ECT était devenu ma force de différenciation et non un poids. J’étais fière de montrer que les STMG, eux aussi réussissent et qu’il n’y a finalement pas de bonnes ou de mauvaises filières, seulement des profils qui diffèrent.

 

Quel a été, selon toi, ton point fort qui a retenu l’attention du jury ?

Je pense que ce qui a fait ma force pendant mes oraux, c’était ma spontanéité. J’étais majoritairement plus stressé pour les oraux de langues que pour mon entretien de personnalité. J’essayais d’appréhender le moins possible ce moment-là et me répéter à chaque fois avant mon entrée que ce serait une discussion où je parlerai de mes projets, de ce qui me passionne et de ce qui m’ambitionne.

Je pense que si je stressais trop, cela m’a mis des bâtons dans les roues car cela ne m’aurait pas permis de montrer ma vraie personnalité.

J’avais envie de partager avec ces jurys mon expérience et le petit train de vie que j’ai pu mener depuis mon enfance mais surtout toute ma motivation d’intégrer l’ESSEC. Une fois que je me suis mis ça dans la tête, plus rien ne pouvait m’arrêter et la discussion avec les jurys était fluide et intéressante.

Il faut se dire que ce sont les derniers moments avant la fin de cette classe préparatoire, nous n’avons plus rien à perdre mais tout à gagner.

 

Quel conseil peux-tu donner aux étudiants ECT qui aimeraient intégrer l’ESSEC ? Tout d’abord sur la préparation des écrits puis des conseils sur la préparation des oraux ?

Tout d’abord, le premier conseil que je pourrais leur donner c’est d’avoir confiance en eux. Pour certains et même presque pour la majorité, la STMG n’était pas un choix. C’était une obligation due à différentes difficultés qu’ils ont pu avoir dans leur scolarité passée.

Il faut bien garder en tête qu’ils ont également autant de chances que les autres de réussir avec du travail et de l’ambition. Finalement quand tu intègres l’école de commerce, il n’y a plus de différence entre les ECS, les ECE et les ECT.

Pour les écrits il faut avoir un profil bon dans toutes les matières. Pour ma part je savais que j’étais moyenne en langueset j’ai donc dû redoubler d’efforts pour avoir les meilleures notes possibles en matières principales de la ECT.

Il faut croire en soi et se dire que les années de travail paient. Il faut pas oublier qu’en classe préparatoire, le mental joue énormément et si tu n’y crois plus, personne ne pourra y croire à ta place. Si tu intègres une place, c’est que tu peux le faire.

En ce qui concerne les oraux, il faut savoir se renseigner sur les écoles auparavant et savoir un peu ce qui nous intéresse notamment en termes d’échanges, de double diplôme ou d’association car cela permettra d’enrichir encore plus l’entretien de personnalité.

 

Lire plus : Comment exceller matière par matière en prépa ECT ?

Noam Ramillon

Après deux années de prépa ECT, j'ai intégré l'Emlyon. J'ai donc à coeur d'aider les préparationnaires dans les matières technologiques en leur transmettant mon expérience et mes conseils.

Vous pourriez aussi aimer